Ignace de Loyola, prêtre et théologien.

Ignace de Loyola, né en 1491 à Loiola et mort le 31 juillet 1556 à Rome, est un prêtre et théologien basque-espagnol, fondateur et premier Supérieur général de la Compagnie de Jésus — en latin abrégé « SJ » pour Societas Jesu — congrégation catholique reconnue par le pape Paul III en 1540 et qui prit une importance considérable dans la réaction de l’Église catholique romaine aux XVIe et XVIIe siècles, face à l’ébranlement causé par la réforme protestante.

Auteur des Exercices spirituels, il fut un remarquable directeur de conscience. La spiritualité ignacienne est l’une des principales sources d’introspection religieuse et de discernement vocationnel dans le catholicisme. À la tête des jésuites, il devint un ardent promoteur de la réforme tridentine, aussi appelée Contre-Réforme. Il orienta sa congrégation vers l’œuvre missionnaire, en particulier vers les Indes orientales, l’Afrique et les colonies espagnoles d’Amérique du Sud.

Continuer la lecture de « Ignace de Loyola, prêtre et théologien. »

Pedro Calderón de la Barca, poète et dramaturge.

Pedro Calderón de la Barca, né à Madrid le 17 janvier 1600 et mort à Madrid le 25 mai 1681, est un poète et dramaturge espagnol. Extraordinairement prolifique, auteur de plus de deux cents textes dramatiques, il est en particulier connu pour sa pièce La vie est un songe (1635).


Son père occupe une charge dans l’administration des finances ; sa mère est d’origine flamande et appartient à la petite noblesse. Il a trois sœurs et deux frères, qui deviendront l’un avocat, l’autre officier. Il perd ses parents tôt : sa mère en 1610, son père en 1615. Dans son testament, ce dernier l’engage à suivre la carrière ecclésiastique, ce que Calderón ne fera pas, du moins dans l’immédiat.

Entre 1608 et 1614, il reçoit une excellente éducation au collège impérial de la Compagnie de Jésus de Madrid, où il est initié au latin, à la rhétorique et à la lecture des classiques. Il entreprend ensuite des études de droit à Alcalá de Henares, puis à Salamanque, sans cependant les terminer. La rigueur et la logique de l’argumentation de ses textes, la vaste culture qu’ils révèlent sont la marque de l’empreinte profonde laissée par ces années de formation.

Continuer la lecture de « Pedro Calderón de la Barca, poète et dramaturge. »

Jean de Dieu, religieux.

Jean de Dieu, né João Cidade le 8 mars 1495 à Montemor-o- Novo au Portugal et mort le 8 mars 1550 à Grenade, est un religieux espagnol d’origine portugaise, qui se consacra aux indigents et fonda l’ordre des Hospitaliers. Il est vénéré comme saint par l’Église catholique, et donné pour patron des malades (avec Camille de Lellis) et des professionnels du soin. Il est fêté le 8 mars.


Jean naît en 1495 à Montemor-o-Novo près d’Évora dans l’Alentejo au Portugal d’André Cidade et de Teresa Duarteau, famille anciennement importante, religieuse, mais appauvrie. À l’âge de 8 ans, il suit à l’insu de ses parents, un voyageur qui a pour but de se rendre à Madrid. Ayant perdu l’inconnu qu’il suivait, il trouve refuge chez l’intendant des troupeaux du comte d’Oropesa (province de Tolède) qui l’accueille dans sa famille et l’installe comme berger. À 27 ans, désireux de vivre une vie plus palpitante, il décide de s’engager comme militaire.

Continuer la lecture de « Jean de Dieu, religieux. »