La spéléologie, le 23/07/2021.

Premier jour le Vendredi 23 juillet 202 1à Paris au « Carré d’encre » 13 bis rue des Mathurins 75009 PARIS.

Vente générale le 26/07/2021.

Valeur faciale : 1,50€, 12 timbres par feuille, tirage 495.000 exemplaires.

Voir le communiqué officiel de La Poste.

 

Continuer la lecture de « La spéléologie, le 23/07/2021. »

Les icebergs.

Un iceberg est un bloc de glace d’eau douce dérivant sur un plan d’eau, généralement la mer mais dans certains cas un lac ; de tels blocs, souvent de masse considérable, se détachent du front des glaciers ou d’une barrière de glace flottante.

Le terme provient de l’anglais, où il a été emprunté du néerlandais ijsberg, littéralement « montagne de glace », de ijs « glace »  et berg « montagne ».


92% du volume d’un iceberg est situé sous la surface de l’eau et il est difficile de déterminer la forme qu’adopte cette partie à partir de celle qui flotte au-dessus de la mer (comme le suggère l’expression « partie émergée de l’iceberg » ou la « pointe de l’iceberg », signifiant qu’un phénomène ou un objet ne sont qu’une partie minime ou superficielle d’un ensemble plus vaste qui se dérobe à la vue). Pour un grand iceberg tabulaire dont la hauteur apparente hors d’eau est de 35 à 40 m, la partie immergée peut descendre jusqu’à plus de 300 m sous le niveau de la mer.

Continuer la lecture de « Les icebergs. »

John Ross, explorateur.

Sir John Ross (né le 24 juin 1777 à Balsarroch, en Écosse; décédé le 30 août 1856 à Londres) était un contre-amiral d’origine écossaise dans la marine de guerre britannique et un explorateur des régions arctiques.


Sa carrière militaire débute sous les ordres de l’amiral sir James Saumarez, avec qui il a fait les guerres napoléoniennes.

En 1818, lors de son premier voyage arctique à la recherche du passage du Nord-Ouest, il visite la côte nord-ouest du Groenland. En 1819, lors d’un sondage en mer de Baffin, il ramène dans une vase verte des vers et une ophiure emmêlée dans la ligne de sonde, son rapport d’exploration contredisant le dogme de l’hypothèse azoïque d’Edward Forbes (absence de faune abyssale au-delà de 500 m). Ensuite, en tentant de s’enfoncer plus vers l’Ouest, il conclut à plusieurs reprises que les plans d’eau qu’il suit sont des baies. Ces conclusions, d’abord contestées par ses officiers, se révèleront fausses : il s’agissait en fait de détroits qui auraient éventuellement donné accès à un passage vers l’Ouest. Résultat de ce voyage qui se termine dans la controverse : bien qu’il soit promu au grade de capitaine de vaisseau, Ross se voit refuser le commandement d’un autre navire.

Continuer la lecture de « John Ross, explorateur. »