La Jamaïque.

La Jamaïque (en anglais : Jamaica) est un État insulaire des Caraïbes. Elle constitue un État souverain indépendant depuis 1962, faisant partie des Antilles, situé au sud de Cuba et à l’Ouest de l’Île  Hispaniola, territoire de la République d’Haïti et de la République dominicaine.

Initialement peuplée par les indigènes Arawaks et les Taïnos, l’île passe sous contrôle espagnol à la suite de l’arrivée de Christophe Colomb en 1494. De nombreux indigènes meurent alors de maladies et les Espagnols y  transfèrent des esclaves africains. Nommée « Santiago », l’île demeure une possession espagnole jusqu’en 1655, lorsque l’Angleterre la conquiert et la rebaptise « Jamaica ». Sous le joug colonial britannique elle devient l’un des principaux exportateurs de sucre au monde grâce à son économie de plantation reposant sur l’esclavage. Les Britanniques émancipent les esclaves en 1838, et nombre d’entre eux préfèrent alors l’agriculture vivrière aux plantations. À partir des années 1840, les Britanniques ont recours à des Chinois et des Indiens pour travailler dans les plantations. L’île obtient son indépendance du Royaume-Uni le 6 août 1962.

La culture jamaïcaine a été diffusée dans le monde à travers le reggae et son plus célèbre représentant, Bob Marley. Elle rayonne également à travers ses exploits sportifs en athlétisme, avec des champions comme Usain Bolt et Shelly-Ann Fraser-Pryce.


La Jamaïque est un territoire de l’hémisphère nord situé dans l’archipel des Caraïbes (dans les Grandes Antilles), entre le tropique du Cancer et  l’équateur. L’île se situe à 17° 59′ Nord (soit à peu près à la même longitude que le Pérou) et à 76° 48′ Ouest (soit à peu près à la même latitude que le Yémen).

Continuer la lecture de « La Jamaïque. »

Anne Bonny, pirate.

Anne Bonny, née Anne Cormac à Cork à une date comprise, selon les  sources, entre 1697 et 1705 et disparue en 1721, était une pirate, issue d’une famille irlandaise. Elle a navigué avec Jack « Calico » Rackham et Mary Read. Alors que Mary Read mourut de fièvre en prison en avril 1721, le destin d’Anne Bonny reste inconnu.

Tout ce que l’on sait à propos d’Anne Bonny provient de légendes et de rares documents officiels : la plupart des informations disponibles aujourd’hui au sujet des pirates les plus connus proviennent de différentes publications du XVIIIe siècle, dont les auteurs sont souvent des pirates eux-mêmes.


Née en Irlande, Anne Cormac est la fille illégitime du procureur William Cormac et de sa domestique Mary. Lorsque cette affaire est exposée au public, William Cormac quitte l’Irlande avec sa fille, qu’il élève comme un garçon, et s’installe à Charleston (Caroline du Sud). Il y fait fortune et achète une immense plantation.

Dans L’Histoire générale des plus fameux pirates, écrite par Daniel Defoe, l’auteur de Robinson Crusoé, sous le pseudonyme de Capitaine Charles Johnson, et publiée en 1724, la future Anne Bonny apparaît pour la première fois sur les terres du Nouveau Monde à Charleston (Caroline du Sud) en 1710 sous les traits d’un garçon de l’âge de treize ans. Bien que fille d’un riche procureur et propriétaire, elle a l’air plutôt pauvre : ses cheveux roux coupés court, le visage crasseux et les vêtements en bataille. Elle a la réputation d’être une jolie fille, intelligente mais soupe-au-lait. On raconte qu’à cet âge de treize ans elle poignarda une domestique avec un couteau, mais il s’agit peut-être d’une légende mensongère. Environ cinq années plus tard, Anne Bonny fréquente les tavernes. On la voit dans les bras de différents boucaniers. Certains racontent même qu’elle aurait publiquement  déshabillé son maître d’armes avec son épée, bouton après bouton.

Continuer la lecture de « Anne Bonny, pirate. »

Mary Read, pirate.

Mary Read (vers 1690 – 1721) est, avec Anne Bonny, l’une des deux femmes pirates les plus célèbres de l’histoire.

Elle a aussi utilisé un nom masculin, Mark Read.


Mary Jane Read est née vers 1690 et a vécu dans le comté du Devon en Angleterre à la fin du XVIIe siècle. À la mort de son frère Willy, sa mère, veuve d’un capitaine de la marine disparu en mer, commença à l’habiller comme un garçon pour continuer à percevoir le soutien financier de la grand-mère paternelle de Mary Read, qui était destiné à l’aîné. Sous son travestissement masculin, elle trouve d’abord un emploi de valet de pied puis s’enrôle sur un premier navire avant de s’engager dans l’armée britannique en Flandres, se mettant au service du roi afin de combattre les Français sous l’uniforme de dragon dans la guerre de succession d’Espagne.

Elle y rencontre un maréchal des logis dont elle tombe amoureuse. Devant révéler sa féminité pour pouvoir l’épouser, le jeune couple doit quitter l’armée. Ils ouvrent ensemble l’Auberge des Trois Fers à Cheval, à Bréda. Cependant, quatre ans plus tard, son mari décède et l’auberge ferme. Mary Read se fait alors à nouveau passer pour un homme et s’engage à bord d’un navire marchand hollandais sous le nom de Willy Read. Ce navire est  attaqué et capturé par des pirates anglais. Elle aurait alors intégré les rangs de ces pirates qu’elle aurait accompagnés jusqu’à New Providence aux Bahamas.

Continuer la lecture de « Mary Read, pirate. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.