Venise sous Paris : une fête vénitienne à Paris.

Venise sous Paris est une fête éphémère inspirée de l’ambiance vénitienne. Cet événement a pour objectif de ranimer la nuit parisienne et faire rayonner la capitale à l’international. Pour profiter d’une soirée mythique, il n’est pas nécessaire de se rendre à Venise puisque la Sérénissime se déplacera à Paris.

L’événement Venise sous Paris a lieu sur une immense plate-forme flottante durant laquelle tous les invités pourront vivre une expérience hors du commun dans un lieu magique dont l’adresse est secrètement gardée jusqu’au premier soir. Pour participer aux festivités, les convives doivent jouer le jeu et venir en costume.

Le fait de garder le lieu de l’événement Venise sous Paris secret permet d’apporter plus de charisme à la manifestation. Cette stratégie marketing est très importante pour apporter plus de magie à la fête. Seul indice qui n’est pas tenu secret, la soirée aura lieu au cœur de la ville sur les berges parisiennes.

Continuer la lecture de « Venise sous Paris : une fête vénitienne à Paris. »

Le Front populaire (1936).

Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la France de mai 1936 à avril 1938. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche : la SFIO, le Parti radical et le Parti communiste (qui soutenait les deux premiers sans participer directement au gouvernement), mais également toute une nébuleuse d’autres mouvements.

Le gouvernement Léon Blum, premier issu de la nouvelle majorité, fut surtout le premier de la IIIe République dirigé par les socialistes. Il initia plusieurs réformes sociales importantes et constitue encore actuellement une des références incontournables de la mémoire et de l’histoire de la gauche française : les congés payés (15 jours), la réduction du temps de travail avec la semaine de quarante heures et l’établissement des conventions collectives. Il fut suivi de trois autres (deux dirigés par un radical, Camille Chautemps, et un dernier dirigé à nouveau par Léon Blum).

Continuer la lecture de « Le Front populaire (1936). »

Le retable d’Issenheim (Haut-Rhin).

Le retable d’Issenheim (ou d’Isenheim), consacré à saint Antoine, provient du couvent des Antonins à Issenheim, au sud de Colmar, où il ornait le maître-autel de l’église de la préceptorerie. Il est l’œuvre de deux grands maîtres allemands du gothique tardif : le peintre Matthias Grünewald, dont il constitue le chef-d’œuvre, pour les panneaux peints (1512-1516) et Nicolas de Haguenau pour la partie sculptée antérieure (autour de 1490).

Le retable est constitué d’un ensemble de plusieurs panneaux peints qui s’articulent autour d’une caisse centrale composée de sculptures.

Ce magnifique et monumental polyptyque se trouve aujourd’hui à Colmar, au musée Unterlinden dont il est la pièce maîtresse et qui lui doit sa renommée internationale. Il est exposé dans une ancienne église, aménagée pour le mettre particulièrement en valeur.

Continuer la lecture de « Le retable d’Issenheim (Haut-Rhin). »