Pablo Iglesias Posse, homme politique.

Pablo Iglesias Posse est un homme politique espagnol, né le 18 octobre 1850 à Ferrol, (Galice) et mort  le 9 décembre 1925 à Madrid (Espagne).

Fondateur du Parti socialiste ouvrier espagnol (Partido Socialista Obrero Español, PSOE) et du syndicat socialiste de l’Union générale des travailleurs (Unión General de Trabajadores, UGT).


Apprenti en imprimerie, Pablo Iglesias Posse rejoint la section des  industries typographiques de l’Internationale en 1870, fait pour lequel il va être persécuté. En 1874, il est déjà le président de l’Association générale des arts d’imprimerie et depuis la clandestinité, fonde le 2 mai 1879 le PSOE.

Continuer la lecture de « Pablo Iglesias Posse, homme politique. »

Lope de Vega, dramaturge et poète.

Lope Félix de Vega Carpio, né le 25 novembre 1562 à Madrid et mort le 27 août 1635 dans la même ville, est un dramaturge et poète espagnol. Il est considéré comme l’un des écrivains majeurs du Siècle d’or espagnol.

Surnommé par Miguel de Cervantes « le Phénix, le monstre de la nature », il est le fondateur de la Comedia nueva ou tragi-comédie à l’espagnole à un moment où le théâtre devenait un phénomène culturel de masse.

Lope de Vega a été un auteur extrêmement prolifique : il aurait écrit environ 3 000 sonnets, 9 épopées, des romans, 1 800 pièces profanes, 400 drames religieux, de nombreux intermèdes. Il a cultivé tous les tons et abordé tous les thèmes.

Ami de Quevedo et de Juan Ruiz de Alarcón, ennemi de Luis de Góngora et envié par Cervantes, il eut une vie aussi extrême que son œuvre, il était chevalier de Malte de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Continuer la lecture de « Lope de Vega, dramaturge et poète. »

Santiago Ramón y Cajal, histologiste et neuroscientifique.

Santiago Ramón y Cajal (1er mai 1852 à Petilla de Aragón, Navarre, Espagne – 17 octobre 1934 à Madrid, Communauté de Madrid, Espagne) est un histologiste et neuroscientifique espagnol, colauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1906 avec Camillo Golgi « en reconnaissance de leurs travaux sur la structure du système nerveux ».

C’est en affinant la technique d’imprégnation argentique mise au point par Golgi (et qui porte aujourd’hui le nom de celui-ci) qu’il contribua de façon décisive à la théorie neuronale en opposition avec la théorie réticulaire, soutenue par Golgi. Il mit en effet en évidence que les neurones étaient des entités cellulaires séparées par de fins espaces (que Sherrington nommera « synapses »), et non les fibres d’un réseau ininterrompu. Il est considéré comme l’un des pères des neurosciences.

Continuer la lecture de « Santiago Ramón y Cajal, histologiste et neuroscientifique. »