Les tourterelles.

Tout le monde connaît les Tourterelles turques qui habitent tout près de nous, les jardins, parcs et allées de nos villes et villages.

Répandues, peu farouches et souvent perchées bien tranquilles sur une branche, une antenne de télévision ou un lampadaire, elles ne peuvent échapper à notre vue même quant elles ne se font pas entendre par leurs cou-coûh-cou monotones et quelquefois lancinants. Elles ne sont silencieuses que pendant la période hivernale, alors que la plupart de nos hôtes ailés de proximité se taisent dès le début de l’été. Vraiment pas sauvage, notre tourterelle est cependant peureuse et timide. On peut la voir attendre autour d’une bassine d’eau que le merle ait terminé son bain avant d’oser s’abreuver.

Continuer la lecture de « Les tourterelles. »

La gerboise.

La gerboise est un nom vernaculaire qui désigne en français plusieurs espèces de mammifères rongeurs à grandes pattes postérieures de la famille des Dipodidae, principalement dans la sous-famille des Allactaginae.


La gerboise est un petit rongeur à l’allure bien surprenante avec ses très longues pattes postérieures et ses grandes oreilles. Elle est souvent confondue avec la gerbille. Pourtant, il s’agit de deux animaux totalement différents qui n’appartiennent pas à la même famille. Les gerboises sont des Dipodidés alors que les gerbilles sont des Muridés. Découvrons qui est la gerboise, petit animal des déserts.

Continuer la lecture de « La gerboise. »

Le corail rouge.

Le corail rouge (Corallium rubrum Linnaeus, 1758) est une espèce de cnidaire de la famille des Coralliidés. Octocoralliaire à squelette calcaire rouge-orangé, il forme des colonies ramifiées. Il est très utilisé en joaillerie pour la réalisation de bijoux.


Les animaux pluricellulaires (eumétazoaires) coloniaux qui le composent, sont issus d’un embryon à 2 feuillets, l’ectoderme et l’endoderme, qui donneront d’une part la paroi externe et d’autre part la paroi interne à fonction digestive du corps en forme de « sac à double paroi » (ancien embranchement des cœlentérés). Il forme des colonies arborescentes, ramifiées dans tous les plans, de taille variable. Les colonies mesurent généralement de 5 à 20 cm. Jadis, il était possible de rencontrer des colonies atteignant jusqu’à 1 mètre de longueur mais elles ont disparu à cause de la surexploitation. La croissance du corail rouge est de 2 à 8 mm par an. Généralement de couleur rouge il existe des colonies roses ou même blanches1. Les polypes sont quant à eux blancs.

Continuer la lecture de « Le corail rouge. »