Gustave Eiffel, ingénieur et industriel.

Gustave Eiffel, né Bonickhausen dit Eiffel le 15 décembre 1832 à Dijon et mort le 27 décembre 1923 à Paris, est un ingénieur centralien et un industriel français, qui a notamment participé à la construction de la tour Eiffel à Paris, du viaduc de Garabit et de la statue de la Liberté à New York.

Sa famille a porté longtemps le nom double « Bönickhausen dit Eiffel » (ou « Bonickhausen dit Eiffel », sans tréma, pour Gustave à sa naissance). Son deuxième nom a été ajouté par un ancêtre allemand qui s’est installé à Paris au début du XVIIIe siècle, et qui était originaire de l’Eifel, à Marmagen dans l’actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Le nom de Eiffel était plus aisément prononçable pour les Français que le patronyme originel de la famille qui était : Bönickhausen. Gustave a souhaité retirer ce nom ayant « une consonance allemande qui inspire [des] doutes sur [sa] nationalité française, et ce simple doute est de nature à lui causer, soit

individuellement, soit commercialement, le plus grand préjudice ». En effet, en 1875, un dessinateur que Gustave a licencié le diffame en l’accusant d’être un espion à la solde de Bismarck. Gustave porte plainte, fait condamner le dessinateur et, le 12 mars 1877, se pourvoit devant le garde des Sceaux pour ne plus porter que le nom d’Eiffel. L’autorisation de porter le patronyme d’Eiffel lui est accordée par un décret du 1er avril 1879 puis par un jugement du tribunal de première instance de Dijon du 15 décembre 1880.

Son père, Alexandre Bönickhausen Eiffel, officier, engagé dans les armées napoléoniennes en 1811, devint secrétaire de l’intendance militaire de Dijon, ville où il épousa en 1824 Catherine Mélanie Moneuse, fille d’un négociant de bois. Celle-ci se lança dans le négoce de la houille à une époque où ce marché était en pleine expansion et parvint, à grands efforts, à se constituer une petite fortune personnelle. Son frère, Bernard Gilles Moneuse, était l’époux de Tullie Moneuse, née Caignet.

Gustave Eiffel, carte maximum, Paris, 18/12/1982.

Ses parents travaillant énormément, il est confié pendant sa petite enfance à sa grand-mère maternelle habitant Dijon. Durant son enfance Gustave Eiffel vécut également au château du Castel, situé aussi à Dijon, actuellement lycée Le Castel. De 1843 à 1850, il fait ses études au lycée royal de Dijon. À 18 ans, en 1850, son baccalauréat en poche, il quitte Dijon pour entrer au collège Sainte-Barbe de Paris en vue de la préparation du concours d’entrée à l’École polytechnique. Mais il échoue à l’oral et choisit d’entrer à l’École centrale des arts et manufactures de Paris dont il sort diplômé en 1855. Sa spécialité est alors la chimie en vue de reprendre la direction de l’usine de son oncle8. Mais à cause d’une brouille familiale, il s’oriente vers la métallurgie, domaine d’activité que sa mère connaît et dans lequel elle a des relations. Il réside à Clichy à partir de 1856.

Tour Eiffel, collector de 4 timbres.

Après avoir été employé pendant quelques mois aux Forges de Châtillon-sur-Seine où son beau-frère est directeur, Eiffel fait la rencontre en 1856 par l’entremise de sa mère, de Charles Nepveu, entrepreneur parisien spécialisé dans la construction métallique, pionnier de l’utilisation d’air comprimé dans les forages, par ailleurs proche des frères Pereire. Résistant, léger et facile à manipuler, l’acier commence à s’imposer pour la construction de ponts et de charpentes, liés en particulier à l’essor des chemins de fer. Le jeune ingénieur fait bientôt la preuve de ses talents. Eiffel est placé par Nepveu, dont les affaires ne sont pas florissantes, à la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest, où il étudie son premier ouvrage : un petit pont en « tôle » pour le chemin de fer de Saint-Germain. En dehors de cet emploi, il travaille avec Nepveu, à une offre pour la construction d’un pont ferroviaire sur la Garonne. Fort de ce marché probable, Nepveu cède son affaire à la Compagnie belge de matériels de chemins de fer dirigée par François Pauwels11, qui embauche Eiffel.

Ainsi sa première grande réalisation fut cette passerelle Eiffel à Bordeaux en 1858 en collaboration avec Paul Régnauld, chantier dont il assume la direction à vingt-six ans. Gustave Eiffel utilise alors la technique de fondation à air comprimé lors de l’exécution des piles tubulaires. Or il est l’auteur d’une étude : Le fonçage par pression hydraulique des piles concernant cette nouvelle technique. Le succès de l’entreprise, qui doit relier la Compagnie des chemins de fer du Midi appartenant aux frères Peireire à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, lui assure une première réputation. Au début des années 1860, sa collaboration avec Paul Régnauld l’aurait amené à réaliser la Passerelle Saint-Paul et l’observatoire Sainte-Cécile à Arcachon.

