La plongée sous-marine.

La plongée sous-marine est une activité consistant à rester sous l’eau, soit en apnée dans le cas de la plongée libre, soit en respirant à l’aide d’un narguilé (tuyau apportant de l’air depuis la surface) ou le plus souvent en s’équipant d’une bouteille de plongée dans le cas de la plongée en scaphandre autonome.

Le matériel spécifique commun aux différentes formes de plongée se compose généralement d’une combinaison isothermique, d’un masque, de palmes (qui peut être une monopalme dans le cas de la plongée libre), et d’un lestage porté sur une ceinture. Dans le cas spécifique de la plongée en scaphandre autonome ce dernier peut être intégré dans un gilet  stabilisateur équipé d’un direct system, le plongeur sera également muni d’une bouteille de plongée contenant généralement de l’air comprimé autour de 200 bars. Le gaz respiré par le plongeur en scaphandre autonome est apporté via un détendeur. Des instruments de mesure sont utilisés pour contrôler la plongée : ordinateur de plongée mais aussi manomètre (pression dans la bouteille) pour les plongeurs en scaphandre. Les ordinateurs de plongée calculent en temps réel les paramètres de plongée et optimisent les plongées par rapport à l’utilisation

Continuer la lecture de « La plongée sous-marine. »

Le catch.

Le catch, également appelé lutte professionnelle ou lutte au Canada francophone, est une forme de divertissement combinant performances sportives et théâtrales. Dans sa forme moderne, le catch se présente comme une série de combats en public qui s’enchaînent lors de réunions organisées par des compagnies itinérantes ou lors d’enregistrements d’émissions régulières télévisées. Chaque combat oppose catcheurs ou catcheuses sur un ring, reproduisant les codes des sports de combat tout en y intégrant des règles et conventions propres à la discipline et à ses spécificités régionales. Dans sa forme première, le catch s’apparentait principalement à la lutte, puis il s’est étoffé au fil du temps d’un arsenal technique varié (coups, clefs, prises, projections, retournements, manœuvres acrobatiques). Ces composantes techniques sont tantôt innovées par les pratiquants, tantôt empruntées à d’autres arts martiaux ou inspirées par d’autres éléments de la culture populaire (cinéma, danse, sport…).

Le catch n’est compétitif qu’en apparence : les résultats des combats sont prédéterminés et les pratiquants coopèrent afin d’assurer le spectacle et de pouvoir « raconter une histoire ». De plus, l’impact des manœuvres est travaillé afin de prévenir les risques de blessure. Le public a longtemps été volontairement tenu dans l’ignorance de cette connivence, mais désormais tout ceci est publiquement avoué, y compris par la plupart des gens de ce milieu. Cependant, tout ceci est tu pendant la présentation des combats en eux-mêmes (un principe qu’on appelle dans le catch « kayfabe ») pour permettre la suspension consentie de l’incrédulité du spectateur.

Continuer la lecture de « Le catch. »

Wilt Chamberlain, joueur de basketball.

Wilton Norman Chamberlain, dit Wilt Chamberlain, né le 21 août 1936 à Philadelphie (Pennsylvanie) et mort le 12 octobre 1999 à Bel Air (Californie) est un joueur de basket-ball américain professionnel qui a évolué au poste de pivot dans les années 1960 et au début des années 1970. Considéré comme l’un des plus grands joueurs de l’histoire du basket-ball américain, il domine les autres joueurs à son poste dans la National Basketball Association (NBA). S’il est considéré individuellement comme le plus fort, Wilt Chamberlain ne peut empêcher les défaites successives de ses équipes contre les Celtics de Boston emmenés par le pivot Bill Russell. La rivalité entre les deux pivots est l’une des plus célèbres de l’histoire de la NBA.

Les échecs répétitifs de Wilt Chamberlain avec les Warriors de Philadelphie et les Warriors de San FranciscoNote 1 lui créent une réputation de perdant. Il est transféré aux 76ers de Philadelphie en 1965. De retour dans sa ville natale, il fait évoluer son style de jeu. Plus collectif, il y remporte son premier titre NBA en 1967. Échangé aux Lakers de Los Angeles après un désaccord financier avec Philadelphie, il y termine sa carrière d’une manière mitigée. Son intégration à Los Angeles avec les autres vedettes n’est pas à la hauteur des attentes. Après un nouvel échec en finale contre les Knicks de New York et Willis Reed en 1970, le pivot vedette de la NBA remporte un second titre de champion en 1972 et met fin à sa carrière.

Continuer la lecture de « Wilt Chamberlain, joueur de basketball. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.