L’ île de la Guadeloupe.

La Guadeloupe est une île de l’archipel des Antilles composée de deux parties : la Grande-Terre à l’est et la Basse-Terre à l’ouest, séparées par un bras de mer « la Rivière-Salée ». La Guadeloupe est aussi par extension administrative un département français, une région mono-départementale de l’Outre-mer français et une région ultrapériphérique européenne, située dans les Caraïbes ; son code départemental officiel est le « 971 ». Elle est membre de l’OECS (Organisation des États de la Caraïbe orientale).

La Guadeloupe à la fois département et région d’outre-mer bordée par la mer des Antilles à l’ouest et par l’océan Atlantique à l’est, est située à 575 km au nord des côtes du Venezuela en Amérique du Sud, à 739 km à l’est-sud-est de la République dominicaine, à 2 176 km à l’est-sud-est de Miami (États-Unis) et à 6 732 km de Paris.

La région se compose de plusieurs îles et îlets : la Guadeloupe proprement dite (Grande-Terre et Basse-Terre) et ses dépendances : l’île de Marie-Galante, l’archipel des Saintes composé principalement de Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, la Désirade et des ilets inhabités.


Guadeloupe, carte maximum, Basse-Terre, 25/02/1984.

À l’instar d’autres îles des Petites Antilles, la Guadeloupe est probablement occupée par des groupes amérindiens précéramiques à partir de 3000 av. J.-C. comme semble l’indiquer la découverte récente de traces de culture sur brûlis sur l’île de Marie-Galante. Cette période est dénommée Mésoindien ou Âge Archaïque dans la nomenclature archéologique américaine. Vers le début du premier millénaire, des groupes amérindiens agro-céramistes migrent depuis le nord du Venezuela dans tout l’arc antillais. Cette période, le Néoindien ancien ou Âge Céramique ancien comprend deux cultures bien identifiables par le style de leur production céramique : Huecan et Cedrosan Saladoïde (anciennement dénommés Arawaks par les archéologues).

Vers le IXe siècle, ils laissent la place à la culture troumassoïde qui inaugure la période du Néoindien récent. Ces groupes ne proviennent pas d’une migration mais d’une transformation sur place des groupes antérieurs, profonde mutation encore mal expliquée mais où le climat, la démographie et des modifications sociétales pourraient avoir joué un rôle. La céramique troumassoïde est dérivée de la céramique cedrosan saladoïde, avec une extrême simplification du registre décoratif qui disparaît presque totalement. C’est sans doute tardivement, peut-être autour du XVe siècle, qu’une nouvelle population migre dans l’arc antillais depuis le Plateau des Guyanes. Ces peuples, les Kalinagos ou Caraïbes insulaires décrits par les Espagnols à leur arrivée dans les Petites Antilles, pourraient correspondre aux cultures dénommées Suazoïde et Cayo par les archéologues. Cette période tardive est marquée par l’évidence de contacts avec les Taïnos des Grandes Antilles. Selon une thèse aujourd’hui sujette à controverse, les « Arawaks » auraient été massacrés à l’arrivée des Indiens Caraïbes, un peuple décrit par les chroniqueurs espagnols comme guerrier et pratiquant le cannibalisme.

Ces Indiens baptisèrent l’île Karukera (« île aux belles eaux » en langue caraïbe) ; ils sont les principaux occupants des lieux jusqu’au milieu du XVIIe siècle, c’est-à-dire peu de temps après l’installation des Français en 1635, mais bien après l’arrivée des premiers Européens.

L’histoire moderne de la Guadeloupe commence en novembre 1493, lorsque Christophe Colomb aperçoit, lors de son deuxième voyage, La Dominique, puis Marie-Galante où il débarque le 3 novembre 149332. Il arrive sur l’île de la Basse-Terre le 4 novembre. Il note l’importance de la présence de l’eau, notamment en voyant les chutes du Carbet. Il nomme l’île Santa María de Guadalupe de Extremadura en hommage au monastère espagnol où Christophe Colomb fit un pèlerinage après son premier voyage au Nouveau Monde en 1492 et vint remercier pour cette découverte. Dès 1502, l’archipel de la Guadeloupe est précisément indiquée dans toutes ses composantes (les cinq îles) sur le planisphère de Cantino indiquant l’importance et la connaissance du lieu par les premiers navigateurs européens. La Guadeloupe est alors peuplée par les Caraïbes, peuple amérindien présent sur l’île depuis le VIIIe siècle.

