Olof Palme, homme d’état.

Sven Olof Joachim Palme, né le 30 janvier 1927 à Stockholm et mort assassiné le 28 février 1986 dans la même ville, est un homme d’État socialiste réformiste suédois qui fut de 1968 à sa mort, dirigeant du Parti social-démocrate suédois des travailleurs et à deux reprises Premier ministre de Suède (ministre d’État).


Né dans un milieu conservateur, Olof Palme étudia au Kenyon College, Ohio (États-Unis) en 1947–1948, où il obtint un BA, ensuite le droit à l’université de Stockholm, d’où il sortit diplômé en 1951, puis se lança dans la politique au sein du Parti social-démocrate. Cette année passée aux États-Unis sera déterminante dans son engagement : il fut très marqué par la ségrégation raciale et les inégalités sociales ; il rédigea son mémoire d’étude sur l’économiste Friedrich Hayek. Dès 1953, il dirigea le secrétariat du chef du gouvernement Tage Erlander, qui le nomma ministre en 1963 après son élection au Parlement, en 1957. Il dirigea le Parti social-démocrate de son pays de 1968 jusqu’à sa mort et fut chef du gouvernement (ministre d’État) entre 1969 et 1976 et entre 1982 et 1986. Ingvar Carlsson lui succéda.

Continuer la lecture de « Olof Palme, homme d’état. »

Karolis Požela, homme politique.

Karolis Juozovic Požela (29 février 1896 – 27 décembre 1926) était l’un des premiers dirigeants communistes lituaniens . En tant qu’étudiant en  médecine à l’ Université de Tartu , il a rejoint le Parti social-démocrate du travail russe (bolcheviks) en 1916. Dans l’éphémère République socialiste soviétique de Lituanie, il a organisé les communistes à Šiauliai . Après l’effondrement du régime soviétique, Požela a rejoint le parti communiste clandestin de Lituanie (CPL) en devenant membre de son comité central en 1921. Lorsque la direction du parti a été arrêtée à Königsbergen 1921, il est resté essentiellement le seul chef de parti en Lituanie. Il a poursuivi son

Pozela, entier postal, Russie.travail politique et est devenu membre du CPL Orgburo en 1923 et du Politburo en 1926. À plusieurs reprises, il a édité et publié divers journaux et publications communistes, dont Tiesa (Vérité), Kareivių tiesa (Vérité des soldats) et Darbininkų gyvenimas ( vie des travailleurs). Pour ses activités communistes, il a été emprisonné six fois au total. Lorsque l’ armée lituanienne a organisé le coup d’État du 17 décembre 1926, la justification officielle était de protéger la Lituanie d’une révolte bolchevique imminente (les historiens n’ont trouvé aucune preuve crédible d’une telle révolte). Dans la foulée, de nombreux communistes ont été arrêtés. Požela et trois autres, connus sous le nom de quatre communards, ont été exécutés le 27 décembre dans le sixième fort de la forteresse de Kaunas. Continuer la lecture de « Karolis Požela, homme politique. »

Béla Kun, homme politique.

Béla Kun, né Béla Kohn le 20 février 1886 à Szilágycseh et exécuté le 29 août 1938 au Goulag, est un homme politique hongrois, principal dirigeant de l’éphémère République des conseils de Hongrie, le premier gouvernement d’inspiration communiste apparu en Europe après celui de la Russie soviétique. Après l’échec de la révolution hongroise, Béla Kun a été un cadre influent de l’Internationale communiste jusqu’aux années 1930. Il est mort en URSS, victime des Grandes Purges de Staline. Il fut réhabilité en 1956 lors de la déstalinisation.


Béla Kun, né Béla Kohn à Szilágycseh en Transylvanie austro-hongroise, est issu d’un père notaire, d’origine juive hongroise et d’orientation politique social-démocrate1; sa mère était une Hongroise transylvaine d’une famille calviniste, mais aucun des deux n’était pratiquant. Béla Kohn magyarisa son nom en Kun en 1904. Après avoir brièvement commencé des études de droit à l’université de Kolozsvár, il entre assez jeune en politique, d’abord en Transylvanie puis à Budapest. Il est mobilisé en 1914 et part se battre sur le front russe. Fait prisonnier en 1916, il est interné dans un camp de prisonniers. Là, avec d’autres hongrois comme Tibor Szamuely, il découvre le bolchevisme, les textes de Karl Marx et les révolutionnaires, qu’il décide de rejoindre.

Continuer la lecture de « Béla Kun, homme politique. »