Ville de Marrakech (Maroc).

Marrakech (en arabe : مراكش, en berbère : Mṛṛakc, ⵎⵕⵕⴰⴽⵛ) , est une ville située dans le centre du Maroc au pied des montagnes de l’Atlas. Marrakech est surnommée « la ville rouge » ou la « ville ocre » en référence à la couleur rouge d’une grande partie de ses immeubles et ses maisons.

Marrakech et son aire urbaine comptent en 2020 un peu plus d’un million d’habitants. Par sa population, la ville est la troisième agglomération du pays, à égalité avec sa rivale historique, Fès. Cité impériale, au même titre que Fès, Rabat et Meknès, Marrakech fut capitale du Maroc pendant près de 350 ans, sous les dynasties almoravide (XIe – XIIe siècles), almohade (XIIe – XIIIe siècles), saâdienne (XVIe – XVIIe siècles), ainsi que sous le règne de Mohammed ben Abdallah de l’actuelle dynastie alaouite (régnant de 1757 à 1790). Marrakech abrite une vaste médina de 600 hectares, la plus peuplée d’Afrique du nord, classée patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Grâce à la vitalité de sa médina, vieille de 900 ans, ses infrastructures hôtelières de classe mondiale et son climat ensoleillé, Marrakech s’est imposée comme la capitale incontestée du tourisme au Maroc. Desservie par le deuxième aéroport du pays en termes de trafic, l’aéroport Marrakech – Ménara, la ville a accueilli en 2019 près de 3 millions de visiteurs.

Continuer la lecture de « Ville de Marrakech (Maroc). »

Mohammed V, roi du Maroc.

Sidi Mohammed, ou Sidi Mohammed ben Youssef, né le 10 août 1909 à Fès et mort le 26 février 1961 à Rabat, est le sultan de l’Empire chérifien (1927-1957) et, à la suite de l’indépendance de l’État retrouvée en 1956, le roi du Maroc (1957-1961) sous le nom de Mohammed V.

Ce monarque alaouite a soutenu à partir de 1944 l’Istiqlal, principal mouvement indépendantiste marocain, et s’est opposé à la poursuite des dominations française et espagnole. En conséquence, le 20 août 1953, il a été déposé par les autorités françaises dans le cadre du protectorat français dans l’Empire chérifien, en vigueur depuis 1912, et contraint à l’exil — successivement en Corse et à Madagascar — jusqu’au 16 novembre 1955.

Il demeure considéré par beaucoup comme le « père de la nation marocaine moderne » (Abb al-Watan al-Maghribi) et, par ailleurs, a notamment été décoré de l’ordre des Compagnons de la Libération par Charles de Gaulle, alors président du gouvernement provisoire de la République française.

Continuer la lecture de « Mohammed V, roi du Maroc. »

Le Magicien d’Oz.

Le Magicien d’Oz (titre original : The Wonderful Wizard of Oz) est un roman pour enfants écrit par Lyman Frank Baum et publié aux États-Unis en 1900 aux éditions George M. Hill Company, avec des illustrations de William Wallace Denslow. En France, il a été édité pour la première fois en 1931.


Grand classique de la littérature enfantine dans le monde anglophone – en première place avec Le Vent dans les saules écrit par Kenneth Grahame en 1908 – il en a été tiré plusieurs adaptations cinématographiques.

L’auteur a écrit une suite à ce roman : Le Merveilleux Pays d’Oz (The Marvelous Land of Oz, 1904), traduit en français tardivement en 19812 et Ozma, la princesse d’Oz (Ozma of Oz, 1907) traduit en français en 1982.

Une petite fille prénommée Dorothée (ou Dorothy selon les versions) et son petit chien Toto, qui habitent au Kansas, sont enlevés avec leur maison par une tornade et transportés dans un pays merveilleux du nom d’Oz. La maison tombe sur la méchante sorcière de l’Est et la tue sur le coup ; Dorothée récupère les souliers d’argent (de rubis dans le film de 1939) de la sorcière. Pour trouver un moyen de rentrer au Kansas, la gentille sorcière du Nord lui conseille de s’adresser au grand et puissant magicien d’Oz, qui réside dans la Cité d’Émeraude.

Continuer la lecture de « Le Magicien d’Oz. »