Pierre 1er, roi de Serbie.

Pierre Ier de Serbie (de son nom de naissance Petar Aleksandrović Karađorđević1, en serbe cyrillique Петар Карађорђевић), né le 29 juin 1844 à Belgrade, et mort le 16 août 1921, fut roi de Serbie de 1903 à 1918, puis au terme de la Première Guerre mondiale, roi des Serbes, des Croates et des Slovènes de 1918 à 1921.


Pierre Karageorgévitch fait ses études militaires en France à Saint-Cyr, à titre étranger, de 1862 à 1864 dans la promotion « Puebla ». En 1870, ne supportant pas de voir la France battue par les Prussiens, il s’engage comme sous-lieutenant au 5e bataillon de la Légion étrangère sous le nom de Pierre Kara et se bat dans les rangs de l’Armée de la Loire. Le 11 octobre, il est blessé sous Orléans. Fait prisonnier, il s’évade en traversant la Loire et rejoint l’arrière-garde de l’armée de Chanzy pour reprendre sa place au combat.

Continuer la lecture de « Pierre 1er, roi de Serbie. »

Giovanni Santi, peintre et poète.

Giovanni di Sante di Pietro ou Giovanni Santi ou Sanzio (Colbordolo, ~1435 – Urbino, 1er août 1494), est un peintre et un poète italien de la cour  d’Urbino, le père de Raphaël, et l’auteur d’une chronique sur les peintres de son temps.


Né dans le duché d’Urbino, fils de Perezzollo Santi, marchand de grains, Giovanni Santi est d’abord un petit négociant puis il étudie auprès de Piero della Francesca venu à Urbino et qui a été confié à Santi en 1469 par la confrérie du Corpus Domini. Il est influencé par Fiorenzo di Lorenzo et semble avoir été l’assistant et l’ami de Melozzo de Forlì.

Continuer la lecture de « Giovanni Santi, peintre et poète. »

La lutte contre la Mafia.

La lutte contre la mafia est l’ensemble des dispositifs judiciaires et policiers mis en œuvre pour lutter contre la mafia, le crime organisé et leurs organisations de façade. En italien, ces dispositifs sont souvent désignés sous le nom d’antimafia.


En Italie, tous les aspects de la lutte contre la mafia sont regroupés sous le vocable d’antimafia, un nouveau terme de la langue italienne. Elle comprend notamment les organismes suivants :

  • la Commission parlementaire antimafia, qui dépend du Parlement italien ;
  • la Direction nationale antimafia, qui est un organe du Procureur général près la Cour de Cassation ;
  • la Direction des enquêtes antimafia, qui dépend du ministère de l’Intérieur ;
  • le Pool antimafia, des équipes de magistrats qui coordonnent leur action ;
  • le Parquet antimafia.

Continuer la lecture de « La lutte contre la Mafia. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.