L’archipel de la Guadeloupe fut une colonie Espagnole pendant environ 130 ans, jusqu’en 1635.

À partir de 1635, Charles Liénard de L’Olive et Jean du Plessis d’Ossonville prennent possession de la Guadeloupe au nom de la Compagnie des îles d’Amérique, créée le 12 février 1635 par le cardinal de Richelieu afin d’élargir le champ d’intervention de la Compagnie de Saint-Christophe, dans le but d’y développer notamment la culture du tabac pour l’exporter vers la France. C’est le début de la colonisation de l’archipel.

Ces débuts sont difficiles. Une famine décime en 1635 une partie des colons, les rapports entre les Amérindiens Caraïbes, qui leur fournissaient des vivres, et les Français se tendent rapidement, dès lors que ces derniers étendent leurs terres au détriment des populations indigènes, se transformant en guerres ouvertes. En 1641, se termine la guerre entre colons et Caraïbes. Ces derniers, déjà diminués par les maladies et les massacres, sont envoyés sur l’île de la Dominique.

La dépréciation du tabac est sensible dès le début de la colonisation : quatre compagnies commerciales font faillite en tentant de coloniser les îles guadeloupéennes, en raison de la chute des cours et du coût des guerres contre les Caraïbes. La population augmente cependant rapidement et l’esclavage se développe. En 1656, les esclaves sont déjà plus de 3 000 à travailler sur l’archipel, pour une population de 15 000 personnes.

En 1664, la Guadeloupe et la Martinique passent sous l’autorité directe du roi de France, Louis XIV, qui décide alors de développer la culture de la canne à sucre. Celle-ci nécessite des investissements plus onéreux que celle du tabac, mais est beaucoup plus rentable. L’édit de mai 1664 crée la Compagnie française des Indes occidentales, qui reçoit alors pour quarante ans une concession sur l’ensemble des possessions françaises des Caraïbes sous suzeraineté royale. Des terres sont données à des officiers supérieurs qui sont encouragés à y importer des esclaves pour exploiter la canne à sucre ; cependant la population d’esclaves diminue en Guadeloupe entre 1664 et 1671 (passant de 6 323 à 4 627 personnes).

Ilet du Gosier, carte maximum, Le Gosier, 20/06/1970.

Dès 1671, le monopole de la Compagnie des Indes occidentales est aboli pour ouvrir la concurrence à tous les ports français, dans la traite négrière, dont le développement massif, par des Français et des Anglais, fait flamber le prix des esclaves mais abaisse le coût de leur transport et satisfait les planteurs de sucre. La Guadeloupe est encore habitée par de nombreux colons blancs qui cultivent du tabac, sur des plantations nécessitant peu de capitaux.

Après 1671, le nombre de planteurs blancs diminue rapidement et en 1674, la création de la ferme du tabac entraîne leur ruine. Moins taxé, le tabac produit en Virginie par des planteurs jacobites profite de la contrebande et prend son essor.

L’augmentation rapide de la population d’esclaves correspond aussi à la création en 1673 de la Compagnie du Sénégal, ancêtre de la Compagnie de Guinée, dans le sillage de la Compagnie royale d’Afrique, fondée en 1672. Face à cette concurrence, la Compagnie des Indes occidentales sera dissoute en 1674.

L‘essor de l’esclavage en Guadeloupe est cependant moins rapide qu’à la Martinique, à qui la traite négrière réserve les esclaves les plus résistants et où Louis XIV a installé plus de nobles de rang élevé et où la population noire double entre 1673 et 1680. Dès 1700, la population d’esclaves en Guadeloupe est remontée à 6 076 personnes, beaucoup moins qu’en Martinique. Cette différence explique aussi qu’un siècle plus tard, en 1794, Victor Hugues ait pu se rendre maître de la Guadeloupe pour le compte de la Révolution française alors que la Martinique est restée sous la domination des grands planteurs de sucre alliés aux Anglais dans le cadre du traité de Whitehall.

Guadeloupe, carte-lettre.

Après des tentatives infructueuses en 1666, 1691 et 1703, les Britanniques s’emparent une première fois de la Guadeloupe en 1759. Ils ne la conserveront que quatre ans, jusqu’en 1763 (traité de Paris).

