Le Breakdance.

Le breakdance, également appelé break dance, break, breaking, breakdancing, b-boying — terme privilégié aux États-Unis — est un style de danse développé à New York dans les années 1970, caractérisé par ses mouvements de corps saccadés, son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de breakdance est appelé breakdancer, Bboy ou b-boy (pour un homme), Bgirl ou b-girl (pour une femme).

Bien qu’on pense qu’il est né aux États-Unis, des archives montrent qu’une forme de breakdance était dansée en Afrique, plus exactement à Kaduna, au Nigéria, dans les années 1950.

Il y a souvent un amalgame entre le breakdance et d’autres danses. Quand la presse s’y intéresse, au début des années 1980, elle ignore qu’une véritable culture de la danse a toujours été omniprésente aux États-Unis ; elle y voit un phénomène spontané et labellise toutes les nouvelles danses sous le  terme unique de « breakdance ». Parmi ces danses assimilées au breakdance, il y a : le good foot, le popcorn, le funky chicken, le locking, le hustler, le popping (avec le smurfa ou l’electric boogaloo, créé par les Electric Boogaloos), le hip-hop « new style » (dit « new school » aux États-Unis) et encore par exemple le krump, créé par Tight Eyez et Big Mijo. Ces danses étaient très populaires à l’époque des débuts du breakdance et certains b-boys l’incluent dans leur programme.

Continuer la lecture de « Le Breakdance. »

Le Taekwondo.

Le taekwondo (coréen : 태권도,) est un art martial d’origine sud-coréenne, dont le nom peut se traduire par La voie des pieds et des poings.

Le taekwondo, dont le nom a été proposé en 1955 par le général Choi Hong Hi, est le fruit de la fédération progressive, à partir des années 1950, après l’occupation japonaise de la Corée, de différentes écoles d’arts martiaux coréennes qui enseignaient le karaté. Sa création et son développement sont intimement liés à la promotion du nationalisme étatique coréen.  L’unification n’est cependant pas complète car deux grandes fédérations cohabitent encore, l’International Taekwon-Do Federation (ITF), qui revendique actuellement 50 millions d’adhérents, et la Fédération mondiale de taekwondo, qui a popularisé auprès de plus de 80 millions de personnes une pratique du taekwondo moins axée sur la self-défense et plus sur le sport de combat, interdisant notamment les coups de poing au visage.

Le taekwondo se distingue des autres arts martiaux, surtout dans sa forme, par le haut degré de spécialisation de ses pratiquants en techniques de coups de pied bien plus que dans d’autres techniques, par les nombreuses protections utilisées lors des compétitions de combat et par son inclusion au programme des Jeux olympiques d’été depuis 2000.


Les origines du taekwondo sont à la fois culturelles et politiques. D’un point de vue culturel, le taekwondo est une unification des pratiques de plusieurs écoles sud-coréennes des années 1950 inspirées par le karaté Shotokan (développé au Japon) et certains éléments caractéristiques des arts martiaux coréens (en particulier le taekkyon). D’un point de vue politique, le taekwondo a été un outil de propagande nationaliste dont le but a été d’exalter le patriotisme de la jeune nation sud-coréenne à la suite de l’occupation japonaise et du conflit avec la Corée du Nord.

Continuer la lecture de « Le Taekwondo. »

Vijay Singh, joueur de golf.

Vijay Singh (né le 22 février 1963 à Lautoka, aux Fidji) est un joueur de golf professionnel. Il a remporté 54 victoires professionnelles, dont 34 sur le PGA Tour. Il a occupé le premier rang mondial des golfeurs à la fin de l’année 2004.


Il est le fils d’un technicien d’aéronautique qui a également enseigné le golf. Enfant, il admire le golfeur Tom Weiskopf, son modèle.

Vijay Singh commence à jouer chez les professionnels en 1982.

Suspendu du circuit asiatique en 1985 pour avoir falsifié sa carte, il a alors travaillé dans un club professionnel à Bornéo en essayant d’économiser son argent pour redémarrer sa carrière. Il remporte ensuite l’Open du Nigéria en 1988, et se qualifie pour le circuit européen.

En 1989, il remporte l’Open de Côte d’Ivoire, l’Open du Zimbabwe et l’Open Volvo de Florence, puis en 1990 le EL Bosque Open, et en 1991 le Trophée Hassan II.

Il rejoint le circuit PGA en 1993, année où il remporte son premier tournoi sur ce circuit lors du Buick Classic, l’emportant sur Mark Wiebe en playoff. Cette victoire lui offre de plus le titre de recrue de l’année.

Continuer la lecture de « Vijay Singh, joueur de golf. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.