Filippo Brunelleschi, architecte, sculpteur, peintre et orfèvre.

Filippo di Ser Brunellesco Lippi ou Filippo Brunelleschi, né en 1377 à Florence et mort le 15 avril 1446, est un architecte, sculpteur, peintre, et orfèvre de l’école florentine.

Brunelleschi puise sa vigueur créatrice aux sources antiques pour rationaliser l’espace de la cité moderne et met en place les bases de la perspective, opposant ainsi au gothique tardif un nouveau système de représentation du monde. Tenu pour un novateur par ses propres contemporains, Brunelleschi laisse une œuvre architecturale – réalisée pour l’essentiel à Florence, pendant la première moitié du Quattrocento, puis complétée par des élèves comme Michelozzo et Alberti – qui fait de lui un brillant précurseur de la Renaissance. En 1415, il théorise à Florence la « perspective mathématique » .


Admis apprenti-orfèvre à l’Arte della seta (« art de la soie ») en 1398, il s’intéresse un temps à l’horlogerie.

Continuer la lecture de « Filippo Brunelleschi, architecte, sculpteur, peintre et orfèvre. »

Giovanni Battista Piazzetta, peintre.

Giovanni Battista Piazzetta ou Gian Battista Piazzetta ou Giambattista Piazzetta (Venise, 13 février 1683 – Venise, 29 avril 1754) est un peintre italien de l’école vénitienne.


Après un premier apprentissage à l’atelier de son père Giacomo Piazzetta, sculpteur et graveur sur bois, il passe à l’atelier du peintre Antonio Molinari en 1697.

Crédité du courant naturaliste vénitien de la fin du XVIIe siècle, avec Antonio Molinari et Antonio Zanchi, il étudie aussi la peinture bolonaise de Giuseppe Maria Crespi, du clair-obscur au chaud luminisme, ce qui lui permet, revenant à Venise vers 1705, de rejoindre le nouveau goût chromatique, avec l’utilisation de couleurs foncées et de contrastes marqués entre l’ombre et la lumière.

Continuer la lecture de « Giovanni Battista Piazzetta, peintre. »

Carlo Dolci, peintre.

Carlo Dolci, né le 25 mai 1616 à Florence où il est mort le 17 janvier 1686, est un peintre italien qui a été l’élève de Jacopo Vignali.


Carlo Dolci, fils d’Andrea Dolci et d’Agnese Marinari est né à Florence le 25 mai 1616. Orphelin de père à l’âge de quatre ans, il entre dans l’atelier de Jacopo Vignali à neuf ans et y reste jusqu’à son indépendance. En 1648, il est inscrit parmi les académiciens du dessin de Florence. En 1654, il épouse Teresa Bucherelli (1638/39-1683), de laquelle il a un fils nommé Andrea et sept filles. La personnalité et l’œuvre de dévotion de Carlo Dolci est étonnante pour notre époque. Un de ses contemporains écrivit « qu’il eut une enfance si pure et si pieuse, qu’elle inspira à d’autres enfants l’amour de Dieu ». Le matin de son mariage, ses amis le cherchèrent dans toutes les églises de Florence : il était en prière

dans l’église Santa Annunziata. Il fréquenta la confrérie de saint Benoît, dont la devise était « Travailler c’est prier  », et bien que portraitiste de talent, il décida de se consacrer exclusivement à une peinture religieuse qui soit « susceptible d’éveiller la piété chez quiconque la regarderait  ». Lent et minutieux, il refusait toute somme élevée et bien que très sollicité, il avait des difficultés financières. Un de ses collègues Luca Giordano, lui ayant conseillé de travailler plus rapidement pour ne pas mourir de faim, il fit une dépression dont il ne se releva pas.

Continuer la lecture de « Carlo Dolci, peintre. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.