L’ île de la Guadeloupe.

La Guadeloupe est une île de l’archipel des Antilles composée de deux parties : la Grande-Terre à l’est et la Basse-Terre à l’ouest, séparées par un bras de mer « la Rivière-Salée ». La Guadeloupe est aussi par extension administrative un département français, une région mono-départementale de l’Outre-mer français et une région ultrapériphérique européenne, située dans les Caraïbes ; son code départemental officiel est le « 971 ». Elle est membre de l’OECS (Organisation des États de la Caraïbe orientale).

La Guadeloupe à la fois département et région d’outre-mer bordée par la mer des Antilles à l’ouest et par l’océan Atlantique à l’est, est située à 575 km au nord des côtes du Venezuela en Amérique du Sud, à 739 km à l’est-sud-est de la République dominicaine, à 2 176 km à l’est-sud-est de Miami (États-Unis) et à 6 732 km de Paris.

Continuer la lecture de « L’ île de la Guadeloupe. »

Pierre Bonnard, peintre, décorateur, illustrateur, graveur, sculpteur et lithographe.

Pierre Bonnard, né le 3 octobre 1867 à Fontenay-aux-Roses (Seine) et mort le 23 janvier 1947 au Cannet (Alpes-Maritimes), est un peintre, décorateur, illustrateur, lithographe, graveur et sculpteur français.

Issu de la petite bourgeoisie, esprit à la fois modeste et indépendant, il se met très tôt à dessiner et à peindre. Il participe à la fondation du groupe postimpressionniste des nabis, qui entendent exalter les couleurs dans des formes simplifiées. Vénérant toutefois les impressionnistes, Bonnard va tracer son chemin personnel à l’écart des avant-gardes qui suivront : fauvisme, cubisme, surréalisme. Il produit énormément et connaît le succès dès le tournant du siècle. Grand voyageur amoureux de la nature, il se retire volontiers dans sa maison de Normandie mais découvre aussi la lumière du Midi : gardant un pied à Paris, il s’installe en 1927 au Cannet, avec Marthe, sa compagne et son modèle durant près de cinquante ans.

Continuer la lecture de « Pierre Bonnard, peintre, décorateur, illustrateur, graveur, sculpteur et lithographe. »

Jean Messagier, peintre, graveur et sculpteur.

Jean Messagier (Paris, 17e, 13 juillet 1920 – Montbéliard, 10 septembre 1999) est un peintre, graveur, sculpteur français. En 1947 a lieu sa première exposition personnelle à Paris, Galerie Arc-en-Ciel. De 1945 à 1949, l’artiste s’était montré sous l’influence de Pablo Picasso et de François Desnoyer qui fut son professeur à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Messagier a été révélé de nouveau au public lors de l’exposition organisée par Charles Estienne à la Galerie de Babylone, en 1952, sous le titre La Nouvelle École de Paris. L’année suivante, Messagier rompt délibérément avec le post-cubisme à tendance expressionniste. Il s’appuie alors sur Jean Fautrier et Pierre Tal Coat pour élaborer une vision personnelle dans laquelle il restitue “la lumière… une lumière différente de celle des impressionnistes” qu’il avait “pressentie abstraitement”. Réalisant aussi bien des sculptures, tapisseries, chars de carnaval, des montgolfières, étiquettes de bouteilles de vin, il fut encore poète, compositeur de musique, écologiste, un humaniste militant et surtout peintre. Rattaché à l’École de Paris d’après-guerre, on le qualifie confusément d’abstrait lyrique, de nuagiste, de tachiste, de paysagiste abstrait. Lui-même n’a jamais voulu se définir, il a toujours renoncé à la dualité abstraction – figuration.

Après ses études secondaires à Montbéliard, Jean Messagier intègre en 1942 l’École Nationale des Arts Décoratifs de Paris où il étudie avec Roland Oudot, Maurice Brianchon, Raymond Legueult et François Desnoyer, ayant pour condisciple Jean Labellie dont il restera l’ami. Parallèlement, il suit les cours de poétique de Paul Valéry au Collège de France.

Continuer la lecture de « Jean Messagier, peintre, graveur et sculpteur. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page