Ville de San Salvador (Salvador).

La ville de San Salvador est la capitale de la république du Salvador et le chef-lieu du département de San Salvador. Elle est la principale ville du pays et la seconde ville la plus peuplée d’Amérique centrale après la ville de Guatemala. Elle est de plus une métropole urbaine en pleine expansion rassemblant aujourd’hui le tiers de la population du Salvador au cœur de l’Aire Métropolitaine de San Salvador.

La ville fut baptisée ainsi au nom de Jésus-Christ sous le titre de « Divino Salvador del Mundo » (« le Divin Sauveur du Monde »).


Située dans la « Valle de Las Hamacas » (« vallée des hamacs » — selon les nombreux tremblements de terre que connait la région) et au pied du volcan de Quetzaltepec (ou de San Salvador), la ville se trouve à une altitude  moyenne de 560 mètres.

La température varie en moyenne entre 16° (d’octobre à mars) et 35° (mars à avril) et la saison des pluies débute en avril pour se terminer en novembre.

La ville de San Salvador compte 316 090 habitants et l’aire métropolitaine 1,566 million d’habitants (chiffres de 1992). Sa densité est de 2 066 habitants/km2.

Continuer la lecture de « Ville de San Salvador (Salvador). »

Óscar Romero, prélat de l’église catholique.

Óscar Romero, de son nom complet Óscar Arnulfo Romero y Galdámez (né le 15 août 1917 à Ciudad Barrios au Salvador et mort assassiné le 24 mars 1980), est un prélat de l’Église catholique. Il meurt en martyr, assassiné en pleine messe, alors qu’il est archevêque de San Salvador (Salvador) pour avoir été le défenseur des droits de l’homme et particulièrement des paysans de son diocèse.

Sa canonisation est célébrée le 14 octobre 2018 à Rome, sous le pontificat du pape François.

Les Églises d’Amérique Latine le considèrent comme le saint patron des Amériques et de San Salvador. Au-delà du catholicisme, Oscar Romero est honoré par d’autres Églises chrétiennes notamment la Communion anglicane : il se trouve être l’un des dix martyrs du XXe siècle à figurer parmi les statues situées au-dessus de la grande porte Ouest de l’abbaye de Westminster à Londres au Royaume-Uni. Il est fêté le 24 mars.


Óscar Romero est le second d’une famille nombreuse de sept enfants (cinq frères et deux sœurs), dont le père est postier. Il est baptisé à l’âge d’un an le 11 mai 1919. Il naît dans un pays déchiré où 40 % des terres sont détenues par treize familles. À l’époque, l’Église est persécutée et les assassinats sont fréquents.

Après quelques années à l’école il devient apprenti menuisier à l’âge de douze ans. Deux ans plus tard, en 1931, il entre au séminaire des prêtres Clarétains à San Miguel, contre l’avis de son père.

Continuer la lecture de « Óscar Romero, prélat de l’église catholique. »

Juan Lindo, homme d’état.

Juan Lindo (Tegucigalpa, Honduras, 16 mai 1790 – Gracias, Honduras, 23 avril 1857) était un homme d’État hondurien, qui fut président de la République du Salvador (1841-1842) et du Honduras (1847-1852).


Il naquit au sein d’une famille de propriétaires terriens. En 1814, il obtint sa licence de droit à l’université de San Carlos de Guatemala. Après  l’indépendance des pays d’Amérique du Sud, il devint intendant de la province de Comayagua (1821). À l’époque où il existait un débat sur l’avenir des provinces unies d’Amériques Centrale, Juan Lindo fut partisan de leurs rattachements à l’empire mexicains de Agustin de Iturbide.

Lindo fut élu député à l’assemblée législative du Honduras en 1826. En 1827, il soutint le conservateur José Justo Milla qui renversa Le chef de l’état du Honduras : Dionisio de Herrera. Il fut député à l’Assemblée Constituante convoquée en juin 1838 où il représenta les intérêts du parti conservateur. Pendant son mandat, il encouragea la séparation du Honduras de la Fédération, en octobre 1838.

En 1840, il voyagea au Salvador, où avec l’appui du général Francisco Malespin, il fut nommé secrétaire d’état, d’octobre 1840 à janvier 1841, puis élu chef provisoire du pays du 7 janvier au 20 juin 1841. Le 28 juin de la même année, il fut élu premier président du Salvador jusqu’au 1er février 1842. Durant son mandat, il sépara formellement le Salvador de la fédération et émit un décret de fondation de l’université national.

Continuer la lecture de « Juan Lindo, homme d’état. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.