Le 7 avril 1862, à 29 ans, il se marie à Dijon avec Marguerite Gaudelet, alors âgée de 17 ans. Le couple aura cinq enfants, trois filles et deux garçons, nés entre 1863 et 1873, laissant une nombreuse postérité14. Sa femme meurt le 8 septembre 1877 à Levallois-Perret, à l’âge de 32 ans.

Le premier grand chantier de Gustave Eiffel est, en 1858, le pont ferroviaire de Bordeaux, long de 510 mètres, chantier dont il assure la direction à 26 ans seulement, une prouesse technique sur un fleuve aussi large, qui lui permet de tester toute une série d’innovations qui feront sa force par la suite16. Eiffel, fort de ses premières expériences réussies, décide de fonder sa propre société. En 1866, il fait l’acquisition des Ateliers Pauwels de constructions métalliques, à Levallois-Perret, à l’ouest de Paris.

L’entreprise emporte alors plusieurs grandes commandes d’édification de viaducs et de bâtiments à structure ou charpentes métalliques. Pour ce faire, il n’hésite pas à parcourir l’Europe entière. Le talent de l’ingénieur centralien, sa vivacité à saisir toute nouvelle idée ou projet, mais aussi sa grande capacité à s’entourer de brillants collaborateurs, contribuent au succès de la société Eiffel : Théophile Seyrig en 1868, Émile Nouguier à partir de 1875, Maurice Koechlin à partir de 1879, etc. Maurice Koechlin sera d’ailleurs à l’origine en 1881 de la conception de l’armature de fer de la statue de la Liberté, dessinée par Auguste Bartholdi et inaugurée à New York en 1886.

Gustave Eiffel est surtout connu pour la tour Eiffel, construite en 1887-1889 pour l’Exposition universelle de 1889 à Paris, ville dont elle est devenue le symbole.

L’ambition de réaliser une tour « haute de plus de mille pieds » taraude l’esprit des plus audacieux architectes dans le monde entier. Mais ceux-ci se heurtent à d’innombrables problèmes techniques. Ainsi, en 1885, s’achève difficilement la construction en maçonnerie de l’obélisque de Washington, haut de 169 mètres, et l’immeuble Chrysler est encore dans les limbes…

Mais « l’idée d’une tour monumentale hante les airs »… En 1874, Clarke et Reeves prétendent élever à Philadelphie une tour de plus de 914 mètres, qui ne voit pas le jour. En France, Bourdais et Sébillot conçoivent une colonne en maçonnerie de 300 m de haut, irréalisable selon les connaissances technologiques de l’époque. Les difficultés sautent aux yeux, mais ce rêve de tour hante nombre d’architectes de l’époque, sans succès.

En France, après la défaite de Sedan et la perte de l’Alsace-Lorraine, la République renaissante et encore fragile a besoin pour marquer le centenaire de la Révolution de 1789 d’un coup d’éclat. Dès 1878, le gouvernement de Jules Ferry envisage l’organisation d’une grande Exposition universelle dont l’inauguration est fixée au 5 mai 1889. Alors que ce projet est définitivement adopté en 1883, deux ingénieurs de l’entreprise Eiffel, Émile Nouguier et Maurice Koechlin, ont l’idée d’une tour métallique. Parmi leurs sources d’inspiration, il faut rappeler la Galleria Vittorio Emanuele II de Milan. Leur ébauche, mise en forme le 6 juin 1884, s’embellit avec la collaboration de l’architecte Stephen Sauvestre, qui affine et décore l’édifice.

D’abord réticent, Gustave Eiffel s’approprie l’idée de ses collaborateurs (Maurice Koechlin) en rachetant le brevet déposé le 18 septembre 1884. Il s’agit maintenant pour lui de vendre sa tour. C’est sous le label ci-dessus qu’il la propose d’abord au maire de Barcelone — où doit bientôt se tenir une autre exposition universelle —, qui refuse, jugeant le projet « peu réaliste et surtout beaucoup trop onéreux ». Pour éviter un nouvel échec, l’entrepreneur comprend qu’il doit rendre son projet crédible aux yeux des édiles, mais aussi de l’opinion publique. Il dépense alors des fortunes en articles de presse, publicité et relations publiques (notamment auprès d’Édouard Lockroy, ministre du Commerce et commissaire général de l’exposition).

