Les Trois Stooges.

Les Trois Stooges étaient une équipe américaine de vaudeville et de comédie active de 1922 à 1970, surtout connue pour leurs 190 courts métrages de Columbia Pictures . Leurs styles de marque étaient la farce physique et le slapstick . Six Stooges sont apparus au cours de l’acte (avec seulement trois actifs à un moment donné) : Moe Howard ( vrai nom (t / n) Moses Horwitz) et Larry Fine (t / n Louis Feinberg) ont été les piliers tout au long des près de 50 ans de l’ensemble. run et le “troisième pantin” pivot a été joué par (par ordre d’apparition) Shemp Howard (t / n Samuel Horwitz),Curly Howard (t/n Jerome Horwitz), encore Shemp Howard, Joe Besser et “Curly Joe” DeRita.

L’acte a commencé au début des années 1920 dans le cadre d’un acte de comédie de vaudeville présenté comme ” Ted Healy et ses Stooges “, composé à l’origine de Healy et Moe Howard. Au fil du temps, ils ont été rejoints par le frère de Moe, Shemp Howard, puis Larry Fine. Les quatre sont apparus dans un long métrage, Soup to Nuts , avant que Shemp ne parte pour poursuivre une carrière solo. Il a été remplacé par son frère cadet et celui de Moe, Jerome “Curly” Howard, en 1932. Deux ans plus tard, après être apparu dans plusieurs films, le trio a quitté Healy et a signé pour apparaître dans leurs propres comédies à court métrage pour Columbia Pictures ., maintenant présenté comme “Les Trois Stooges”. De 1934 à 1946, Moe, Larry et Curly ont produit plus de 90 courts métrages pour Columbia. C’est durant cette période que les trois étaient à leur apogée.

Continuer la lecture de « Les Trois Stooges. »

Les automobiles Plymouth.

Plymouth est une marque d’automobiles fabriquées par le constructeur automobile Chrysler aux États-Unis, de 1928 à 2001.


La firme Plymouth a été fondée en 1928 par Walter P. Chrysler pour élargir le groupe Chrysler à une nouvelle clientèle populaire, face aux Ford et Chevrolet. Plymouth connaît ses heures de gloire dans les années 1940, 1950 et 1960 où la marque est à la troisième place en termes de volume de production derrière Ford et Chevrolet. Puis elle perd de plus en plus d’adeptes dans les années 1970 et 1980, pour devenir presque marginale dans les années 1990. Fin 1999, le groupe Chrysler annonce la disparition prochaine de Plymouth.

Plymouth a écoulé près de neuf millions d’unités de sa série « standard » baptisée Plaza, Savoy, Belvedere puis Fury et Gran Fury. Cette série, assez proche des séries « standard » de Dodge et De Soto, inaugure la carrosserie ponton (sans ailes apparentes) chez Plymouth en 1948. Sa production est arrêtée en 1981, après de nombreux changements de carrosserie. Le groupe Chrysler ne parvient plus, en effet, à vendre de grosses voitures depuis la crise pétrolière de 1973/1974. La filiale Imperial, la branche de prestige du groupe, est ainsi passée de vie à trépas en 1975. Le groupe lui-même est au bord de la faillite et a dû vendre en catastrophe en 1978 ses filiales européennes, Chrysler-France (ex-Simca) et Chrysler-UK (ex-Rootes).

Plymouth, carte maximum, Venda.

Continuer la lecture de « Les automobiles Plymouth. »

Ville de Delphes (Grèce).

Delphes (en grec ancien et grec moderne Δελφοί, Delphoí) est le site d’un sanctuaire panhellénique, situé au pied du mont Parnasse, en Phocide, où parle l’oracle d’Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie qui était assise dans une salle du temple d’Apollon et parlait au nom du dieu. Elle répondait aux questions qui lui étaient posées ; ces réponses étaient aussitôt traduites en phrases par des prêtres. Delphes abrite également l’Omphalos ou « nombril du monde ». Investie d’une signification sacrée, le sanctuaire est, du vie au ive siècle av. J.-C., le véritable centre et le symbole de l’unité du monde grec. Les sanctuaires panhelléniques sont des complexes architecturaux extérieurs aux cités. Ils constituent les seuls lieux où tous les anciens Grecs, et certains barbares (Lydiens et Étrusques) prennent part à des célébrations religieuses communes.

Les ruines de Delphes ont été rendues au jour grâce aux fouilles de l’École française d’Athènes à partir de 1892 sous la direction de Théophile Homolle.


Le nom de Delphes (Δελφοί / Delphoí ) vient de δελφύς / delphús (« matrice, giron, creux, utérus ») qui a aussi donné les termes « cochon » ((δέλφος / délphos), « dauphin, cochon de mer » (δελφίς / delphís) : dans la poésie homérique, Apollon aurait pris la forme de cet animal pour attirer les marins crétois chargés d’instaurer son culte sur le site.

Continuer la lecture de « Ville de Delphes (Grèce). »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page