Al-Biruni, savant et polymathe.

Abu Rayhan al-Biruni (973 – après 1050) est un Iranien savant et polymathe au cours de l’ âge d’ or musulman. Il a été appelé diversement le “fondateur d’ Indologie “, “Père de Religion Comparée “,  “Père de géodésie moderne “, et le premier anthropologue.

Al-Biruni connaissait bien la physique, les mathématiques, l’ astronomie et les sciences naturelles , et s’est également distingué en tant qu’historien, chronologue et linguiste .  Il a étudié presque toutes les sciences de son époque et a été abondamment récompensé pour ses recherches inlassables dans de nombreux domaines de la connaissance.  La royauté et d’autres éléments puissants de la société ont financé les recherches d’Al-Biruni et l’ont recherché avec des projets spécifiques en tête. Influent à part entière, Al-Biruni a lui-même été influencé par les savants d’autres nations, comme les Grecs, dont il s’est inspiré lorsqu’il s’est tourné vers l’étude de la

philosophie. Linguiste doué, il maîtrisait le khwarezmian , le persan , l’arabe, le sanskrit , et connaissait également le grec , l’ hébreu et le syriaque . Il a passé une grande partie de sa vie à Ghazni , alors capitale des Ghaznavides , dans le centre-est de l’Afghanistan d’aujourd’hui. En 1017, il voyage dans le sous-continent indien et écrit un traité sur la culture indienne intitulé Tārīkh al-Hind (Histoire de l’Inde), après avoir exploré la foi hindoue pratiquée en Inde . [une]Il était, pour son temps, un écrivain admirablement impartial sur les coutumes et les croyances de diverses nations, son objectivité érudite lui valant le titre al-Ustadh (“Le Maître”) en reconnaissance de sa remarquable description de l’Inde du début du XIe siècle.

En Iran, l’anniversaire d’Abu Rayhan Biruni est célébré comme le jour de l’ingénieur géomètre.


Il est né dans le district extérieur (Bīrūn) de Kath , la capitale de la dynastie Afrighid de Khwarezm (Chorasmia) en Asie centrale – qui fait maintenant partie de la république autonome du Karakalpakstan au nord-ouest de l’ Ouzbékistan.

Al-Biruni est né dans le quartier Bīrūn de Kath , à Chorasmia Al-Biruni a passé les vingt-cinq premières années de sa vie à Khwarezm où il a étudié la jurisprudence islamique , la théologie, la grammaire, les mathématiques, l’ astronomie , la médecine et la philosophie et a touché non seulement dans le domaine de la physique, mais aussi dans ceux de la plupart des autres sciences. La langue iranienne Khwarezmian , qui était la langue maternelle de Biruni, a survécu pendant plusieurs siècles après l’ Islam jusqu’à la turquification de la région – tout comme certains au moins de la culture et des traditions de l’ancien Khwarezm- car il est difficile d’imaginer que la figure dominante de Biruni, dépositaire de tant de connaissances, ait pu apparaître dans un vide culturel.  Il était sympathique aux Afrighids , qui ont été renversés par la dynastie rivale des Ma’munids en 995. Il a quitté sa patrie pour Boukhara , alors sous le souverain samanide Mansur II le fils de Nuh. Là, il a correspondu avec Avicenne et il y a des échanges de vues existants entre ces deux savants.

En 998, il se rend à la cour de l’ émir ziyaride du Tabaristan, Qabus ( r . 977-981, 997-1012 ). Il y écrivit son premier ouvrage important, al-Athar al-Baqqiya ‘an al-Qorun al-Khaliyya (littéralement : « Les traces restantes des siècles passés » et traduit par « Chronologie des nations anciennes » ou « Vestiges du passé ») sur la chronologie historique et scientifique, probablement vers 1000 après JC, bien qu’il ait par la suite apporté quelques modifications au livre. Il a également visité la cour du souverain bavandide Al-Marzuban . Acceptant la disparition définitive des Afrighids aux mains des Ma’munids, il fit la paix avec ces derniers qui dirigeaient alors Khwarezm. Leur cour à Gorganj (également à Khwarezm) devenait célèbre pour son rassemblement de brillants scientifiques.