Depuis 1757 les forces françaises sont commandées par Nadeau du Treil, gouverneur de la colonie : 250 soldats et entre 200 et 3 000 miliciens. Les principales places fortes sont :

  • fort St Charles à Basse-Terre ;
  • fort Louis au Petit Cul-de-sac ;
  • réduits du Dos-d’âne et au Trou-au-Chien (Trois Rivières).

L’escadre anglaise est dirigée par le commodore Moore, et comprend 8 000 hommes.

La flotte anglaise attaque d’abord la colonie de la Martinique mais est repoussée (15 janvier). Elle se présente devant Basse-Terre le 21 janvier au soir.

Les opérations commencent le 23 janvier ; la ville de Basse terre est bombardée, tous les entrepôts sont détruits. Le fort St Charles est évacué le 25 janvier. Les forces françaises se réfugient au réduit du Dos-d’âne. La colonie attend des renforts de la Martinique et de la métropole. Une escadre de secours, commandée par Bompar, est annoncée. Les Anglais poursuivent leur conquête et assiègent le fort Louis au Petit Cul-de-sac (8 et 14 février). Ils occupent toute la partie est de l’île (St Anne et St François) dès le 29 mai.

Les dernières attaques ont lieu mi-avril en prenant à revers le réduit de Dos-d’âne : Petit Bourg tombe le 13 avril, Goyave est abandonnée le 15 et Capesterre se rend le 20. Devant les destructions, les colons demandent un arrêt des combats, ils signent de leur côté une reddition le 1er mai. N’ayant pas de nouvelle de la flotte française, sans espoir de secours, Nadeau doit capituler le lendemain.

Cette période se caractérise par un fort développement de l’économie de l’île.

  • Reconstruction des quartiers bombardés ;
  • importation massive d’esclaves noirs : 40 525 en 1753 et 77 957 en 1773 ;
  • relance la production agricole :
  • exportation de sucre, de café, de coton et de cacao en très forte hausse ;
  • fondation du port de la Pointe à Pitre pour favoriser le commerce (une centaine de vaisseaux chaque année contre dix auparavant)
    Libre circulation du commerce avec les colonies anglaises et étrangères.

À partir de 1775, la Guadeloupe n’est plus rattachée à la Martinique mais reste sous l’autorité du gouverneur des îles du Vent.

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques reprennent brièvement possession de l’île, après la défaite le 20 avril de Basse-Terre et la capitulation du général et gouverneur depuis 1792, Georges Henri Victor Collot.

Victor Hugues, nommé Commissaire national en Guadeloupe, les en chasse dès le mois de mai 1794, aidé par les esclaves, auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le 7 juin 1794, l’abolition de l’esclavage (adopté par la Convention nationale au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II). Victor Hugues, dit « Le Terrible », met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire. Les planteurs (dont certains soutenaient l’Angleterre) ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux « anciens » esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payés. En 1798, le Directoire le rappelle en France.

Il est remplacé par le général Edme Étienne Desfourneaux, mais malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l’armée. C’est aussi l’époque de l’expansion des corsaires guadeloupéens.

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques reprennent brièvement possession de l’île, après la défaite le 20 avril de Basse-Terre et la capitulation du général et gouverneur depuis 1792, Georges Henri Victor Collot.

Victor Hugues, nommé Commissaire national en Guadeloupe, les en chasse dès le mois de mai 1794, aidé par les esclaves, auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le 7 juin 1794, l’abolition de l’esclavage (adopté par la Convention nationale au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II). Victor Hugues, dit « Le Terrible », met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire. Les planteurs (dont certains soutenaient l’Angleterre) ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux « anciens » esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payés. En 1798, le Directoire le rappelle en France.

Il est remplacé par le général Edme Étienne Desfourneaux, mais malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l’armée. C’est aussi l’époque de l’expansion des corsaires guadeloupéens.

En 1801, à la suite de la mort du général Antoine de Béthencourt, le premier Consul nomme Jean-Baptiste de Lacrosse capitaine général de la Guadeloupe. Le 1er novembre 1801, il est capturé pendant une reconnaissance qu’il faisait en dehors de la ville de la Pointe-à-Pitre. L’officier mulâtre Magloire Pélage le force à s’embarquer sur un bâtiment danois. Son aide de camp Louis Delgrès, un métis, rejoint les rebelles.

