L’éventail.

L’éventail est un objet utilisé pour induire un courant d’air dans le but de se rafraîchir ou d’attiser les braises d’un foyer.

Sous sa forme universelle, il est un écran rigide avec un manche. Le plus souvent, en France, l’éventail renvoie à un accessoire de mode de la forme d’un demi-disque dont la feuille est faite de matériaux légers (tissu, cuir, papier, etc.) plissés et montés sur des brins qui pivotent autour d’un axe (appelé « rivure »), permettant ainsi à l’objet de se fermer pour diminuer son encombrement et être transporté aisément.

L’usage des éventails est attesté dès l’Antiquité. Ils ont été et sont encore utilisés non seulement pour s’éventer, mais aussi comme vecteurs de messages, objets publicitaires ou de propagande politique, accessoires de mode, de danse ou de théâtre, etc.

Un autre dispositif portatif qui permet de se préserver de la chaleur uniquement rayonnée par le Soleil est l’ombrelle.

Continuer la lecture de « L’éventail. »

Camilo José Cela, romancier, poète et essayiste.

Camilo José Cela, 1er marquis d’Iria Flavia1, est un écrivain espagnol né à Padron (Galice, Espagne) le 11 mai 1916 et mort à Madrid le 17 janvier 2002. Romancier, poète et essayiste, il s’est adonné à tous les genres littéraires et a reçu le prix Nobel de littérature « pour sa prose riche et intensive qui, avec une compassion contenue, forme une vision provocante de la vulnérabilité de l’Homme ».


En 1931, Camilo José Cela s’installe avec sa famille (son père galicien, sa mère anglo-italienne et ses huit frères et sœurs) à Madrid et suit brièvement des études de lettres et de philosophie à l’Université complutense de Madrid. En 1936, il combat du côté franquiste lors de la Guerre civile espagnole. Postérieurement, il rejette la dictature de Franco et maintient une attitude indépendante envers le régime dont il subit la censure tout en ayant travaillé lui-même un temps, entre 1943 et 1944, comme censeur de presse. À partir de 1954, il réside à Majorque où il fonde la revue littéraire Papeles de Son Armadans4 qui fait paraître 276 numéros et qui joue un rôle très important dans les lettres espagnoles jusqu’à sa cessation en 1979 : 40 000 pages, 1070 auteurs publiés. Il entre à la Real Academia de la Lengua Española en 1957 et participe en tant que sénateur royal aux Cortes Constituantes, chargées de rédiger la nouvelle constitution de 1978.

Continuer la lecture de « Camilo José Cela, romancier, poète et essayiste. »

Max Aub, auteur dramatique, romancier, essayiste et critique littéraire.

Max Aub Mohrenwitz, dit Max Aub, né le 2 juin 1903 à Paris et mort le 22 juillet 1972 à Mexico, est un auteur dramatique, romancier, essayiste et critique littéraire qui a eu quatre nationalités au cours de sa vie : Français, Allemand, Espagnol, Mexicain.


Max Aub naît le 2 juin 1903 dans le 9e arrondissement de Paris.

Son père, Frédéric ou Guillermo Aub, est représentant de commerce dans une famille de juristes allemands. Il s’est installé à Paris où il a épousé Suzanne Mohrenwitz, issue de la haute bourgeoisie française mais d’origine allemande3. Les deux époux ont deux enfants, Max et sa sœur Madeleine, qu’ils élèvent de façon laïque ; ceux-ci ignorent leur ascendance juive.

À l’été 1914, alors que les oncles des enfants sont mobilisés en France et en Allemagne, ils rejoignent leur père, installé à Valence en Espagne pour le travail.

Continuer la lecture de « Max Aub, auteur dramatique, romancier, essayiste et critique littéraire. »