En 1017, Mahmud de Ghazni prit Rey. La plupart des érudits, y compris al-Biruni, ont été emmenés à Ghazni, la capitale de la dynastie  Ghaznavid. Biruni a été nommé astrologue de la cour et a accompagné Mahmud lors de ses invasions en Inde, y vivant pendant quelques années. Il avait quarante-quatre ans lorsqu’il partit en voyage avec Mahmud de Ghazni. Biruni s’est familiarisé avec toutes les choses liées à l’Inde. Pendant ce temps, il écrivit son étude sur l’Inde, la terminant vers 1030. Parallèlement à ses écrits, Al-Biruni s’assura également d’étendre son étude à la science lors des expéditions. Il a cherché à trouver une méthode pour mesurer la hauteur du soleil et a créé un quadrant de fortune à cette fin. Al-Biruni a pu faire beaucoup de progrès dans son étude au cours des fréquents voyages qu’il a effectués à travers les terres de l’Inde.

Appartenant à l’ école sunnite ash’ari, al-Biruni s’associe néanmoins aussi aux théologiens maturidi . Il était cependant très critique envers les Mu’tazila , critiquant notamment al-Jahiz et Zurqan. Il a répudié aussi Avicenna pour ses vues sur l’éternité de l’univers.

Quatre-vingt-quinze des 146 livres connus pour avoir été écrits par Bīrūnī sont consacrés à l’astronomie, aux mathématiques et à des sujets connexes comme la géographie mathématique. Il a vécu pendant l’âge d’or islamique, lorsque les califes abbassides encourageaient les recherches  astronomiques,  parce que ces recherches possédaient une dimension non seulement scientifique mais aussi religieuse : dans l’Islam, le culte et la prière nécessitent une connaissance des directions précises des lieux sacrés. emplacements, qui ne peuvent être déterminés avec précision que grâce à l’utilisation de données astronomiques.

Pour mener à bien ses recherches, Al-Biruni a utilisé une variété de techniques différentes en fonction du domaine d’étude particulier concerné.

Son ouvrage majeur sur l’astrologie est avant tout un texte astronomique et mathématique ; il déclare : ” J’ai commencé par la Géométrie et suis passé à l’Arithmétique et à la Science des Nombres, puis à la structure de l’Univers et enfin à l’Astrologie Judiciaire [ sic ], pour personne digne du style et du titre d’Astrologue [ sic ] ] qui n’est pas parfaitement au courant de ceux-ci pour les sciences.” Dans ces premiers chapitres, il pose les bases du dernier chapitre, sur le pronostic astrologique , qu’il critique. Il fut le premier à faire la distinction sémantique entre astronomie et astrologie et, dans un ouvrage ultérieur, écrivit une réfutation de l’astrologie, par opposition à la science légitime de l’astronomie, pour laquelle il exprime son soutien sans réserve. Certains suggèrent que ses raisons pour réfuter l’astrologie se rapportent aux méthodes utilisées par les astrologues étant basées sur la pseudoscience plutôt que sur l’ empirisme et aussi à un conflit entre les vues des astrologues et celles des théologiens orthodoxes de l’Islam sunnite .