Le contre-amiral de Lacrosse se fait conduire à la Dominique d’où il y attend l’expédition commandée par le général Antoine Richepanse chargé par le premier consul Napoléon Bonaparte de rétablir l’esclavage. Il retourne alors avec elle à la Guadeloupe et, à la mort de Richepanse en 1802, reprend le commandement en chef et parvient à soumettre les révoltés ainsi qu’à rétablir l’ordre.

En 1802, le premier Consul Bonaparte nomme Jean-Baptiste de Lacrosse gouverneur. Ce dernier tente de renvoyer de l’armée les officiers noirs, qui y avaient été intégrés après l’abolition de l’esclavage. Une révolte de ces officiers monte. Louis Delgrès deviendra l’un des chefs de cette rébellion avec Joseph Ignace.

Bonaparte dépêche alors une expédition de 4 000 hommes dirigés par le général Richepanse pour mater la rébellion. Après une défense héroïque, beaucoup de révoltés préfèrent se suicider plutôt que de se rendre.

La loi du 16 pluviôse an II qui avait aboli l’esclavage est annulée le 16 juillet 1802 par Bonaparte. Son article premier affirme clairement le caractère exclusif et exceptionnel de la citoyenneté française dans la colonie, désormais restreinte aux seuls Blancs : « jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné, le titre de citoyen français ne sera porté [dans la colonie] que par les Blancs. Aucun autre individu ne pourra prendre ce titre ni exercer les fonctions ou emplois qui y sont attachés »Loi du 20 mai 1802. Pour Jean-François Niort et Jérémy Richard, dans leur article paru dans le Bulletin de la société d’Histoire de la Guadeloupe, l’arrêté consulaire, à la suite de la féroce répression de la rébellion emmenée par Louis Delgrès, consacre un « ordre ségrégationniste.

En 1808, les Anglais mènent une nouvelle campagne d’invasion des Antilles, prenant Marie-Galante et la Désirade, puis en 1809, les Saintes. Entre le 28 et le 6 février 1810, les troupes britanniques fortes de 6 700 hommes et dirigées par George Beckwith, et soutenues par la Royal Navy commandée par l’amiral Alexander Cochrane, envahissent l’île en débarquant sur les plages du Gosier, de Sainte-Marie et de Capesterre. Les Britanniques se dirigent alors vers Basse-Terre où les troupes françaises peu nombreuses (entre 3 000 et 4 000 soldats), mal équipées et commandées par le gouverneur Ernouf sont rapidement prises en tenaille après un nouveau débarquement à Vieux-habitants, et sont obligées de capituler le 5 février 1810. L’aigle du 66e régiment impérial est un trophée rapporté à Londres, en même temps que de nombreuses troupes prisonnières.

La Grande-Bretagne intègre la Guadeloupe dans ses possessions coloniales antillaises tandis que la guerre s’intensifie en Europe (Guerre d’indépendance espagnole, Sixième Coalition) et en Amérique du Nord (Guerre contre les États-Unis, de juin 1812 à février 1815). Afin d’assurer l’intégration de la Suède dans la sixième coalition, les Britanniques signent un traité avec Jean-Baptiste Bernadotte, nouveau prince héritier de Suède, le 3 mars 1813 : la Guadeloupe est cédée à ce prince, pour lui et ses descendants, en dédommagement de l’effort de guerre que la Suède doit fournir pour abattre Napoléon et pour dédommager Bernadotte d’avoir abandonné ses titres dans l’Empire français. En réaction, l’Empire français fait promulguer le 14 octobre 1813 un Sénatus-consulte « concernant l’île française de la Guadeloupe » : « il ne sera conclu aucun traité de paix entre l’Empire français et la Suède, qu’au préalable la Suède n’ait renoncé à la possession de l’île française de la Guadeloupe ». L’écroulement rapide de l’empire napoléonien, quelques mois plus tard, et le traité de paix de Paris du 30 mai 1814 ne laissent pas le temps aux Suédois de remplacer les Britanniques sur l’île : l’article 9 du traité confirme que la Suède laisse la Guadeloupe à la France. L’épisode des Cent-Jours replace la Guadeloupe sous occupation anglaise, et le deuxième traité de Paris de novembre 1815, redonne la souveraineté française sur la Guadeloupe. La Grande-Bretagne dédommagea la Suède de ces retournements de situation avec une somme de 24 millions de francs au profit du trésor suédois, reversée sous forme de rente à perpétuité aux monarques (Guadeloupefonden), rente qui fut close en 1983 après accord entre le parlement et le roi de Suède.

