Franz Liszt, compositeur.

Franz Liszt est né à Doborján (Hongrie, actuellement Raiding en Autriche) le 22 octobre 1811 ; mort à Bayreuth le 31 juillet 1886.

Son père, Adam List (1776-1827), est intendant d’un domaine du prince Esterházy. Sa mère, Maria Anna Lager (1788-1866), est la fille d’un d’un commerçant autrichien.

Il reçoit ses premières leçons de piano auprès de son père. En 1820 il se produit au piano à Sopron et à Pozsony (Bratislava) au palais du prince Esterházy.

En 1821, ayant obtenu une bourse auprès de l’aristocratie hongroise, Adam Liszt accompagne son fils à Vienne. Franz suit les cours de Karl Czerny (1791-1857) pour le piano et de Antonio Salieri (1750-1825) pour la composition.

 

Continuer la lecture de « Franz Liszt, compositeur. »

Georg-Freidrich Händel, compositeur.

Georg-Freidrich Händel est le fils de Georg Händel (1622-1697), barbier-chirurgien, et de Dorothea Taust (1651-1730), la fille d’un pasteur. Son père, le pousse à étudier le droit, et finit par le laisser étudier avec Friedrich Wilhelm Zachow, l’organiste de la Liebfrauenkirche de Halle, auprès duquel il se forme à l’orgue, au clavecin, à la composition.


Le 10 février 1702, Händel s’inscrit à l’Université de Halle. Le 13 mars, il obtient l’orgue de la cathédrale calviniste. Il est logé et reçoit un salaire de 50 thalers. Il se lie d’amitié avec Telemann, et quitte rapidement Halle.

En 1703, il est à Hamburg, et part à Lübeck avec Mattheson en août de la même année. Ils sont intéressés l’un et l’autre par la succession de Buxtehude, le célèbre organiste, qui mettait comme condition à l’obtention du poste, le mariage avec sa fille. Ni l’un ni l’autre ne lui succède, pas plus que Jean-Sébastien Bach, qui se présentera aussi.

Continuer la lecture de « Georg-Freidrich Händel, compositeur. »

Robert Schumann, pianiste et compositeur.

Robert Schumann, né le 8 juin 1810 à Zwickau et mort le 29 juillet 1856 à Endenich (aujourd’hui un quartier de Bonn), est un pianiste et compositeur allemand. Sa musique s’inscrit dans le mouvement romantique qui domine au début du XIXe siècle une Europe en pleine mutation. Compositeur littéraire par excellence, Schumann et sa musique illustrent une composante du romantique passionné. Il est le mari de Clara Schumann, pianiste et également compositrice.


Wieck rassure Christiane Schumann en lui promettant de faire de son fils « en trois ans l’un des plus grands pianistes vivants, plus spirituel et chaleureux que Hummel, plus grandiose que Moscheles », et Schumann emménage pour un temps chez son professeur. Il travaille avec acharnement mais se plaint déjà de « douleurs infinies dans le bras ». Bientôt, il se plaindra d’une paralysie de la main droite qui le contraindra à abandonner la carrière de virtuose, sans grands remords il est vrai.

Continuer la lecture de « Robert Schumann, pianiste et compositeur. »