Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, écrivain, diplomate, journaliste et homme politique.

Honoré Gabriel Riqueti aussi orthographié Riquetti, comte de Mirabeau, plus communément appelé Mirabeau, né le 9 mars 1749 au Bignon-Mirabeau, Loiret et mort le 2 avril 1791 à Paris, est un écrivain, diplomate, journaliste et homme politique français, figure de la Révolution.

Surnommé l’Orateur du peuple et la Torche de Provence, il reste le premier symbole de l’éloquence parlementaire en France. Bien que membre de la noblesse, il se distingue en tant que député du tiers état aux états généraux. Fort aimé par les révolutionnaires, son corps est transporté au Panthéon à sa mort, mais la découverte de ses relations secrètes avec la royauté retourne l’opinion, et sa dépouille est retirée du mausolée dont il était le premier occupant.


Il étudie à la faculté de droit de l’université d’Aix-en-Provence où il fréquente, notamment Jean-Étienne-Marie Portalis, futur rédacteur du Code civil.

Continuer la lecture de « Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, écrivain, diplomate, journaliste et homme politique. »

Emmanuel-Joseph Sieyès, homme d’église, politique et essayiste.

Emmanuel-Joseph Sieyès ou l’abbé Sieyès (la prononciation ancienne était [sjɛs]), né le 3 mai 1748 à Fréjus et mort le 20 juin 1836 à Paris, est un homme d’Église, homme politique et essayiste français, surtout connu pour ses écrits et son action pendant la Révolution française. Directeur, il est, au début du Consulat, consul provisoire. Il est ensuite président du Sénat conservateur et comte de l’Empire.

Il est le fils aîné d’Honoré Sieyès (1700-1782), receveur des droits royaux et maître de poste de Fréjus, et d’Anne Angles. Il est le frère de Joseph Barthélémy Sieyès La Baume (1749-1830) et de Joseph Honoré Léonce Sieyès (1751-1830).

Continuer la lecture de « Emmanuel-Joseph Sieyès, homme d’église, politique et essayiste. »

L’école Estienne, Paris.

L’école Estienne, dénomination courante de l’École supérieure des arts et industries graphiques (ESAIG), est un établissement français d’enseignement supérieur public situé au 18, boulevard Auguste-Blanqui dans le 13e arrondissement de Paris, non loin de la Butte-aux-Cailles. Elle forme de jeunes créateurs dans les métiers de l’imprimerie, du design de communication et des métiers d’art du livre.

C’est une école municipale qui dépend de la ville de Paris. Elle compte, en 2012, 600 étudiants pour 115 enseignants.

C’est sur proposition de l’anthropologue et linguiste Abel Hovelacque que la ville de Paris adopte en 1887 le projet de création d’une école municipale professionnelle d’arts et industries graphiques. D’abord nommée « école municipale du livre Estienne », d’après le nom de la célèbre famille éponyme d’imprimeurs du XVIe siècle, elle a pour objet l’enseignement professionnel des métiers du livre, dans tous leurs aspects pratiques et théoriques. Son but était de pallier la sous-qualification dans cette industrie naissante.

Continuer la lecture de « L’école Estienne, Paris. »