La bataille de la Marne, 1914.

La première bataille de la Marne, souvent identifiée comme « la bataille de la Marne » a eu lieu lors de la Première Guerre mondiale, du 5 septembre au 12 septembre 1914 entre d’une part l’armée allemande et d’autre part l’armée française et le corps expéditionnaire britannique.

Les combats se déroulent le long d’un arc-de-cercle de 225 km à travers la Brie, la Champagne et l’Argonne, limités à l’ouest par le camp retranché de Paris et à l’est par la place fortifiée de Verdun. Ce champ de bataille est subdivisé en plusieurs batailles plus restreintes : à l’ouest les batailles de l’Ourcq et des deux Morins, au centre les batailles des marais de Saint-Gond et de Vitry, et à l’est la bataille de Revigny. La bataille donne lieu à un célèbre épisode : celui des « taxis de la Marne ».

Au cours de cette bataille décisive, les troupes franco-britanniques arrêtent puis repoussent les Allemands, mettant ainsi en échec le plan Schlieffen (revu par Moltke) qui prévoyait l’invasion rapide de la France en passant par la Belgique, pour éviter les fortifications françaises et ensuite rapatrier le gros des troupes sur le front de l’Est. La retraite allemande se termine sur la rive droite de l’Aisne dès le 14 septembre, ce qui déclenche la bataille de l’Aisne.

Continuer la lecture de « La bataille de la Marne, 1914. »

Georges Mandel, homme politique et résistant français.

Georges Mandel, de son vrai nom Louis Rothschild, né le 5 juin 1885 à Chatou (Seine-et-Oise) et assassiné le 7 juillet 1944 en forêt de Fontainebleau par des miliciens, est un homme politique de l’entre-deux-guerres et un résistant français.

Jeune journaliste, collaborateur de Georges Clemenceau à L’Homme libre, il le suit sur les chemins de la politique en devenant un de ses attachés de cabinet en 1908. Lorsque son vieux directeur accède à la présidence du conseil en novembre 1917, il devient son chef de cabinet.

Une longue carrière politique lui est ouverte dans le camp conservateur après la Grande Guerre. Son assassinat en juillet 1944 dans la France occupée, s’inscrit parmi les très nombreuses exactions de représailles commises par la Milice française sur tout le territoire après l’exécution, par la Résistance, du chef de la propagande vichyste Philippe Henriot.

 

Continuer la lecture de « Georges Mandel, homme politique et résistant français. »

Le Pape Sylvestre II premier pape français.

Gerbert d’Aurillac (né entre 945 et 950 à Aurillac, en Auvergne – mort le 12 mai 1003 à Rome), dit le « savant Gerbert », pape sous le nom de Sylvestre II de 999 à 1003, est un philosophe, un mathématicien et un mécanicien. Il contribua à l’introduction et à l’essor en Occident de la notation positionnelle par les chiffres indo-arabes, ainsi que de l’abaque et des tables d’opérations.

Il œuvra à la restauration d’un empire universel sur les bases de l’Empire carolingien. Dans ce dessein, Otton III — dont il fut le précepteur — favorisa son élection au Saint-Siège. Il fut un acteur scientifique et politique majeur du renouveau de l’Occident médiéval de l’an mille.

Il y découvre le «quadrivium», c’est-à-dire les quatre sciences profanes de son époque : l’arithmétique, la géométrie, la musique et l’astronomie, à travers des manuscrits en latin traduits de l’arabe et inspirés d’auteurs grecs ou persans.

Continuer la lecture de « Le Pape Sylvestre II premier pape français. »