L’art du bijou.

Un bijou est un élément de parure corporelle qui peut être porté sur le vêtement, sur le corps ou même dans le corps.

L’artisan qui fabrique des bijoux se nomme bijoutier, celui-ci va mettre en valeur le métal. Le joaillier quant à lui va mettre en valeur les pierres avec des pavages, sertissures…

L’objet va être signifiant du statut social spécifique du porteur (ainsi l’alliance qui signifie que le porteur est marié, l’anneau du Pêcheur qui indique que son porteur est le Pape…). On pourrait aussi y classer toute la tradition de la bijouterie de deuil (objets noirs conçus en jais ou verroterie).

Continuer la lecture de « L’art du bijou. »

René Cassin, juriste, diplomate et homme politique.

René Cassin, né le 5 octobre 1887 à Bayonne (France) et mort le 20 février 1976 à Paris (France), est un juriste, diplomate et homme politique français.

Membre du gouvernement de la France libre pendant la Seconde Guerre mondiale, il est l’un des auteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, vice-président du Conseil d’État de 1944 à 1959, et président de la Cour européenne des droits de l’homme de 1965 à 1968. En 1968, il reçoit à la fois le prix Nobel de la paix et le prix des droits de l’homme des Nations unies.

René Cassin naît à Bayonne de parents juifs : sa mère, née Gabrielle Dreyfus, est d’origine alsacienne ; son père, Azaria Cassin, commerçant en vins à Nice, descend de juifs portugais marranes établis dans cette ville. Son oncle, le grand-rabbin Honel Meiss, le prépare pour sa Bar Mitzvah.

Continuer la lecture de « René Cassin, juriste, diplomate et homme politique. »

Max-Pol Fouchet, écrivain, poète, critique d’art et homme de télévision.

Max-Pol Fouchet, né le 1er mai 1913 à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche) et mort le 22 août 1980 à Avallon (Yonne), est un poète, écrivain, critique d’art et homme de télévision français.

Max-Pol Fouchet passe sa jeunesse à Alger, où son père, armateur normand gazé lors de la Première Guerre mondiale, a émigré avec sa famille. Étudiant en lettres, il y rencontre Albert Camus qui lui prendra sa fiancée, Simone Hié, et l’épousera.

À partir de 1939, il fonde et anime avec Charles Autrand la revue Fontaine, revue mensuelle de la poésie et des lettres françaises, qui groupe des écrivains résistants à Alger et qui deviendra rapidement, sous l’Occupation, la tribune de la Résistance intellectuelle française à travers notamment des écrivains engagés comme Georges Bernanos, Louis Aragon, Antonin Artaud, Jean Wahl, Jean Rousselot, Pierre Emmanuel, Pierre Jean Jouve, Georges-Emmanuel Clancier, Claude Roy, Loys Masson, André Frénaud, Jules Supervielle, Max Jacob, Henri Michaux, René Char, Jean Lescure. En 1942, il publie Liberté de Paul Éluard. Parallèlement, il donne à la RTF des chroniques de littérature et d’art.

Continuer la lecture de « Max-Pol Fouchet, écrivain, poète, critique d’art et homme de télévision. »