Philatélie thématique

Les icônes religieuses.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :18 février 2024
  • Temps de lecture :12 min de lecture

Une icône (du grec ancien εἰκών, eikon, « image »), est une représentation de personnages saints dans la tradition chrétienne. L'icône possède un sens théologique profond qui la différencie de l'image pieuse. L'icône est complètement intégrée dans la catéchèse orthodoxe mais aussi dans celle des Églises catholiques orientales qui ont préservé la tradition de l'icône ainsi que dans une partie de l'Église catholique occidentale et dans les Églises non-chalcédoniennes. En tant qu’images saintes, les icônes font partie intégrantes de la liturgie pour les orthodoxes, et leur vénération est devenue un dogme de la foi, depuis le septième concile œcuménique. Les icônes ont été soumises, dès le viiie siècle, par les Églises de la Pentarchie, à de sévères contraintes artistiques (sources d'inspiration stéréotypées, rigueur du trait, jeux des couleurs). Jusqu'à nos jours, ces canons se sont perpétués, assurant l'étonnante continuité de cette peinture dédiée à la gloire de Dieu. Dans l’Église orthodoxe, les icônes sont saintes et il est courant de voir des fidèles effectuer des gestes de dévotion en l'honneur des icônes. Dans la confession orthodoxe, il est aussi important de vénérer l'icône que d'écouter la parole ou de lire les écrits. Actuellement, les chrétiens de confession catholique réutilisent de plus…

Continuer la lectureLes icônes religieuses.

Le Codex de Vyšehrad.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :17 février 2024
  • Temps de lecture :3 min de lecture

Le Codex de Vyšehrad (ou évangéliste du couronnement ) est un évangéliste roman luxueux et richement enluminé, qui a probablement été créé à l'époque du couronnement de Vratislav II. au premier roi tchèque et lui fut probablement remise lors de cet événement le 15 juin 1085. Il s'agit d'un codex de dimensions 415 × 340 mm, qui contient 108 feuilles de parchemin (55 feuilles doubles, constituées de 55 peaux de veau). Il porte probablement le nom de « Vyšehradský » car il était conservé à Vyšehrad depuis sa création ou un peu plus tard . Le Code fait partie du groupe du Codex de Vyšehrad. Les 26 pages représentent les évangélistes, la famille du Christ, quatre types de l'Ancien Testament et d'autres scènes. Le coût du code est estimé à 1 milliard de couronnes. C'est un monument culturel national depuis 2005. Il y a un débat parmi les experts sur l' origine du codex et qui en était le donateur, mais ils s'accordent pour la plupart sur le fait qu'il a été produit dans un environnement proche d'une école monastique bavaroise, ou la tradition artistique de Rzeszów. On suppose que de ce fait, le donateur aurait pu être l'un des…

Continuer la lectureLe Codex de Vyšehrad.

Karel Kovařovic, compositeur.

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Philatélie thématique
  • Commentaires de la publication :0 commentaire
  • Dernière modification de la publication :13 février 2024
  • Temps de lecture :5 min de lecture

Karel Kovařovic (9 décembre 1862 Prague – 6 décembre 1920 Prague-Podolí) était un compositeur de musique tchèque. Karel Kovařovic est né comme le troisième fils de la famille de František Pavel Kovařovic à Prague , Malá Strana. Le père (né en 1805) était propriétaire foncier à Plánice près de Klatov et ce n'est qu'à la fin de sa vie qu'il s'installa à Prague. Les frères de Karl, Tomáš et Alois, se consacraient également à la musique, le premier jouant de la harpe, le second jouant du violon. La famille était traditionnellement musicienne et les membres de la famille, avec un cercle de connaissances, formaient même un petit orchestre. Au Conservatoire de Musique de Prague, il étudie la harpe (avec VA Staňko), le piano (avec J. Jiránek ) et plus tard aussi la clarinette (avec J. Pisařovice) ; il termine le conservatoire en 1879. Il étudie la composition avec Z. Fibich (1878-1882), le chant avec JL Lukes et plus tard avec F. Pivoda. En 1881, il a l'occasion de jouer de la clarinette lors de la première de Libuš de Smetana au Théâtre National . Jusqu'en 1885, il fut membre de l' Orchestre Provisoire, ou Théâtre National. Au cours de la…

Continuer la lectureKarel Kovařovic, compositeur.