Le tambour.

Un tambour — du persan tambûr — est un instrument de musique à percussion constitué d’un fût sur lequel sont tendues une ou plusieurs peaux, frappées à l’aide des doigts ou de baguettes prévues à cet effet. La vibration ainsi obtenue est amplifiée par le fût qui fait office de caisse de résonance, parfois modifiée par un timbre en acier ou en boyau naturel ou synthétique.

Le tambour existe dans la plupart des cultures. Les premières traces de l’existence de cet instrument remontent à 6 000 ans av. J.-C. Les tambours accordés sont l’invention des Égyptiens. On en a retrouvé des fragments dans des tombeaux datant du XIe siècle av. J.-C. En Chine, ils sont apparus au iie siècle av. J.-C.

Le terme de tambour est souvent associé à tous types de membranophones.

Continuer la lecture de « Le tambour. »

Nikola Karev, révolutionnaire.

Nikola Janakiev Karev ( bulgare : Никола Янакиев Карев et macédonien : Никола Карев ; 23 novembre 1877 – 27 avril 1905) était un révolutionnaire macédonien bulgare en Macédoine sous domination ottomane. Il est né dans Kırşova (maintenant Kruševo ) et est mort dans le village de Rayçani ( Rajačani ), tous les deux aujourd’hui en Macédoine du Nord . Karev était un dirigeant local de ce qui est devenu plus tard l’ Organisation révolutionnaire macédonienne interne(IMRO). Il était aussi un enseignant dans le système scolaire bulgare dans sa région natale,  et un membre du Parti social-démocrate des travailleurs bulgares.  Aujourd’hui, il est considéré comme un héros en Bulgarie et en Macédoine du Nord.


Karev a terminé ses premières études à l’école bulgare de Kruševo et en 1893, il a déménagé à Sofia , la capitale de la Principauté de Bulgarie, où il a travaillé comme menuisier pour le socialiste Vasil Glavinov . Karev a rejoint le groupe socialiste dirigé par Glavinov, et à travers lui, a fait la connaissance de Dimitar Blagoev et d’autres socialistes, et est devenu membre du Parti social-démocrate des travailleurs bulgares. En 1896, il participe au Groupe social-démocrate macédonien-adrien, créé dans le cadre du Parti social-démocrate des travailleurs bulgares. En 1898, Karev retourna en Macédoine ottomane et obtint son diplôme de l’ exarchat bulgare .gymnase de Bitola . À partir de 1900, il a travaillé comme maître d’école dans les écoles bulgares du village de Gorno Divjaci et dans sa ville natale de Kruševo.

Continuer la lecture de « Nikola Karev, révolutionnaire. »

Metodija Andonov-Čento, homme politique.

Metodija Andonov-Čento (macédonien : Методија Андонов Ченто), né le 17 août 1902 et mort le 24 juillet 1957, était un homme politique macédonien. Il fut le premier président de l’Assemblée anti-fasciste pour la Libération du Peuple macédonien et de la République socialiste de Macédoine.

Metodija Andonov-Čento est né à Prilep, ville macédonienne alors dans l’Empire ottoman. Enfant, il travaille dans les champs de pavot et de tabac. Adolescent, il est un excellent gymnaste. En 1930, il se marie avec Vasilka Spirova Pop Atanasova à Novi Sad, en Serbie.

Lors d’élections en 1938, il est élu député mais n’entre jamais en fonction à cause de manœuvres électorales. Ses positions nationalistes macédoniennes et des actions en faveur de l’éducation en langue macédonienne lui valent d’être emprisonné à Kikinda et à Bajina Bašta. En 1940, après avoir imposé l’usage du macédonien dans des écoles, il est condamné à mort. Dans le Royaume de Yougoslavie, il était interdit de défendre une autre langue que le serbo-croate. Le 15 avril 1941, il est toutefois relâché avant son exécution. Au début de la Seconde Guerre mondiale, l’envahisseur bulgare lui propose de collaborer, mais Metodija Andonov-Čento refuse et préfère lutter pour la libération de la Macédoine.

Continuer la lecture de « Metodija Andonov-Čento, homme politique. »