Carlos Manuel Arana Osorio, homme d’état.

Carlos Manuel Arana Osorio (17 juillet 1918 à Barberena (département de Santa Rosa) – 6 décembre 2003) est président du Guatemala du 1er juillet 1970 au 1er juillet 1974.


Carlos Arana est né à Barberena, dans le département de Santa Rosa. Militaire de carrière avec rang de colonel, il conduit sous le régime de Julio César Méndez Montenegro, avec le soutien d’instructeurs militaires venus des États-Unis, une brutale campagne de répression contre les  organisations de gauche. Autour de 8 000 assassinats politiques sont dénombrés entre 1966 et 1968.

En juillet 1970, il est devenu président à la suite d’un processus électoral généralement considéré comme frauduleux, sur un programme promettant une répression des problèmes d’ordre public et la stabilité ; son vice-président était Eduardo Cáceres.

En novembre 1970, Arana a imposé l’état de siège qui a été suivi de mesures anti-insurrectionnelles renforcées. Son gouvernement a commis de graves violations des droits de l’homme et a eu recours au terrorisme d’État dans sa guerre contre la guérilla, notamment à des escadrons de la mort parrainés par le gouvernement. Les forces de sécurité ont régulièrement détenu, torturé et exécuté de manière extrajudiciaire des opposants politiques, des dirigeants étudiants, des sympathisants présumés de la guérilla et des syndicalistes. Le gouvernement d’Arana a reçu un soutien militaire à grande échelle des États-Unis, notamment des armes, un soutien technique et des conseillers militaires. La Commission guatémaltèque des droits de l’homme a estimé que 20 000 Guatémaltèques ont été tués par l’administration Arana.

Continuer la lecture de « Carlos Manuel Arana Osorio, homme d’état. »

Le Quetzal.

Pour les Mexica et les Maya, le Quetzal représentait la domination de la terre et du vent. Le serpent à plumes, c’est-à-dire Quetzalcoatl, était représenté et décoré avec les plumes du Quetzal. En outre, ses plumes avaient une grande valeur pour tous les Mayas et les Mexica, à tel point qu’elles étaient également utilisées comme une sorte de monnaie et entraient dans la tenue des personnalités les plus puissantes, comme les souverains et les prêtres. Le panache de Montezuma était entièrement fait

de plumes de Quetzal. En revanche, dans les cultures maya et aztèque, tuer un quetzal était interdit et passible de la peine de mort. On dit que pour obtenir ses plumes, les habitants attendaient que l’oiseau se défasse de son enveloppe ou qu’il soit piégé puis relâché. Les longues plumes qui recouvrent la queue du Quetzal étaient associées à la croissance des plantes, c’est pourquoi les Mayas et les Aztèques lui attribuaient également des pouvoirs liés à l’agriculture.

Depuis les temps anciens et encore aujourd’hui, voir un Quetzal dans son habitat naturel est une tâche difficile. Ils habitent généralement les hauteurs des forêts humides couvertes d’un épais brouillard. La répartition de l’habitat de cet oiseau s’étend des jungles du sud du Mexique, du centre du Guatemala, du Honduras, du nord du Nicaragua, de l’est du Salvador, du centre du Costa Rica et enfin de l’ouest du Panama. Son régime alimentaire est basé sur les fruits tels que les avocats sauvages, ainsi que sur les petits insectes tels que les lézards.

Continuer la lecture de « Le Quetzal. »

Rafael Landivar, prêtre jésuite et poète.

Rafael Landívar Ruiz de Bustamante, né le 27 octobre 1731 à La Antigua (Sacatepéquez), Guatemala et décédé le 27 septembre 1793 à Bologne (Italie), est un prêtre jésuite guatémaltèque, latiniste, écrivain et poète de renom. Il est considéré comme le poète national du Guatemala.


Né le 27 octobre 1731 à Antigua (Sacatepéquez), le jeune Rafael entre au noviciat des Jésuites de Tepotzotlán (le collège Saint-François-Xavier), au Mexique (Vice-royauté de Nouvelle-Espagne) le 17 février 1750. À la fin de ses études théologiques il est ordonné prêtre probablement en 1758.

Le père Landivar entre dans l’enseignement. Il est titulaire de la classe de rhétorique à Mexico puis Puebla. Il enseigne également la théologie à La Antigua. Lorsque les Jésuites sont expulsés d’Espagne et de ses colonies, en 1767, il se trouvait être le recteur du collège-séminaire de San Francisco-Borgia. Avec ses compagnons jésuites il est déporté vers Espagne. Et de là en Italie, à Bologne, où il est employé comme précepteur, la Compagnie de Jésus étant supprimée depuis 1773. Il réside à Bologne jusqu’à sa mort vingt ans plus tard, le 27 septembre 1793.

Continuer la lecture de « Rafael Landivar, prêtre jésuite et poète. »