Ed van der Elsken, photographe.

Ed van der Elsken (Amsterdam, 10 mars 1925 – Edam, 28 décembre 1990) est un photographe néerlandais.

Il a publié une vingtaine de livres dont le célèbre Une histoire d’amour à Saint-Germain des Prés.


Ed van der Elsken naît le 10 mars 1925 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Âgé de 18 ans, il étudie la sculpture dans une école d’art d’Amsterdam mais l’occupation nazie le contraint à quitter l’école. En 1944, il part se réfugier dans le sud des Pays-Bas. Il rejoint, après la bataille d’Arnhem, les forces de libération alliées. Après la guerre, il entreprend des études par  correspondance, auprès de l’école de photographie professionnelle de La Haye. Il échoue aux examens.

C’est en 1947 qu’il va, pour la première fois, photographier la rue. Son premier voyage en France lui permet de réaliser des images à Paris et à Marseille. Ces images lui ouvrent la porte de la GKf, l’association de photographes la plus importante des Pays-Bas.

Continuer la lecture de « Ed van der Elsken, photographe. »

Gerrit Kouwenaar, journaliste, poète et écrivain.

Gerrit Kouwenaar, né le 9 août 1923 à Amsterdam, mort le 4 septembre 2014 dans la même ville est un journaliste, poète, écrivain, dessinateur néerlandais qui a rejoint d’abord Experimentele Groep in Holland, puis Reflex, puis le mouvement Cobra tout en restant en marge de Cobra.


Journaliste clandestin pendant la Seconde Guerre mondiale il a contribué à des revues qui étaient sur la liste des publications prohibées ce qui lui a valu quelques mois de prison.

Il travaille ensuite pour divers journaux hollandais en tant que pigiste ou rédacteur en chef.

Il rejoint Reflex, le groupe expérimental en Hollande et plus tard le groupe d’artistes expérimental Cobra à la suite de son ami Constant, mais il est resté très en marge du mouvement. En 1949, il a publié avec Constant des peintures-mots. Cette même année, il publie dans le No 4 de la revue Cobra, à l’occasion de la grande exposition au Stedelijk Museum Amsterdam, un long poème en

Continuer la lecture de « Gerrit Kouwenaar, journaliste, poète et écrivain. »

Simon Carmiggelt, écrivain.

Simon Johannes Carmiggelt (La Haye, 7 octobre 1913 – Amsterdam, 30 novembre 1987), écrivain néerlandais, auteur, sous une multitude de pseudonymes différents, de poésies, de sketches, de nombreux récits, et d’un unique roman de grande ampleur (que du reste il renia ensuite). Mais c’est au premier chef à ses billets et à ses chroniques, qu’il écrivit en nombre considérable, qu’il doit sa popularité, en particulier à ceux publiés quotidiennement dans le journal néerlandais Het Parool sous le pseudonyme de Kronkel.


Carmiggelt passa toute son enfance dans sa ville natale de La Haye. Sa mère Jeanne exploitait une chapellerie; son père était voyageur de commerce en charcuterie. Il était issu d’un milieu socialiste, résolument anti-fasciste.

Carmiggelt débuta comme journaliste, d’abord chez Het Vaderland, et à partir de 1932 au journal Vooruit, l’édition pour La Haye du quotidien socialiste néerlandais Het Volk, en tant que chroniqueur de théâtre et de cinéma. C’est là qu’il commença à rédiger une série de brefs billets, en rapport avec La Haye, sous le titre de Kleinigheden (‘bricoles’). Dans ces mêmes années, il publia des vers contre le chômage dans la revue De socialistische Gids. Carmiggelt était un jeune homme énergique, pourvu de convictions politiques bien arrêtées, et son inquiétude devant la montée du nazisme en Allemagne le conduisit en 1938 à prendre des leçons de boxe. ‘Je voulais être à même de me défendre,’ dira-t-il à ce sujet, ‘mais je boxais mal.’ Dans son bistrot attitré, il fit la rencontre de la rédactrice de mode Tiny de Goey, qu’il épousa en septembre 1939. En février de l’année suivante naquit sa fille Marianne, et en novembre 1942 son fils Frank.

Continuer la lecture de « Simon Carmiggelt, écrivain. »