François Boucher, peintre rococo.

François Boucher, né le 29 septembre 1703 à Paris où il est mort le 30 mai 1770, est un peintre français, représentatif du style rococo.

Maître particulièrement prolifique, Boucher a abordé tous les genres : peinture religieuse, sujets mythologiques, scènes rustiques, paysages, animaux, décorations de monuments et de maisons particulières, modèles de tapisserie. C’est peut-être le plus célèbre peintre et artiste décoratif du XVIIIe siècle, dont on a pu dire qu’il était l’un des génies les plus purs. Il estimait lui-même, un an avant sa mort, avoir produit plus de dix mille dessins, mais trouvait encore le temps de travailler dix heures par jour à des représentations idylliques et voluptueuses de thèmes classiques, mythologiques et érotiques, d’allégories décoratives et de scènes pastorales. Nombre de ces toiles, réalisées pour la décoration intérieure, constituent des paires ou des séries. Il était peintre de la cour de Louis XV et le favori de la marquise de Pompadour, dont il a peint plusieurs portraits.

Continuer la lecture de « François Boucher, peintre rococo. »

Le sport pour les handicapés (Handisport).

Un handisport est un sport dont les règles ont été aménagées pour qu’il puisse être pratiqué par des personnes ayant un handicap physique ou sensoriel. On nomme sport adapté les sports pratiqués par les personnes ayant un handicap mental. Beaucoup de ces sports sont basés sur des sports existants. Toutefois, certains sports ont été créés spécifiquement pour les personnes handicapées et n’ont pas d’équivalent en sport valide.

Le sport organisé pour les personnes handicapées est souvent réparti en trois grandes catégories de handicaps : les sourds, les déficiences physiques et les déficiences intellectuelles. Chaque groupe a sa propre histoire, ses organisations, ses compétitions et sa vision du sport.

Continuer la lecture de « Le sport pour les handicapés (Handisport). »

L’observatoire de Hautre Provence (Alpes-de-haute-Provence).

L’observatoire de Haute-Provence (OHP) est un observatoire astronomique situé à Saint-Michel-l’Observatoire, près de Forcalquier et Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence (France). Depuis le 8 février 2017, il est inscrit aux titres des monuments historiques.

L’implantation de l’observatoire s’explique par la pureté de l’atmosphère du pays de Forcalquier. Si la qualité des images de l’observatoire de Haute-Provence n’est pas excellente, le nombre de nuits utilisables pour la photométrie s’avère exceptionnel.

À la suite de la création du Centre national de la recherche scientifique par le gouvernement du Front populaire, la décision de construire un tel observatoire fut prise durant l’été 1936 et le choix du site fut fait le 9 novembre 1936 par un comité scientifique dirigé par Jean Perrin. Les travaux débutèrent en 1937 près du village de Saint-Michel. Mais le début de la Seconde Guerre mondiale a ralenti considérablement l’avancement du projet. Les ouvriers locaux construisirent un mur bas à travers la colline, sans réelle fonction autre que celle d’empêcher les sangliers d’entrer sur le site. Le but de cette manœuvre était de les préserver du Service du travail obligatoire STO édicté par le gouvernement de Vichy, au bénéfice de l’Allemagne, pour qu’ils restent dans leur village pendant la durée de la guerre.

Continuer la lecture de « L’observatoire de Hautre Provence (Alpes-de-haute-Provence). »