La haricot.

Le Haricot, ou Haricot commun (Phaseolus vulgaris L.), est une espèce de plantes annuelles de la famille des Fabaceae (Légumineuses, Papilionacées), du genre Phaseolus, couramment cultivée comme légume. On en consomme soit le fruit (la gousse, dans les haricots verts ou « mange-tout »), soit les graines, riches en protéines. Le terme « haricot » s’applique à l’ensemble des parties consommées (gousse ou grain).

Cette plante, originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud (Andes) joue, tout comme les haricots du genre Vigna originaires d’Afrique et d’Asie, un rôle important dans l’alimentation humaine comme source d’amidon (féculent), de protéines et dans la fixation biologique de l’azote. Elle fait l’objet de culture vivrière dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique latine, tandis que dans les pays développés, à côté d’une production limitée dans les jardins familiaux, s’est développée une culture en plein champ produisant soit des haricots secs pour la conserverie, soit des haricots verts. Ces derniers, dont la consommation s’est développée depuis le début du xxe siècle, correspondent mieux à la recherche d’une alimentation plus légère. Haricots secs comme haricots verts peuvent être soit nains (la forme privilégiée en grande culture), soit à rames donc grimpants avec nécessité de tuteurs.

Continuer la lecture de « La haricot. »

Les chemins de fer luxembourgeois.

La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) est l’entreprise ferroviaire publique luxembourgeoise créée le 14 mai 1946. Elle est présente dans le domaine du transport de voyageurs, du transport de marchandises, et réalise la gestion et l’exploitation du réseau ferré du Luxembourg, du funiculaire Pfaffenthal-Kirchberg, de lignes d’autobus et ce majoritairement pour le compte du Régime général des transports routiers et d’un service d’autopartage nommé Flex.

Les parts de la société sont réparties comme suit : 94 % l’État luxembourgeois, 4 % l’État belge et 2 % l’État français.


Les premières lignes de chemins de fer luxembourgeoises sont ouvertes en octobre 1859. Elles appartiennent à la Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg (GL), fondée en 1857, mais sont exploitées par la Compagnie des chemins de fer de l’Est (Est).

De son côté la Compagnie des chemins de fer Prince-Henri ouvre en août 1873 ses propres lignes ; la compagnie fait faillite en 1877 et est remplacée par la Société anonyme luxembourgeoise des chemins de fer et minières Prince-Henri (PH).

Continuer la lecture de « Les chemins de fer luxembourgeois. »

Henri VII de Luxembourg, homme d’état.

Henri VII, né vers 1278/1279 à Valenciennes et mort le 24 août 1313 à Buonconvento, aux environs de Sienne, est un prince de la maison de Luxembourg, fils du comte Henri VI. Il succède à son père en tant que comte de Luxembourg en 1288. Élu roi des Romains en 1308 (Henri VIII), après l’assassinat d’Albert Ier de Habsbourg, il est sacré empereur le 29 juin 1312.

Pendant la courte période de son règne, une première étape de l’accession des Luxembourg au pouvoir est franchie avec l’acquisition du royaume de Bohême. Henri est le premier roi germanique à recevoir la couronne impériale depuis l’époque de Frédéric II de Hohenstaufen et le premier des trois souverains du Saint-Empire issus de la dynastie des Luxembourg. Néanmoins, l’approche de rétablissement de l’Empire (renovatio imperii) qu’il a adoptée l’entraînait dans un conflit avec les guelfes en Italie, le roi Robert d’Anjou et le pape Clément V. Sur la frontière occidentale, ses politiques provoquent l’opposition du roi Philippe IV de France.

Continuer la lecture de « Henri VII de Luxembourg, homme d’état. »