Cristalleries de Saint-Louis, le 28/01/2022.

Premier jour le Vendredi 28 janvier 2022 à Paris au «Carré d’encre» de 10h à 17h, 13 bis rue des Mathurins 75009 PARIS.

Vente générale le Lundi 31 janvier 2022.

Valeur faciale : 2,32 €  (12 timbres par feuillet), tirage 1.120.000 exemplaires.

Valeur faciale : 1,16€ (5 timbres par feuillet + feuillets de 12 timbres auto-adhésifs, tirage global 2.750.000 exemplaires.

Voir le communiqué officiel de la Poste

 

Continuer la lecture de « Cristalleries de Saint-Louis, le 28/01/2022. »

Al-Biruni, savant et polymathe.

Abu Rayhan al-Biruni (973 – après 1050) est un Iranien savant et polymathe au cours de l’ âge d’ or musulman. Il a été appelé diversement le “fondateur d’ Indologie “, “Père de Religion Comparée “,  “Père de géodésie moderne “, et le premier anthropologue.

Al-Biruni connaissait bien la physique, les mathématiques, l’ astronomie et les sciences naturelles , et s’est également distingué en tant qu’historien, chronologue et linguiste .  Il a étudié presque toutes les sciences de son époque et a été abondamment récompensé pour ses recherches inlassables dans de nombreux domaines de la connaissance.  La royauté et d’autres éléments puissants de la société ont financé les recherches d’Al-Biruni et l’ont recherché avec des projets spécifiques en tête. Influent à part entière, Al-Biruni a lui-même été influencé par les savants d’autres nations, comme les Grecs, dont il s’est inspiré lorsqu’il s’est tourné vers l’étude de la

philosophie. Linguiste doué, il maîtrisait le khwarezmian , le persan , l’arabe, le sanskrit , et connaissait également le grec , l’ hébreu et le syriaque . Il a passé une grande partie de sa vie à Ghazni , alors capitale des Ghaznavides , dans le centre-est de l’Afghanistan d’aujourd’hui. En 1017, il voyage dans le sous-continent indien et écrit un traité sur la culture indienne intitulé Tārīkh al-Hind (Histoire de l’Inde), après avoir exploré la foi hindoue pratiquée en Inde . [une]Il était, pour son temps, un écrivain admirablement impartial sur les coutumes et les croyances de diverses nations, son objectivité érudite lui valant le titre al-Ustadh (“Le Maître”) en reconnaissance de sa remarquable description de l’Inde du début du XIe siècle.

Continuer la lecture de « Al-Biruni, savant et polymathe. »

Le lancer du marteau.

Le lancer du marteau est une discipline de l’athlétisme, originaire d’anciennes pratiques celtes, qui consiste à lancer un boulet en acier de 16 livres anglaises (7,257 kg) pour les hommes et 4 kg pour les femmes, le plus loin possible. Le boulet est fixé à un câble en acier relié à une poignée, le tout mesurant 1195 mm pour les femmes et 1215 mm pour les hommes (mesure prise sous la barre horizontale de la poignée). Outre la longueur et le poids, la taille du boulet ainsi que la forme de la poignée sont réglementées. En salle, les hommes pratiquent le lancer du marteau lourd (35 livres américaines soit 15,880 kg). De tels concours sont partie intégrante des Scottish Highland Games notamment avec le lancer du caber.

Tandis que le lancer du marteau fait partie des Jeux olympiques pour les hommes depuis 1900, l’IAAF n’a officialisé ce sport pour les femmes que depuis 1995. Le lancer du marteau féminin a eu lieu pour la première fois aux Jeux olympiques d’été de 2000 à Sydney, après avoir été introduit un an plus tôt aux Championnats du monde d’athlétisme 1999.

Les records du monde sont actuellement détenus pour les hommes par l’Ukrainien (ex-soviétique) Youri Sedykh avec la marque de 86,74 m, établie lors des championnats d’Europe 1986, et pour les femmes par la Polonaise Anita Włodarczyk, créditée de 82,29 m, le 15 août 2016, à Rio de Janeiro en finale des Jeux olympiques.

Continuer la lecture de « Le lancer du marteau. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.