Augusto Sandino, révolutionnaire.

Augusto Calderón Sandino (18 mai 1895 à Niquinohomo (Nicaragua) – 21 février 1934 à Managua) est un leader de la guérilla nicaraguayenne qui, de 1927 à 1934, lutta contre le gouvernement légal qui était alors appuyé par les marines américains. Il fut assassiné en 1934 par la Garde Nationale commandée par le premier des Somoza, sur ordre de l’ambassadeur américain Arthur Bliss Lane.


Les débuts du général Sandino ne sont pas faciles. Il a peu d’hommes sous ses ordres, la majorité de ceux-ci sont mal équipés et peu préparés aux opérations militaires. Il se rallie de nouveau avec les Indiens pour former une armée de près de 600 hommes. Ils livrent alors combat contre les marines américains et les soldats du gouvernement, mais après quelques heures et plusieurs pertes, ils doivent battre en retraite à la suite de l’intervention de l’aviation américaine. Sandino réorganise ses forces et forme l’Armée de Défense de la Souveraineté Nationale du Nicaragua5. Il opte pour créer son quartier général dans le département de Las Segovias, et dans un lieu difficile

Continuer la lecture de « Augusto Sandino, révolutionnaire. »

Jaroslav Hašek, romancier, humoriste et journaliste libertaire.

Jaroslav Hašek (30 avril 1883 – 3 janvier 1923) est un romancier, humoriste et journaliste libertaire d’origine tchécoslovaque, rendu célèbre par son chef-d’œuvre satirique Le Brave Soldat Chvéïk. Il représente, avec Franz Kafka, le renouveau littéraire pragois du début du XXe siècle.


Jaroslav Hašek est né en 1883 à Prague. Il était le fils de Josef Hašek, un professeur de mathématiques enseignant au collège, et de sa femme Katerina.

La pauvreté força la famille, avec ses trois enfants (Bohuslav, de trois ans plus jeune que Jaroslav, et Maria, une cousine orpheline) à déménager plus d’une dizaine de fois. Jaroslav ne connut jamais de foyer fixe, une absence de racine qui influença sa vie errante de manière décisive.

Continuer la lecture de « Jaroslav Hašek, romancier, humoriste et journaliste libertaire. »

Lyudmila Jivkova, femme politique.

Lyudmila Todorova Jivkova (bulgare : Людмила Тодорова Живкова (26 juillet 1942 – 21 juillet 1981) est une femme politique bulgare. Elle est la fille du communiste bulgare Todor Jivkov, membre du politburo et du Parti communiste bulgare. Elle est surtout connue pour sa volonté de préserver et de promouvoir les arts et la culture bulgares à l’étranger, et son intérêt pour l’ésotérisme oriental, la spiritualité et le protochronisme ont fait d’elle une figure controversée du bloc soviétique.


Lyudmila Jivkova naît à Sofia pendant la Seconde Guerre mondiale et grandit ensuite au sein de la nomenklatura bulgare. Elle étudie l’histoire puis l’histoire de l’art à Moscou, puis à Oxford, où elle publie des articles sur les relations entre les Ottomans et les Britanniques. Elle devient ensuite vice-présidente du Comité bulgare pour l’art et la culture (1972-1975) et enfin sa présidente, ce qui la hisse au rang de ministre de la Culture, de 1975 à sa mort en 1981. De 1976 à 1981, elle est aussi députée au sein de l’Assemblée Nationale bulgare.

Continuer la lecture de « Lyudmila Jivkova, femme politique. »