Giorgio Morandi, peintre et graveur.

Giorgio Morandi (né le 20 juillet 1890 à Bologne et mort le 18 juin 1964 dans cette même ville) est un peintre et graveur italien.


Il est le premier des cinq enfants qu’auront ses parents, Andrea Morandi et Maria Maccaferri. Dès l’enfance il manifeste une grande passion pour la peinture, et malgré les réticences de son père, il s’inscrit à l’académie des beaux-arts de Bologne en 1907. Il en sort en 1913. Il dira plus tard n’y avoir pas appris grand-chose de ce qui lui servait dans son art.

L’exemple d’autres peintres joue un grand rôle dans sa formation : à la IXe biennale de Venise où il se rend en 1911 il découvre Renoir.

Il visite également Florence la même année, où il admire particulièrement les œuvres de Giotto, Masaccio et Ucello dans les églises et à la Galerie des Offices.

Il voit aussi des toiles de Monet et Cézanne à l’exposition internationale de Rome de 19112. Il connaissait déjà Cézanne, qui aura sur lui une grande influence, par les reproductions en noir et blanc du livre de Vittorio Pica, « Gl’Impressionisti Francesi », publié en 1908 à Bergame.

En 1913 et 1914, Morandi s’intéresse au futurisme : il rencontre Balilla Pratella puis Marinetti, Boccioni et Russolo, et assiste à des soirées futuristes à Modène au printemps 1913 et à Bologne en janvier 1914. Il expose pour la première fois en 1914 à l’hôtel Baglioni de Bologne en compagnie de Osvaldo Licini, Mario Bacchelli, Giacomo Vespignani et Severo Pozzati. Il expose également à la première « exposition libre futuriste » à Rome en avril 1914. Il est invité à la seconde « Sécession Romaine », où il présente le « Paysage de neige » de 1913, alors que le groupe futuriste en est exclu. Il a l’occasion d’y voir un mur entier de toiles de Matisse et un autre d’aquarelles de Cézanne.

Continuer la lecture de « Giorgio Morandi, peintre et graveur. »

Ville de Sabbioneta (Italie).

Sabbioneta est une commune italienne de la province de Mantoue dans la région Lombardie en Italie.

Gouvernées par la maison de Gonzague, Mantoue et le duché de Sabbioneta sont liées par une même histoire mais aussi par une tradition urbanistique, architecturale et artistique commune fondée sur les principes de la Renaissance. À ce titre les deux villes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité établie par l’Unesco en juillet 2008. Sabbioneta appartient également au circuit des “plus beaux villages d’Italie”.

Située à 33 km au sud-ouest de Mantoue, elle est à 5 km du Pô.


Elle est fondée par Vespasiano Ier de Gonzague entre 1554 et 1591, année de sa mort, entre l’Oglio et le Pô, à proximité du tracé de l’antique via  Vitelliana. Dans l’esprit de Vespasiano, elle a avant tout vocation de forteresse capable de résister aux visées expansionnistes des États pontificaux, de la république de Venise et du duché de Mantoue alors gouverné par la branche aînée des Gonzague, même s’il veut aussi faire de cette ville la « cité idéale ».

Continuer la lecture de « Ville de Sabbioneta (Italie). »

Ville de San Felice Circeo (Italie).

San Felice Circeo est une commune italienne située dans la province de Latina, dans la région Latium, en Italie centrale.

La commune est comprise dans le Parc national du Circé. À trois kilomètres de la vieille ville se dresse le mont Circé et son phare.


En 1939 fut découvert la grotte Guattari sur un versant du Mont Circé, qui contenait les restes de dix néandertaliens, dont neuf furent mis au jour lors de fouilles en 2021. Des études de stratigraphie y décelérent aussi la  présence plus ancienne d’animaux : éléphants, rhinocéros, hyènes et ours. D’autres trouvailles du même genre furent faites dans la grotta del Fossellone. Dans ces grottes et dans d’autres proches du promontoire de Circé furent aussi trouvés divers objets de ces époques reculées, dont plusieurs en obsidienne dont les gisements se trouvaient sur l’île de Palmarola.

Depuis le milieu du IIIe millénaire le territoire était occupé par des populations protolatines, puis vers l’an mille av. J.-C. arrivèrent les Sabins, puis ensuite les Étrusques. Enfin s’imposèrent les Volsques. Circeo était déjà un important centre commercial et d’échanges, et il est probable que les grecs de Sicile y avaient un comptoir. Ce sont eux qui avancèrent une possible localisation de la rencontre d’Ulysse et de Circé à Circeo ou dans sa région. Il existe quelques vestiges d’un temple dédié au culte de la déesse Circé, bâti vers -390.

Continuer la lecture de « Ville de San Felice Circeo (Italie). »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.