Il a écrit un long commentaire sur l’astronomie indienne dans le Taḥqīq mā li-l-Hind principalement la traduction du travail d’Aryabhatta, dans lequel il prétend avoir résolu la question de la rotation de la Terre dans un travail sur l’astronomie qui n’existe plus, son Miftah-ilm -alhai’a (Clé de l’Astronomie) :

La rotation de la terre n’altère en rien la valeur de l’astronomie, car toutes les apparences d’un caractère astronomique peuvent tout aussi bien s’expliquer selon cette théorie que selon l’autre. Il y a cependant d’autres raisons qui rendent cela impossible. Cette question est la plus difficile à résoudre. Les plus éminents des astronomes modernes et anciens ont étudié en profondeur la question du mouvement de la terre et ont essayé de la réfuter. Nous aussi, nous avons composé un livre sur le sujet intitulé Miftah-ilm-alhai’a (Clé de l’astronomie) , dans lequel nous pensons avoir dépassé nos prédécesseurs, sinon dans les mots, du moins en la matière.
Dans sa description de l’astrolabe de Sijzi, il fait allusion aux débats contemporains sur le mouvement de la terre. Il entretient une longue correspondance et parfois un débat houleux avec Ibn Sina , dans lequel Biruni attaque à plusieurs reprises la physique céleste d’Aristote : il soutient par une simple expérience que l’état de vide doit exister ;  il est « étonné » par la faiblesse de l’argument d’Aristote contre les orbites elliptiques au motif qu’elles créeraient un vide ; il attaque l’immutabilité des sphères célestes.

Dans son ouvrage astronomique majeur, le Canon de Mas’ud , Biruni a observé que, contrairement à Ptolémée , l’ apogée du soleil (point le plus élevé du ciel) était mobile, non fixe. Il a écrit un traité sur l’ astrolabe , décrivant comment l’utiliser pour dire l’heure et comme un quadrant pour l’arpentage. Un schéma particulier d’un appareil à huit engrenages pourrait être considéré comme un ancêtre des astrolabes et des horloges musulmans ultérieurs. Plus récemment, les données de l’ éclipse de Biruni a été utilisé par Dunthorne en 1749 pour aider à déterminer l’ accélération de la lune , et ses données sur les temps d’équinoxe et éclipses a été utilisé dans le cadre d’une étude de rotation passé de la Terre.

Al-Biruni est la personne qui a le premier subdivisé l’heure de manière sexagésimale en minutes, secondes, tiers et quarts en 1000 tout en discutant des mois juifs.

Bīrūnī a conçu une nouvelle méthode pour déterminer le rayon de la terre au moyen de l’observation de la hauteur d’une montagne. Il l’a réalisé à Nandana à Pind Dadan Khan (actuel Pakistan). Il a utilisé la trigonométrie pour calculer le rayon de la Terre en utilisant les mesures de la hauteur d’une colline et la mesure de l’inclinaison de l’horizon depuis le sommet de cette colline. Son rayon calculé pour la Terre de 3928,77 milles était 2% plus élevé que le rayon moyen réel de 3847,80 milles. Son estimation était de 12 803 337 coudées, donc la précision de son estimation par rapport à la valeur moderne dépend de la conversion utilisée pour les coudées. La longueur exacte d’une coudée n’est pas claire ; avec une coudée de 18 pouces, son estimation serait de 3 600 milles, alors qu’avec une coudée de 22 pouces, son estimation serait de 4 200 milles. Un problème important avec cette approche est qu’Al-Biruni n’était pas au courant de la réfraction atmosphérique et n’en a pas tenu compte. Il a utilisé un angle d’inclinaison de 34 minutes d’arc dans ses calculs, mais la réfraction peut généralement modifier l’angle d’inclinaison mesuré d’environ 1/6, ce qui rend son calcul précis à environ 20% de la valeur réelle.

Dans son Codex Masudicus (1037), Al-Biruni a théorisé l’existence d’une masse continentale le long du vaste océan entre l’Asie et l’Europe, ou ce que l’on appelle aujourd’hui les Amériques. Il a plaidé pour son existence sur la base de ses estimations précises de la circonférence de la Terre et de la taille de l’ Afro-Eurasie , qui, selon lui, ne couvraient que les deux cinquièmes de la circonférence de la Terre, estimant que les processus géologiques qui ont donné naissance à l’ Eurasie doivent sûrement avoir donné naissance à des terres dans le vaste océan entre l’Asie et l’Europe. Il a également émis l’hypothèse qu’au moins une partie de la masse continentale inconnue se trouverait dans les latitudes connues que les humains pourraient habiter, et serait donc habitée.

