Giovanni Pascoli, poète.

Giovanni Pascoli, né le 31 décembre 1855 à San Mauro di Romagna dans la province de Forlì-Cesena en Émilie-Romagne (Italie) et mort le 6 avril 1912 à Bologne, est un poète italien de langue latine et italienne.


Son père soutenait le nouveau gouvernement national unitaire (1861 : date de l’Unité italienne) et sa mère était propriétaire de la petite villa de San Mauro. Pascoli reçoit en héritage les idéaux du Risorgimento, alors que sa mère tente de l’élever dans la tradition du catholicisme partisan de la souveraineté temporelle du pape.

Sa vie est rythmée par des traumatismes : le premier quand son père l’envoie, lui et ses frères Giacomo et Luigi, au collège Raffaello d’Urbino ; il fréquente ensuite le lycée où il écrit ses premières compositions poétiques (Il pianto dei compagni, per la morte dell’allievo Pirro Viviani 1869 et Come studiò Raffaello 1870) Le deuxième au moment du mariage de sa sœur préférée, Ida, car, à l’image de son père, il avait voulu reconstruire le « nido » (nid) familial avec elle et Maria.

Continuer la lecture de « Giovanni Pascoli, poète. »

Antonio Rosmini, prêtre.

Antonio Rosmini, parfois appelé Antoine Rosmini en français (Rovereto, 25 mars 1797 – Stresa, 1er juillet 1855), est un prêtre fondateur de l’institut de la Charité. Il est béatifié le 18 novembre 2007 par Benoît XVI.


Antonio Rosmini naît à Rovereto, dans l’actuelle région du Trentin-Haut-Adige, il appartient à une famille de la noblesse aisée ; il entre au séminaire, et après des études à Pavie et Padoue, est ordonné prêtre le 21 avril 1821.

En 1828, il fonde une nouvelle congrégation religieuse, l’Institut de la Charité (appelé aussi congrégation des rosminiens ou Pères rosminiens). Les membres peuvent être prêtres ou laïcs, et se consacrent à la prédication, à l’enseignement de la jeunesse, et aux œuvres de charité, qu’elles soient matérielles, morales ou intellectuelles. Ils s’implantent en Italie, en Angleterre, en Irlande, en France et en Amérique.

Continuer la lecture de « Antonio Rosmini, prêtre. »

Carlo Lorenzini (Carlo Collodi), journaliste et écrivain.

Carlo Lorenzini (Florence, 24 novembre 1826 – ibidem, 26 octobre 1890) est un journaliste et écrivain italien. Critique dramatique en complément de son métier de fonctionnaire affecté à la censure, il est l’auteur, sous le pseudonyme de Carlo Collodi, du chef-d’œuvre mondial de la littérature enfantine Les Aventures de Pinocchio.


Carlo Lorenzini est le troisième des cinq enfants du cuisinier et d’une femme de chambre du marquis de Ginori, propriétaire florentin de la célèbre manufacture de porcelaine Ginori de Doccia. Son père, Domenico, est né en 1795 à Cortone, un village des Apennins. Sa mère, née Angiolina Orzali à Veneri, près de Collodi, également dans les Apennins, est fille de fermier.

Ses parents le font baptiser à la basilique San Lorenzo de Florence et peuvent, dans un premier temps, le garder près d’eux, au palais Ginori. À l’âge de trois ans, l’enfant est confié à son oncle maternel Giuseppe et sa tante Teresa, qui habitent Collodi. Le journaliste prendra en 1856 pour pseudonyme le nom de ce souvenir d’enfance, en hommage, dira-t-il, à sa mère, avec laquelle il habitera durant le veuvage de celle-ci, de 1848 à 1862, c’est-à-dire durant presque toute sa vie d’adulte.

Continuer la lecture de « Carlo Lorenzini (Carlo Collodi), journaliste et écrivain. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.