Heike Kamerlingh Onnes, physicien.

Heike Kamerlingh Onnes, né le 21 septembre 1853 à Groningue et mort le 21 février 1926 à Leyde, est un physicien néerlandais.

Il est lauréat du prix Nobel de physique de 1913 « pour ses études des propriétés de la matière à basse température, ce qui a mené, entre autres, à la production de l’hélium liquide ». Il a aussi participé à la découverte de la supraconductivité.


Heike Kamerlingh Onnes commence ses études universitaires à Groningue. Il étudie ensuite à l’université de Heidelberg de 1871 à 1873 notamment sous la direction de Robert Wilhelm Bunsen et Gustav Kirchhoff. Il retourne ensuite à Groningue où il obtient son master en 1878 et son doctorat en 1879 avec une thèse intitulée Nieuwe bewijzen voor de aswenteling der Aarde (nouvelles preuves de la rotation de la Terre). De 1878 à 1882, il est assistant de Johannes Bosscha, fils, alors directeur de l’école polytechnique de Delft, qu’il remplace en tant que lecteur de 1881 à 1882.

Continuer la lecture de « Heike Kamerlingh Onnes, physicien. »

Hendrik Lorentz, physicien.

Hendrik Antoon Lorentz, né le 18 juillet 1853 à Arnhem (Pays-Bas) et mort le 4 février 1928 à Haarlem (Pays-Bas) est un physicien néerlandais qui s’est illustré par ses travaux théoriques sur la nature de la lumière et la constitution de la matière. Il est co-lauréat avec Pieter Zeeman du prix Nobel de physique de 1902.


La majorité de ses travaux portèrent sur l’électromagnétisme. Il a laissé son nom aux transformations de Lorentz qui sont à la base de la théorie de la relativité restreinte. Elles ont été présentées par Lorentz dans le but d’expliquer les résultats de l’expérience de Michelson-Morley par une contraction réelle des longueurs dans le sens du mouvement, ce qui n’est d’ailleurs pas compatible avec l’interprétation moderne de la théorie de la relativité restreinte qui affirme seulement que la mesure d’une distance ou d’une durée dépend du

Continuer la lecture de « Hendrik Lorentz, physicien. »

Herman Boerhaave, botaniste, médecin et chimiste.

Herman Boerhaave, de son vrai nom Boerhaaven (31 décembre 1668, Voorhout près de Leyde – 23 septembre 1738, Leyde) est un botaniste, médecin et chimiste néerlandais. Il a rénové la didactique médicale, en faisant de l’université de Leyde, le premier centre médical d’Europe au début du XVIIIe siècle.

Sa méthode d’enseignement, fondée sur l’ordre et la clarté, et sur un apprentissage au lit des malades, lui a valu en son temps une influence et une renommée universelle.


Il est issu d’une famille de commerçants modestes de Leyde. Son père, Jacques Boerhaave, était pasteur du village de Voorhout, attenant à Leyde. C’était un érudit qui connaissait le latin, le grec et l’hébreu. En 1663, il épouse Hagar Daelder, fille d’un marchand d’Amsterdam, qui lui donne cinq filles et un garçon, Herman en 1668. Elle décède en 1673. Jacques Boerhaave épouse en secondes noces Eve Dubois, fille d’un marchand de Leyde, qui lui donne trois enfants. Dans un abrégé qu’il fit de sa vie, Herman écrit qu’il la considère comme sa véritable mère, disant qu’ils vécurent ensemble dans la tendresse et l’harmonie. Il dédiera d’ailleurs son traité de chimie à son demi-frère Jacques Boerhaave (même prénom que son père).

Continuer la lecture de « Herman Boerhaave, botaniste, médecin et chimiste. »