Jean-Auguste-Dominique Ingres, peintre.

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) est un peintre français.

Après un premier apprentissage à Montauban, sa ville natale, il devient à Paris élève de Jacques-Louis David. Prix de Rome en 1801, il ne se rend en Italie qu’en 1806, et y reste jusqu’en 1824. De retour à Paris, il connaît la reconnaissance officielle, apparaissant comme le champion de la doctrine du beau et de la primauté du dessin sur la couleur, en opposition successive aux courants romantiques et réalistes. Nommé directeur de l’Académie de France à Rome, il y retourne de 1835 à 1842.

Continuer la lecture de « Jean-Auguste-Dominique Ingres, peintre. »

L’école vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne)

L’École nationale vétérinaire d’Alfort (EnvA) est un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche, placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Agriculture. Son site principal est situé à Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne.

L’école accueille plus de 800 étudiants, 80 enseignants-chercheurs, 30 chercheurs appartenant à des laboratoires de recherche associés, ainsi que 260 personnels administratifs et techniques.

C’est l’une des quatre grandes écoles assurant la formation des vétérinaires en France.

Continuer la lecture de « L’école vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) »

Robert Esnault-Pelterie, ingénieur aéronautique et inventeur.

Robert Esnault-Pelterie, né le 8 novembre 1881 à Paris 9e et mort le 6 décembre 1957 (à 76 ans) à Nice, est un ingénieur aéronautique et inventeur français. On lui doit notamment les inventions de l’aileron (1905) et du manche à balai (1906) ainsi que le développement du moteur en étoile. En 1907, il est le premier à faire voler un avion monoplan à structure métallique, le REP dont il a assuré entièrement la conception et l’assemblage, y compris ceux du moteur. Il figure aussi parmi les pionniers de l’astronautique, terme inventé par l’écrivain J.-H. Rosny aîné, dont il a été l’un des premiers théoriciens.

En 1902, il dépose son premier brevet d’invention, concernant un relais électrique. Il en déposera plus de 120 autres au cours de sa carrière.

En 1905, il invente l’aileron en modifiant un avion de sa construction conçu d’après le Flyer des frères Wright. Avec les capitaux de sa grand-mère maternelle, son père, Albert, l’associe cette même année à une nouvelle société, les établissements Esnault-Pelterie, au capital de 800 000 francs. En 1906, la société acquiert au 149 rue de Silly à Boulogne-sur-Seine un terrain et Robert invente le moteur en étoile.

Continuer la lecture de « Robert Esnault-Pelterie, ingénieur aéronautique et inventeur. »