Le principal essai de Biruni sur l’histoire politique, Kitāb al-musāmara fī aḵbār Ḵᵛārazm (Livre de conversation nocturne concernant les affaires de Ḵᵛārazm) n’est plus connu que par des citations du Tārīkh-e Masʿūdī de Bayhaqī. En plus de cela, diverses discussions sur les événements historiques et la méthodologie se trouvent en relation avec les listes de rois dans son al-Āthār al-bāqiya et dans le Qānūn ainsi qu’ailleurs dans l’Āthār, en Inde, et dispersées dans ses autres ouvrages. La “Chronologie des Nations Anciennes” d’Al-Biruni a tenté d’établir avec précision la longueur de diverses époques historiques.

Bīrūnī est largement considéré comme l’une des autorités musulmanes les plus importantes dans l’histoire de la religion.  – un pionnier dans le domaine de la religion comparée dans son étude, entre autres croyances, du zoroastrisme , du judaïsme, de l’ hindouisme , du christianisme, du bouddhisme et de l’ islam. Il supposait la supériorité de l’Islam : « Nous avons ici rendu compte de ces choses afin que le lecteur puisse apprendre par le traitement comparatif du sujet combien les institutions de l’Islam sont supérieures, et combien plus clairement ce contraste fait ressortir toutes les coutumes. et les usages, différents de ceux de l’Islam, par leur sottise essentielle.” Cependant, il était heureux à l’occasion d’exprimer son admiration pour d’autres cultures et citait directement les textes sacrés d’autres religions pour parvenir à ses conclusions. Il s’efforçait de les comprendre selon leurs propres termes plutôt que d’essayer de leur prouver qu’ils avaient tort. Son concept sous-jacent était que toutes les cultures sont au moins des parents éloignés de toutes les autres cultures parce qu’elles sont toutes des constructions humaines. “Au contraire, ce qu’Al-Biruni semble soutenir, c’est qu’il y a un élément humain commun dans chaque culture qui rend toutes les cultures des parents éloignés, aussi étrangers qu’ils puissent sembler les uns aux autres.”

Al-Biruni divise les hindous en une classe instruite et une classe non instruite. Il décrit les instruits comme monothéistes, croyant que Dieu est un, éternel et omnipotent et évitant toute forme d’adoration des idoles. Il reconnaît que les hindous sans instruction adoraient une multiplicité d’idoles, mais souligne que même certains musulmans (comme les Jabriyah ) ont adopté des concepts anthropomorphes de Dieu.

Al-Biruni a écrit sur les peuples, les coutumes et les religions du sous-continent indien. Selon Akbar S. Ahmed, comme les anthropologues modernes, il s’est engagé dans une observation participante approfondie avec un groupe donné de personnes, a appris leur langue et étudié leurs textes primaires, présentant ses découvertes avec objectivité et neutralité en utilisant des comparaisons interculturelles. Akhbar S. Ahmed a conclu qu’Al-Biruni peut être considéré comme le premier anthropologue, d’ autres, cependant, ont soutenu qu’il peut difficilement être considéré comme un anthropologue au sens conventionnel du terme.

La plupart des œuvres d’Al-Biruni sont en arabe bien qu’il ait apparemment écrit le Kitab al-Tafhim en persan et en arabe, montrant sa maîtrise des deux langues. Le catalogue de Bīrūnī de sa propre production littéraire jusqu’à sa 65e année lunaire/63e année solaire (fin 427/1036) répertorie 103 titres répartis en 12 catégories : astronomie, géographie mathématique, mathématiques, aspects et transits astrologiques, instruments astronomiques, chronologie, comètes, catégorie sans titre, astrologie, anecdotes, religion et livres qu’il ne possède plus.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.