Pierre Athanase Larousse, encyclopédiste et éditeur.

Pierre Athanase Larousse, né le 23 octobre 1817 à Toucy et mort le 3 janvier 1875 à Paris, est un pédagogue, encyclopédiste, lexicographe et éditeur français. Il est surtout connu pour les dictionnaires qui portent son nom, dont Le Petit Larousse.

Fils d’Edmé Athanase Larousse (1793-1877) charron-forgeron et de Louise Guillemot (1795-1871) cabaretière, il est un brillant élève déjà désireux de devenir encyclopédiste, comme Diderot, et obtient à 16 ans une bourse de l’université pour compléter sa formation à Versailles1. De retour à Toucy, il devient, à 20 ans à peine, instituteur à l’école primaire

Continuer la lecture de « Pierre Athanase Larousse, encyclopédiste et éditeur. »

Le château de Langeais (Indre-et-Loire).

Le château de Langeais, reconstruit par Louis XI en 1465, se dresse dans la commune du même nom dans le département d’Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire, en France. Il a remplacé un premier château fort édifié à la fin du Xe siècle par Foulques Nerra.

Au titre des monuments historiques, le château fait l’objet d’un classement par arrêté du 13 mars 1922 ; la partie du parc du château autour des ruines jusqu’au pont fait l’objet d’un classement par arrêté du 26 mai 1942.

Continuer la lecture de « Le château de Langeais (Indre-et-Loire). »

Alain-René Lesage, romancier et auteur dramatique.

Alain-René Lesage ou Le Sage, né à Sarzeau le 8 mai 1668 et mort à Boulogne-sur-Mer le 17 novembre 1747, est un romancier et auteur dramatique français surtout connu comme étant l’auteur du roman picaresque Histoire de Gil Blas de Santillane.

Unique fils d’un notaire royal, Alain-René Lesage perd son père à l’âge de 14 ans et est mis en pension chez les Jésuites à Vannes où il fait de bonnes études pendant que son tuteur dissipe sa fortune. Il étudie ensuite la philosophie et le droit à Paris. On croit qu’ayant obtenu une place dans la ferme générale dans sa province natale, il en fut dépouillé par une injustice qui serait pour quelque chose dans le ressentiment de l’auteur de Turcaret contre les financiers. Marié à vingt-six ans et ayant demandé en vain des ressources à la profession d’avocat, il essaya de vivre de sa plume et, sur les conseils du poète Danchet, dont il fut toujours l’ami, il traduisit du grec sans succès les Lettres galantes d’Aristénète (1695). Se trouvant de nouveau entre la nécessité et la difficulté de tirer des ressources de son esprit, Lesage ne craignit pourtant pas d’acheter son indépendance au prix d’une laborieuse pauvreté et refusa d’être attaché à la personne de Villars.

Continuer la lecture de « Alain-René Lesage, romancier et auteur dramatique. »