Louis Couperus, poète et écrivain.

Louis Marie-Anne Couperus, né le 10 juin 1863 à La Haye et mort le 16 juillet 1923 à De Steeg, dans la province de Gueldre, est un poète et écrivain néerlandais. Il est considéré comme une des figures éminentes de la littérature néerlandaise.


Né aux Pays-Bas dans une riche famille patricienne, Couperus passe une partie de sa jeunesse aux Indes orientales néerlandaises et va à l’école à Batavia (aujourd’hui Jakarta en Indonésie). Il était le petit-fils d’un gouverneur-général faisant fonction de la colonie néerlandaise, et de nombreux membres de sa famille ont travaillé pour le gouvernement colonial.

Rentré à La Haye aux Pays-Bas en 1878, Couperus publie de premières œuvres de poésie et de prose qui connaissent peu de succès. Il se fait finalement connaître par la publication en 1888 de son roman Eline Vere, œuvre naturaliste marquée par l’influence d’écrivains français comme Zola et Flaubert. Son roman Noodlot [Destin], paru en 1891, reçoit l’admiration d’Oscar Wilde. On a d’ailleurs remarqué des similitudes de style avec Le Portrait de Dorian Gray, un livre d’ailleurs traduit par son épouse, Elisabeth Couperus-Baud en néerlandais et publié en 1893.

Continuer la lecture de « Louis Couperus, poète et écrivain. »

Trijn van Leemput, héroïne de guerre.

Catharina van Leemput dite Trijn van Leemput (vers 1530-1607) est une héroïne néerlandaise de la Guerre de Quatre-Vingts ans contre l’Espagne. D’après la légende locale à Utrecht, elle mène un groupe important de femmes, le 2 mai 1577, au château de Vredenburg et donne le signal du début de la destruction de ce château.


Le château de Vredenburg a été construit par l’empereur Charles Quint après l’annexion d’Utrecht en 1528, et était armé d’une garnison espagnole. Le 8 novembre 1576, la Pacification de Gand était signée et la Guerre de Quatre-Vingts ans commençait. Les rebelles néerlandais assiègent la forteresse de Vredenburg et, après des négociations, la garnison abandonne le château en février 1577.

Les citoyens d’Utrecht exigent alors que le château abandonné soit démoli, mais le gouvernement de la ville ne l’autorisant pas, donc, le 2 mai, les Utrechtois, conduits par Trijn van Leemput, prirent les choses en main. Les événements qui suivent ont été rapportés par deux contemporains Arnold Buchelius (1565-1641) et Joh. van Beverwyck (1594-1647). Des historiens plus récents ont mis en doute la véracité historique de cette histoire. Plus probablement, elle est basée sur une part de légende et une part de faits réels.

Continuer la lecture de « Trijn van Leemput, héroïne de guerre. »

Isabelle de Charrière (Belle van Zuylen), femme de lettres.

Isabella Agneta Elisabeth van Tuyll van Serooskerken surnommée dans sa jeunesse Belle de Zuylen par mariage Isabelle de Charrière née le 20 octobre 1740 au château de Zuylen, à Oud-Zuilen près d’Utrecht (Pays-Bas) et morte au Pontet à Colombier, dans le canton de Neuchâtel appartenant alors à la Prusse, le 27 décembre 1805 est une femme de lettres hollandaise et suisse d’expression française.


Née dans une famille de la haute noblesse néerlandaise, Belle van Zuylen, d’une vive intelligence, d’une grande curiosité intellectuelle et d’idées peu conformistes, révèle très tôt un tempérament d’écrivaine (lire Le Noble). Ses parents ayant accepté de mettre à sa disposition les maîtres qu’elle demandait, elle possède des connaissances plus vastes que la plupart de ses contemporaines, parlant plusieurs langues (anglais, allemand, italien et latin), s’adonnant aux mathématiques et à la physique, et lisant les classiques, mais c’est en français, langue de la noblesse de l’Europe du XVIIIe siècle, qu’elle va écrire : elle entre, à l’âge de vingt-deux ans, en littérature avec la publication anonyme de Le Noble (1763), une satire ironique des préjugés de son milieu social.

Continuer la lecture de « Isabelle de Charrière (Belle van Zuylen), femme de lettres. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.