Jean Hélion, peintre et graveur.

Jean Hélion, pseudonyme de Jean Bichier , est un peintre et graveur français, né le 21 avril 1904 à Couterne et mort le 27 octobre 1987 à Paris.

Son itinéraire artistique complexe est passé, cas peu fréquent, de l’art abstrait parfois proche de Piet Mondrian à l’art figuratif. Il a contribué à l’introduction de l’art abstrait aux États-Unis.

Lorsqu’il est enfant, Jean Hélion habite à proximité du front de la Première Guerre mondiale, à Amiens. Il fait des études de préparateur en pharmacie à Lille, puis de chimie, en 1920, à l’Institut industriel du Nord (aujourd’hui École centrale de Lille), mais devient dessinateur en architecture à Paris, où il est chargé de prendre des relevés d’églises, de sculptures, de coins de rue, etc. Il suit également des cours d’architecture à l’École nationale supérieure des arts décoratifs.

Continuer la lecture de « Jean Hélion, peintre et graveur. »

André Masson, peintre, graveur, illustrateur et décorateur de théâtre.

André Masson, né le 4 janvier 1896 à Balagny-sur-Thérain (Oise) et mort le 28 octobre 1987 à Paris, est un peintre, graveur, illustrateur et décorateur de théâtre français.

Il participa au mouvement surréaliste durant les années 1920 et en conserva l’esprit jusque 1945. De façon plus marginale, il a également pratiqué la sculpture.

Célèbre pour ses « dessins automatiques » et ses « tableaux de sable », il est marqué — sur un plan esthétique — par « l’esprit de métamorphose » et « l’invention mythique » et plus encore – sur un plan éthique – par un anticonformisme viscéral, y compris au sein du groupe surréaliste dont il s’éloigne à peine il y est entré et qu’il dénonce comme « orthodoxe » ; y apparaissant du coup comme un « rebelle » ou un « dissident ».

Continuer la lecture de « André Masson, peintre, graveur, illustrateur et décorateur de théâtre. »

René Marx Dormoy, homme politique.

René Marx Dormoy, né le 1er août 1888 à Montluçon (Allier) et mort assassiné le 26 juillet 1941 à Montélimar (Drôme), est un homme politique français. Membre de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), il est notamment président du conseil général de l’Allier du 28 octobre 1931 au 18 septembre 1933, sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil du 4 juin au 24 novembre 1936 et ministre de l’Intérieur du 24 novembre 1936 au 18 janvier 1938, puis à nouveau du 13 mars au 10 avril 1938.


René Marx Dormoy (nom sur son acte de naissance à l’état civil), né rue de la Paix à Montluçon, est le fils de Jean Dormoy, cordonnier, militant socialiste, élu maire de Montluçon en 1892. Sa mère est Marie Joséphine Gavignon. Avec sa sœur aînée Jeanne, née le 13 février 1886 à Montluçon, ils ont une enfance difficile. Leur père meurt lorsque son fils a onze ans.

Pendant son service militaire, Marx Dormoy est affecté en Algérie, où il fonde un groupe de Jeunesses socialistes. Il est ensuite employé à la mairie de Montluçon, puis, après la Première Guerre mondiale, lors de laquelle il combat, devient représentant de commerce. Comme sa sœur, il restera célibataire.

Continuer la lecture de « René Marx Dormoy, homme politique. »