Le ball-trap.

Le tir aux pigeons d’argile, tir aux plateaux ou tir au plateau d’argile, ball-trap ou balltrap, tir aux clays (Belgique), ou tir à la volée (Canada) est un exercice d’adresse, d’entraînement à la chasse ou pratiqué comme activité sportive, consistant à abattre au fusil des plateaux constitués d’un mélange de brai de pétrole et d’un apport de calcaire projetés en l’air.


La première mention d’un tir aux pigeons (Trapshooting) semble datée de 1793, dans un magazine anglais (Sporting Magazine). Comme ceux qui lui succèderont jusque dans les années 1920, il utilisait de vrais oiseaux vivants (pigeons en général), libérés de leur cache (un chapeau haute forme souvent) en tirant sur une ficelle, ce qui faisait nommer ce groupe de chasseurs « le club des chapeaux Haut-de forme » (High Hats Club), jusqu’à ce qu’ils utilisent des boites au lieu des chapeaux.

Continuer la lecture de « Le ball-trap. »

Niki Lauda, pilote automobile et entrepreneur dans l’aviation.

Andreas Nikolaus Lauda dit Niki Lauda, né le 22 février 1949 à Vienne en Autriche et mort le 20 mai 2019 à Zurich en Suisse, est un pilote de course automobile, entrepreneur dans l’aviation commerciale et dirigeant sportif autrichien.

Il court notamment en Formule 1 de 1971 à 1979, puis de 1982 à 1985, obtient 25 victoires et remporte à trois reprises le titre de champion du monde des pilotes de Formule 1 (1975, 1977 chez Ferrari et 1984 chez McLaren).

Le 1er août 1976, lors du Grand Prix d’Allemagne sur le Nürburgring, il est victime d’un grave accident au volant de la Ferrari 312 T2. Coincé dans la carlingue détruite qui prend feu, il est brûlé au visage et défiguré. Ses poumons sont particulièrement touchés. Contre toute attente, il parvient à reprendre le volant six semaines seulement après ce drame. Cette saison 1976 où il lutte pour le titre mondial face à James Hunt est relatée dans le film Rush sorti en 2013. Il prend une première retraite sportive en 1979 et revient en Formule 1 trois ans plus tard, chez McLaren.

Continuer la lecture de « Niki Lauda, pilote automobile et entrepreneur dans l’aviation. »

L’irish wolfhound.

L’Irish wolfhound ou lévrier irlandais, est le plus rustique et le plus grand des lévriers. La Fédération cynologique internationale répertorie la race dans le groupe 10, section 2, lévriers à poil dur, standard n° 160. Le lévrier irlandais est historiquement utilisé pour chasser le loup et les cervidés jusqu’au XVIIe siècle, avant de devenir principalement un chien d’agrément.


C’est, avec le dogue allemand, la plus grande race de chien au monde. Le lévrier irlandais a un corps allongé et imposant, avec une musculature massive, ainsi qu’une croupe et un dos larges. Les pattes sont longues, droites et à l’ossature forte.

Le lévrier irlandais ne doit pas être tout à fait aussi lourd ni aussi massif que le dogue allemand, mais il l’est plus que le lévrier écossais (deerhound) à qui il doit ressembler quant au type général. De grande taille et d’aspect imposant, très musclé, construit en force, mais avec élégance. Ses allures sont faciles et actives. Tête et cou sont portés haut. La queue est portée en présentant une légère courbure vers l’extrémité. Une grande taille comprenant hauteur au garrot et longueur du corps en proportion sont le but recherché. On cherche à fixer une race avec une taille moyenne de 32 pouces (81 cm) à 34 pouces (86 cm) chez le mâle et qui fasse preuve de la puissance requise, d’activité, de courage et d’harmonie dans les formes.

Continuer la lecture de « L’irish wolfhound. »

Désolé, mais la copie des textes et des images n'est pas autorisée.