Clara Clairbert, chanteuse lyrique, soprano.

Clara Clairbert, née à Saint-Gilles (Bruxelles) le 21 février 1899 et morte à Bruxelles le 16 août 1970, est une soprano belge.


Clara-Pierre Impens est née à Saint-Gilles le 21 février 1899. Ses parents sont François Impens (1876-) et Jeanne Pétronille Colart. Elle commence ses études musicales (solfège, chant, piano) à l’Académie de musique d’Anderlecht en 1908. Elle y obtient un second prix de solfège en 1913. Elle étudie la dactylographie et travaille au Ministère de la justice.

Elle a quinze ans lorsque la Première guerre mondiale éclate. Elle rejoint son père, blessé, au Havre où le gouvernement belge est exilé et y assure le secrétariat de Henri Carton de Wiart. Elle chante également dans une chorale sous la direction de Philippe Mousset qui l’encourage à suivre des cours de chant.

Continuer la lecture de « Clara Clairbert, chanteuse lyrique, soprano. »

Hector Dufranne, baryton.

Hector Dufranne (25 octobre 1870, Mons – 4 mai 1951, Paris (7e)) est un artiste lyrique belge avec une voix de baryton-basse qui a chanté à l’opéra au cours d’une longue carrière. Il s’est produit dans de nombreuses salles d’opéra en Europe et aux États-Unis pendant quatre décennies. Admiré pour sa voix et son jeu d’acteur, Dufranne a participé à un grand nombre de premières mondiales, notamment le rôle de Golaud lors de la création de Pelléas et Mélisande de Claude Debussy en 1902, rôle qu’il a chanté 120 fois. Il avait une excellente technique de chant qui a permis de garder la qualité de sa voix, même à la fin de sa carrière. Sa large étendue vocale et sa riche voix sonore lui ont permis de chanter une variété de rôles tant dans l’opéra français qu’allemand et italien.


Dufranne est né à Mons. Il a étudié d’au Conservatoire de Bruxelles avec Désiré Demest avant de faire ses débuts professionnels à l’opéra en 1896 à La Monnaie dans le rôle de Valentin du Faust de Charles Gounod. Il est revenu dans cette salle l’opéra à plusieurs reprises pour chanter Grymping dans Fervaal de Vincent d’Indy (1897), Alberich dans Das Rheingold de Wagner (1898), Thomasdans Thyl Uylenspiegel de Jan Blockx (1900), Thoas dans Iphigénie en Tauride de Gluck (1902), l’aubergiste dans Königskinder de Humperdinck (1912), et Rocco dans I gioielli della Madonna (en) de Ermanno Wolf-Ferrari (1913).

Continuer la lecture de « Hector Dufranne, baryton. »

Ernest Van Dyck, ténor dramatique.

Ernest Van Dyck (2 avril 1861 – 31 août 1923) était un ténor dramatique belge étroitement associé au répertoire wagnérien.


Originaire d’ Anvers, où il a fait ses études dans une école jésuite, Van Dyck a étudié le droit et la philosophie à Louvain avant de décider de devenir chanteur d’ opéra. Le notaire auprès duquel il étudiait le présenta au chef d’orchestre Joseph Dupont. Il est devenu journaliste, travaillant pour Le Courrier de l’Escaut à Anvers et ” La Patrie ” à Paris.

Dès son arrivée à Paris et ses débuts aux Concerts Lamoureux dans le premier acte de Tristan und Isolde, il étudie avec Chabrier et devient un ami proche du compositeur.  Le chanteur a remboursé Chabrier en préconisant des représentations de ses opéras à Karlsruhe et dans d’autres endroits où il est apparu.  Pendant les années apparaissant aux concerts de Lamoureux , Van Dyck a chanté dans La Damnation de Faust , des fragments de Sigurd , Tristan und Isolde , Die Walküre , Les Sept péchés capitaux de Goldschmidt et la première deLe Chant de la Cloche de Vincent d’Indy.

Continuer la lecture de « Ernest Van Dyck, ténor dramatique. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.

Retour vers le haut de page