Rogier van der Weyden, peintre.

Rogier de le Pasture, dit en flamand Rogier van der Weyden, est un peintre appartenant au mouvement des primitifs flamands, né en 1399 ou 1400 à Tournai et mort le 18 juin 1464 à Bruxelles.

Originaire de Tournai, il y est formé au sein de l’atelier du peintre Robert Campin. Il s’installe à Bruxelles en 1435 et devient peintre officiel de la ville. Il répond par ailleurs à de nombreuses commandes des ducs de Bourgogne et de leur entourage. Il fait un voyage en Italie vers 1450 où il acquiert une certaine renommée. Il termine sa vie à la tête d’un atelier prospère auteur de nombreuses œuvres. Les historiens de l’art lui attribuent une quarantaine d’œuvres encore conservées. Il a, par ailleurs, probablement eu une activité d’enlumineur.

Continuer la lecture de « Rogier van der Weyden, peintre. »

Paul Véronèse, peintre.

Paolo Caliari, dit Véronèse, né en 1528 à Vérone et mort le 19 avril 1588 à Venise, est un peintre vénitien.

Bien qu’il ait joui d’une réelle popularité de son vivant, notamment à Venise, il fut ignoré des critiques de son temps qui parlent de l’art vénitien, seul Francesco Sansovino parle de lui dans son Guide de 1556. Pourtant, Véronèse constituait avec Titien et Le Tintoret le triumvirat des peintres vénitiens de la Renaissance tardive.

Véronèse est connu comme un grand coloriste ainsi que pour ses décorations illusionnistes (trompe-l’œil) en fresque et à l’huile. Ses travaux les plus connus sont des cycles narratifs raffinés, exécutés selon un style dramatique et coloré, avec des arrangements majestueux et scintillants.

Continuer la lecture de « Paul Véronèse, peintre. »

Sergueï Eisenstein, cinéaste et théoricien du cinéma soviétique.

Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein (en russe : Сергей Михайлович Эйзенштейн), parfois désigné ou crédité sous les formes Sergueï Eisenstein, Sergueï M. Eisenstein ou S. M. Eisenstein, est un cinéaste et théoricien du cinéma soviétique né le 10 janvier 1898 (22 janvier dans le calendrier grégorien) à Riga (gouvernement de Livonie, dans l’Empire Russe, aujourd’hui Lettonie) et mort le 11 février 1948 à Moscou.

Il est souvent considéré comme un des « pères du montage » avec D. W. Griffith et Abel Gance.


Eisenstein nait dans une famille de la classe moyenne à Riga, dans ce qui est l’actuelle Lettonie (qui à l’époque faisait partie de l’Empire russe et se trouvait dans le gouvernement de Livonie), mais sa famille ne cessa de déménager pendant ses premières années, comme Eisenstein dut le faire toute sa vie. Son père, le célèbre architecte Mikhaïl Osipovitch Eisenstein (1867-1920), est né dans la région de Kiev, au sein d’une famille de marchands juifs originaire de Vasylkiv et convertis à l’orthodoxie russe. Ingénieur municipal de la ville de Riga, il exercera plus tard la même fonction à Pétrograd. Il réalise de remarquables ensembles architecturaux dans le style Art nouveau, en particulier à Riga. Sa mère, Julia Ivanovna Konetskaïa, est issue d’une famille russe orthodoxe et est la fille d’un riche marchand. Elle quitte Riga pour Saint-Pétersbourg l’année même où éclate la révolution russe de 1905, emmenant Sergueï avec elle. Son fils revint parfois voir son père, qui les rejoignit vers 1910. Un divorce suivit et Julia quitta la famille en 1910 pour vivre à Paris. Eisenstein fut élevé dans le christianisme orthodoxe mais devint athée par la suite.

Continuer la lecture de « Sergueï Eisenstein, cinéaste et théoricien du cinéma soviétique. »