Entre 1816 et 1825 une série de lois propres à l’île sont promulguées. Les institutions municipales voient le jour en 1837.

Le 16 mars 1878, Saint-Barthélemy est cédée de nouveau par le Royaume de Suède à la France qui l’incorpore dans l’Empire français au sein de la Guadeloupe.

En 1848, sous la Deuxième République, l’esclavage est finalement aboli définitivement. En effet, le gouvernement provisoire de 1848 annonce le 4 mars la création d’une commission en vue de l’abolition, présidée par Victor Schœlcher, sous-secrétaire d’État à la Marine et aux Colonies. Le décret d’abolition est signé le 27 avril 1848. À l’occasion des élections législatives d’août 1848, la Guadeloupe désigne trois députés. Schœlcher est élu à la fois en Guadeloupe et en Martinique, mais opte pour cette dernière et cède son siège guadeloupéen à un nouvel affranchi noir, Louisy Mathieu. L’année suivante, il est élu député de la Guadeloupe à l’Assemblée législative.

Quelques années après le décret du 27 avril 1848, « le recours à l’Afrique comme territoire de recrutement d’immigrants » est mis à l’ordre du jour. Le 14 mai 1852, un encart paraît dans le journal L’Avenir dans lequel un M. Boissard « annonce son prochain voyage en France afin d’obtenir du gouvernement l’autorisation d’importer dans la colonie des cultivateurs africains ». Deux ans plus tard, un M. Chevalier propose au ministre des Colonies l’aval pour « introduire » 4 000 à 5 000 Africains. Ces demandes, pressantes, vont se multipliant. Dans le fonds ministériel des archives d’outremer, l’historien guadeloupéen Raymond Boutin recense les correspondances du ministre des Colonies avec plusieurs entrepreneurs : Maes, Santelli, Simon. Le lobby des indemnitaires (les colons percevant l’indemnité de six millions de francs en vertu de la loi du 30 avril 1849 « pour dédommagement de la libération de près de leurs 248 500 esclaves »Décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848 obtient, auprès du gouvernement, la signature d’un traité avec la Compagnie générale maritime par lequel celle-ci « s’engageait à fournir à la Guadeloupe 600 travailleurs de 12 à 25 ans ». Néanmoins, cette opération migratoire, pour plusieurs raisons liées à la reprise des activités de traite sur les ports et comptoirs africains41, fut de courte durée et, semble-t-il, « seuls 71 engagés furent débarqués du Siam à Pointe-à-Pitre ». C’est ainsi que le 4 mars 1857, la maison Régis de Marseille s’engage à fournir 10 000 Africains sur les 3 à 6 années à venir.

Le dernier convoi d’Africains débarque le 20 juillet 1861. Au début du mois, le traité franco-britannique mettait un terme officiel à cette immigration dont « les conditions de recrutement avaient vivement ému l’opinion britannique qui considérait ce trafic comme une traite déguisée et une incitation au développement de l’esclavage en Afrique ». Laconiques, les Notices coloniales publiées à l’occasion de l’exposition universelle d’Anvers en 1885 s’en tiendront à l’enchaînement juridique sans en mentionner les motifs. Le recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique ayant été interdit en 1859, le Gouvernement français, après de nombreuses négociations, signa avec le Gouvernement anglais la convention du 1er juillet 1861 qui permettait de recruter pour les colonies françaises des travailleurs sur les territoires indiens appartenant à la Grande-Bretagne et d’embarquer les immigrants sujets de Sa Majesté Britannique, soit dans les ports français de l’Inde. Pourtant, c’est essentiellement en raison de la prohibition du « recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique », suite aux campagnes de presse menées par les réseaux abolitionnistes anglais, que le gouvernement français se tourne vers l’Inde et parvient à s’entendre avec la couronne britannique.

Bien avant 1848, en anticipation de l’abolition prochaine de l’esclavage, l’Île Maurice a recours à des travailleurs indiens engagés par contrat, dès 1819. Sitôt que les créoles de Guadeloupe en apprennent l’existence, l’un d’eux, Reiset, y voit une formidable « possibilité » : selon lui, cette main d’oeuvre permettrait de « donner aux esclaves l’exemple du travail agricole fourni par des hommes libres ».

Le 24 décembre 1854, à bord de l’Aurélie, les premiers immigrants indiens débarquent en Guadeloupe. Il s’agira du plus faible contingent.

