Atanas Badev, compositeur et professeur de musique.

Atanas Badev ( cyrillique : Атанас Бадев) (janvier 1860 – 21 septembre 1908) était un compositeur et professeur de musique bulgare. Selon l’ historiographie macédonienne d’ après-guerre il était un Macédonien ethnique.


Badev est né à Prilep , Empire ottoman , l’ actuelle Macédoine du Nord . Sa famille l’envoya étudier au lycée bulgare pour hommes de Thessalonique , mais il obtint son diplôme d’études secondaires en 1884 au premier lycée pour hommes de Sofia.  Après l’ unification bulgare de 1885, Badev a dénoncé les actions du Comité révolutionnaire central secret bulgare comme prématurées car il croyait que la Macédoine devrait d’abord rejoindre la Roumélie orientale , puis penser à leur unification commune avec la Principauté de Bulgarie. Initialement, il a étudié les mathématiques à l’Université d’Odessa. Il étudia plus tard la musique à Moscou et à Saint-Pétersbourg et fut enseigné par, pour n’en citer que quelques-uns, les grands compositeurs russes Balakirev et Nikolai Rimsky-Korsakov . En 1888 et 1889 pour l’éducation des fonds Badev ont été accordés par le gouvernement bulgare comme une subvention spéciale pour un jeune talent. Outre ses adaptations chorales de chansons folkloriques et pour enfants, Badev est également le compositeur de La

Liturgie de saint Jean Chrysostome (publiée pour la première fois à Leipzig en 1898), l’une des œuvres les plus significatives de ce genre de la fin du 19ème siècle. Il a enseigné dans différentes écoles bulgares. De 1890-1891, puis, en 1896, il travaille comme professeur de musique à Thessalonique, en 1892 à Bitola, en 1897-1898 à Roussé, en 1899 à Samokov et de 1901 à sa mort à Kyustendil. En 1904, Atanas Badev a présenté au deuxième congrès des professeurs de musique à Sofia un rapport sur les rythmes et la métrique des chansons folkloriques bulgares. Il est mort en 1908 à Kyustendil , Bulgarie .

Son fils, Petar, est mort pendant la Première Guerre mondiale sur le front macédonien en tant qu’officier de l’ armée bulgare du 8e régiment d’infanterie.

Source : Wikipédia.

Dimitrija Čupovski, lexicographe et philologue.

Dimitrija Čupovski (en macédonien Димитрија Чуповски), né le 8 novembre 1878 à Papradichté (aujourd’hui en Macédoine du Nord) et mort le 29 octobre 1940 à Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg), est un lexicographe et philologue macédonien. Il est l’une des principales figures de la consolidation de l’identité macédonienne.


Dimitrija Čupovski est né en 1878 à Papradichté, village du centre de l’actuelle Macédoine du Nord, dans une famille liée au courant autonomiste macédonien. Après que son village ait été incendié par des kachaks albanais, sa famille déménage à Krouchevo, ville d’origine de sa mère. Il part étudier à Sofia, puis à Belgrade et Saint-Pétersbourg et retourne à Papradichté où il devient instituteur. Arrêté par les autorités ottomanes parce qu’il défend les idées révolutionnaires, il parvient à s’enfuir à Belgrade puis retourne en Russie. Il fait des études aux séminaires de Novgorod et Simféropol puis fonde une société macédonienne à Saint-Pétersbourg en 1902.

Continuer la lecture de « Dimitrija Čupovski, lexicographe et philologue. »

Les automobiles Chenard & Walcker.

Chenard et Walcker est une marque d’automobiles française créée par Ernest Chenard et Henry Walcker en 1899. Quatrième constructeur français en volume vers 1922 sous la direction de l’ingénieur Lucien Chenard, il est le premier vainqueur de la première édition des 24 Heures du Mans en 1923 et collectionne les victoires en compétition automobile. Son succès commercial est assuré par ses luxueuses automobiles de sport et de tourisme. Outre sa gamme automobile, des camions sont produits à partir de 1931.

La société est filialisée par la Société des usines Chausson en 1936 et la production automobile cesse en 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, la société produit des camions et utilitaires commercialisés par la marque Peugeot jusqu’en 1965. Juridiquement, l’entreprise n’est pas dissoute et perdure jusqu’en 1992 au travers de Chausson qui construit des utilitaires Citroën, Peugeot et Renault.


La maison Chenard est fondée en 1888 par Ernest Chenard (1861-1922) pour la fabrication de bicyclettes, tricycles et quadricycles. Une licence de brevet d’invention sur le quadricycle est vendue à un industriel anglais nommé Duncan, ce qui apporte des capitaux à Chenard pour assurer l’expansion de son entreprise. En 1899, celle-ci est transformée en société en commandite Chenard et Walcker ; Henry Walcker (1873-1912), partenaire de la  commandite, était un client de Chenard intéressé par l’automobile. Le financement de Chenard et Walcker fut majoritairement fait par Monsieur Jacques Donnay.

Continuer la lecture de « Les automobiles Chenard & Walcker. »