Zénon d’Élée, philosophe.

Zénon d’Élée (en grec ancien Ζήνων / Zếnôn), né vers 490 et mort vers 430 av. J.-C., est un philosophe grec présocratique.

Surnommé « le Palamède d’Élée », selon une interprétation de Diogène Laërce1 qui voit en Zénon un palamède, c’est-à-dire un habile dialecticien, dont parle Platon dans le Phèdre. Il serait le principal disciple de Parménide, qui fut aussi son amant : Platon, dans le dialogue du Parménide, rapporte non sans complaisance, une rumeur ambiguë selon laquelle Zénon aurait été l’amant de son maître. Zénon vécut comme Parménide à Élée, ville située dans le sud de l’Italie. C’est l’un des représentants de l’école d’Élée.

Continuer la lecture de « Zénon d’Élée, philosophe. »

Le tramway.

Le tramway, plus couramment le tram, est une forme de transport en commun urbain ou interurbain à roues en acier circulant sur des voies ferrées équipées de rails plats, et qui est soit implanté en site propre, soit encastré à l’aide de rails à gorge dans la voirie routière.


Le mot d’origine anglaise « tramway » provient de la combinaison de tram-way composé de tram, « rail plat », et way signifiant « voie ». Le terme « tramway » désigne donc une voie ferrée formée de 2 rails parallèles sur lesquels circulent des véhicules. Ce même véhicule par extension est aussi couramment appelé tramway.

Continuer la lecture de « Le tramway. »

Sophrone de Vratsa, homme d’église.

Saint Sophrone de Vratsa (saint Sophronios de Vratsa ; en bulgare: Софроний Врачански, Sofronii Vratchanski), né Stoïko Vladislavov le 11 mars 1739 à Kotel et mort le 23 septembre 1813 à Bucarest, est un homme d’Église et une des figures marquantes de la renaissance nationale bulgare.


Sophrone naît dans une famille modeste de Bulgarie centrale (à l’époque partie de l’Empire ottoman) ; son père est marchand de bétail. Il suit l’école tenue par les moines de la ville et apprend le grec et le slavon. Ensuite, il est apprenti tisserand, mais reste profondément pieux. En 1762, il est ordonné prêtre à l’âge de vingt-trois ans et devient enseignant à Kotel et copiste. Il rencontre Païssii de Hilendar qui lui fait prendre connaissance de son Histoire slavo-bulgare dont le jeune Vladislavov fait une copie. Entre 1770 et 1775, il demeure au monastère de Hilandar du mont Athos.

Continuer la lecture de « Sophrone de Vratsa, homme d’église. »