Son projet, qui fait l’unanimité, l’emportera finalement sur tous les autres candidats, le 1er mai 1886, ce qui permet à l’ingénieur de signer une convention avec le gouvernement, le 8 janvier 1887. Cet acte en précise le financement et l’emplacement, en bord de Seine — dans l’axe du pont d’Iéna — autrement dit au centre de la capitale. L’homme a une réputation excellente, il sait s’entourer d’hommes remarquables, comme Émile Nouguier et Maurice Koechlin. C’est un bourreau de travail, un homme respecté (à Bordeaux, il a sauvé un ouvrier de la noyade en se jetant dans le fleuve). Il va vite et loin avec des idées neuves et simples. Enfin, et surtout, il avance de sa poche 80 % des frais des travaux, estimés à 8,5 millions de francs or. Les autorités lui accordent une concession de vingt ans, à dater du 1er janvier 1890, au terme de laquelle la tour reviendra à la ville de Paris.

Le chantier s’ouvre le 28 janvier 1887. On creuse des entonnoirs dans le Champ-de-Mars pour recevoir les maçonneries des piliers, on assèche le terrain. On pose « 4 fameux vérins hydrauliques », bref on invente des solutions à chaque étape. Tous les éléments sont préparés à l’usine de Levallois-Perret puis transférés sur le site. Le projet de construction de la Tour suscita d’ardentes hostilités. Dès le premier coup de pioche, en janvier 1887, une « Protestation des artistes » contre son édification est signée des noms les plus remarquables : Charles Gounod, Charles Garnier, Victorien Sardou, Alexandre Dumas fils, François Coppée, Sully Prudhomme, Leconte de Lisle, Guy de Maupassant, Huysmans… « Méfions-nous des grands hommes », aurait dit alors Eiffel. Le 28 janvier 1887, les travaux commencent, et, bientôt, les Parisiens assisteront, mi-hébétés mi-émerveillés, à l’élévation de l’édifice, au « rythme incroyable » de douze mètres par mois. Sur le chantier, ne s’effectue que l’assemblage des éléments de la Tour. Ceux-ci sont dessinés et fabriqués dans les ateliers Eiffel, à Levallois, près de Paris. L’entrepreneur, qui surveille jour et nuit l’avancement des travaux, doit cependant faire face à une grève retentissante des ouvriers du chantier, ceux-ci réclamant, vu leurs conditions de travail risquées, une augmentation de salaire.

Eiffel est souvent considéré comme un espérantiste, soutenant dès 1910 le projet de langue internationale interculturelle et artificielle qu’est l’esperanto, inventée en 1887 et toujours active aujourd’hui, même si de son propre aveu, il n’a jamais appris à la parler.

Alexandre Gustave Eiffel décède le 27 décembre 1923 (à 91 ans) dans son hôtel particulier de la rue Rabelais à Paris. Ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Philippe-du-Roule le 31 décembre 1923 à 10 h 30, en présence de nombreuses personnalités. Le même jour, Gustave Eiffel est inhumé avec tous les honneurs dans le caveau appartenant à sa famille au cimetière de Levallois-Perret.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

André Chantemesse, médecin et biologiste.

André Chantemesse, né au Puy dans la Haute-Loire le 13 octobre 1851 et mort à Paris le 25 février 1919, est un médecin et biologiste français, élève de Louis Pasteur, reconnu pour ses travaux sur la fièvre typhoïde.

Fils d’un négociant en dentelles, il poursuit sa scolarité au collège d’Aurillac où il rencontre Émile Roux. Il travaille dans l’industrie de la dentelle à Paris entre 1871 et 1875. En 1876, à l’âge de 25 ans, il entame tardivement des études de médecine.

Continuer la lecture de « André Chantemesse, médecin et biologiste. »

Robert Debré, médecin et fondateur de la pédiatrie moderne.

Robert Debré, né à Sedan le 7 décembre 1882 et mort au Kremlin-Bicêtre le 29 avril 1978, est un médecin français, considéré comme l’un des fondateurs de la pédiatrie moderne. Il est par ailleurs le père de l’homme politique Michel Debré, du peintre Olivier Debré et de sa fille médecin Claude Monod-Broca, le grand-père des hommes politiques Jean-Louis Debré et de Bernard Debré.

Robert Anselme Debré1 est issu d’une famille de rabbins alsaciens émigrés après la guerre franco-allemande de 1870. Son père Simon Debré (1854-1939) est écrivain, linguiste et talmudiste renommé, rabbin à Sedan de 1880 à 1888, puis grand rabbin à Neuilly-sur-Seine, et auteur d’un livre sur « l’humour judéo-alsacien ».

Continuer la lecture de « Robert Debré, médecin et fondateur de la pédiatrie moderne. »