Le hareng.

Petit pélagique grégaire et grand migrateur, très abondant en Atlantique Nord-Est, le hareng fréquente les eaux de la Norvège (au Nord) à celles du golfe de Gascogne (au Sud). Il est également présent sur les côtes Atlantique Ouest, du Groenland à la Caroline du Sud aux États-Unis. Le hareng remonte à la surface la nuit afin de se nourrir de plancton. Sa couleur bleue sur la face dorsale et blanche sur la face ventrale est une technique de camouflage pour les prédateurs évoluant au-dessus et en-dessous des bancs de hareng.

Ses fortes concentrations au moment du frai ont de tout temps attiré les pêcheurs dans de vastes campagnes saisonnières de pêche. Le hareng a fait la fortune de régions, de villes et de sociétés marchandes d’Europe du Nord. En France, Boulognesur-Mer et Fécamp se sont enrichies dès la fin du XIXème siècle grâce à ce clupéidé. D’une longévité allant de 10 à 25 ans, le hareng acquiert sa maturité sexuelle vers l’âge de 2-3 ans lorsqu’il mesure 16-17 cm. Ses oeufs ont une surface collante qui leur permet de se fixer sur le fond ou sur les algues lors de la ponte. Sa taille varie selon le stock, le hareng de la Baltique étant le plus petit de tous alors que celui du stock atlantoscandien, au large de la Norvège, peut dépasser 40 cm.

Continuer la lecture de « Le hareng. »

Blanche-neige, le conte.

Blanche-Neige (nommée Schneewittchen en allemand actuel ; originellement Sneewittchen en bas allemand, équivalent à Schneeweißchen en allemand moderne, de Snee, la neige (Schnee en allemand actuel), et witt, blanc (weiß)) est un conte, et le nom du personnage principal de ce conte, dont la version la plus connue est celle recueillie et mise en forme par Jacob et Wilhelm Grimm parue en 1812 (conte-type 709 dans la classification Aarne-Thompson). Le conte collecté par les frères Jacob et Wilhelm Grimm aurait été inspiré par un mythe germanique. Plusieurs mythes européens peuvent correspondre à ce personnage.


Les frères Grimm ont rassemblé plusieurs versions du conte, collé les textes ensemble et parfois écourté. Dans la première version de 1812, la reine est la mère naturelle. Blanche-Neige se réveille lorsqu’un valet du prince lui donne un coup dans le dos car il était énervé d’avoir eu à la porter toute la journée. D’autres petites différences sont à trouver comme le repas avec le prince.

Continuer la lecture de « Blanche-neige, le conte. »

Wilhelm Emmanuel von Ketteler, théologien et homme politique.

Wilhelm Emmanuel von Ketteler, né le 25 décembre 1811 à Münster (Westphalie) et mort le 13 juillet 1877 à Burghausen évêque de Mayence, est un théologien et homme politique (Zentrum) allemand. Il développera les grands thèmes du christianisme social et sera surnommé l’Évêque social.


Né à Münster, Wilhelm Emmanuel von Ketteler est le fils du baron Maximilian von Ketteler (1779-1832), notable local (il est Landrat) issu d’une famille catholique ancienne et prestigieuse, et de son épouse, née Clementine von der Wenge. Il a étudié la théologie à l’Université de Göttingen, à Berlin, à Heidelberg et à Munich (droit et science politique).

Ordonné prêtre à Münster le 1er juillet 1844, il se montre un homme d’action. En 1848, il est élu député au Parlement de Francfort contre le journaliste Karl Heinrich Brüggemann pour la ville Tecklenburg. Il a fondé l’Institution Saint-Willigis à l’occasion de la fête de la Sainte-Présentation en 1852 comme l’« École Sainte-Marie ».

Continuer la lecture de « Wilhelm Emmanuel von Ketteler, théologien et homme politique. »