Ils épousent la condition de « nègre », les raisons de leur venue et leurs modalités – dans la promiscuité de bateaux sur-occupés, la proie de la vermine et de maladies de toute sorte – étant analogues. D’ailleurs, « Sur l’habitation, les Indiens héritent des cases qui ont autrefois servi à abriter les esclaves » fait observer Raymond Boutin. En tout point similaire à la condition des Africains les ayant précédé, « ils sont corvéables à merci et doivent de longues heures de journée de travail qui dépassent bien souvent la durée fixée par contrat ». Aussi, comme leurs devanciers, « la mortalité est le trait dominant de la démographie des Indiens ». Ce qui ressort des témoignages de « personnalités étrangères au monde de l’habitation », telle que MM. Guilliod et Avril dans les années 1870, est la prégnance de la matrice esclavagiste à travers un recours irrationnel et sadique à la violence45. Une violence illégale autorisée – un trait caractéristique du système plantationnaire – par la corruption et, surtout, la « complaisance de ceux-là mêmes qui ont pour mission d’assurer leur protection ». Pour échapper à ces sévices, des Indiens désertent et vagabondent, si bien que l’on pourrait dire, qu’à leur tour aussi, ils marronnent. Certains, grâce à la complicité de marins pêcheurs et de propriétaires d’embarcation, gagnent la Dominique et Antigue. L’incendie est un de leurs « modes de protestation ». En cela, fait remarquer Raymond Boutin, « ils reprennent à leur compte un mode de protestation déjà en cours pendant l’esclavage et très en vogue dans les années qui suivirent l’émancipation ».

Les immigrants indiens embarquent depuis la Côte de Coromandel, Pondichéry, de Madras, de la côte de Malabar ou de Calcutta. Ils sont majoritairement tamouls. Cette population indienne s’accroît considérablement, passant de 5 761 personnes en 1860 à 21 805 en 1885. En 1925, Raymond Poincaré décide d’octroyer définitivement la nationalité française aux ressortissants indiens ainsi que le droit de vote.

Dans les usines, la ségrégation est de mise. Traditionnellement, dans les anciennes colonies esclavagistes françaises, il existe une gradation de couleur, du plus sombre au plus clair.

De septembre 1939 à la fin juin 1943, l’amiral Robert est commandant en chef de l’Atlantique Ouest et haut commissaire de France aux Antilles, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Guyane. Bien qu’il refuse la résolution votée le 24 juin 1940 par le Conseil général de la Guadeloupe proclamant sa volonté de poursuivre le combat aux côtés des Alliés avec l’Empire français d’outre-mer et qu’il se place sous l’autorité du gouvernement de Vichy, il négocie en août 1940 avec les représentants du gouvernement des États-Unis des facilités d’achat de denrées alimentaires et de matériel dans ce pays et n’obéit pas, en 1943, aux injonctions de Pierre Laval de saborder les navires et avions de guerre français stationnés aux Antilles et de détruire le stock d’or de la Banque de France transféré à Fort-de-France depuis juin 1940. Cependant, Constant Sorin, le gouverneur de la Guadeloupe de 1940 à 1943, applique les décisions de Vichy en supprimant le conseil général en octobre 1940 et en nommant les conseils municipaux. Si bien des Békés, fonctionnaires, commerçants ou employés adhèrent la Révolution nationale, des Guadeloupéens participent aussi à la Résistance extérieure en rejoignant les Forces françaises libres : c’est ce que les Antillais appellent entrer en « dissidence ». En juillet 1943, l’amiral Robert quitte ses fonctions et la Guadeloupe est placée sous l’autorité du Comité français de libération nationale.

Le 19 mars 1946, les anciennes colonies de l’Empire français font place à l’Union française, mais celle des Antilles françaises se rapprochent du statut de la métropole et deviennent des départements d’outre-mer : la Guadeloupe et la Martinique (le département de la Guadeloupe intégrera aussi Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans un arrondissement spécial).

Avec l’arrivée des socialistes au pouvoir en France, la loi de décentralisation est votée en 1982 et la région de la Guadeloupe est créée, s’intégrant aux 22 régions de France métropolitaine. Dans la foulée, le Conseil régional de la Guadeloupe voit le jour en 1983.

Voir aussi cette vidéo :

Sources : Wikipédia, YouTube.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *