Michael Faraday, physicien et chimiste.

Michael Faraday (Newington, 22 septembre 1791 – Hampton Court, 25 août 1867) est un physicien et un chimiste britannique, connu pour ses travaux fondamentaux dans le domaine de l’électromagnétisme, l’électrochimie, le diamagnétisme, et l’électrolyse. Il donne son nom à de multiples lois et phénomènes dans ces domaines, notamment la loi de Faraday (ou Lenz-Faraday) en induction électromagnétique, les lois de Faraday en électrochimie, l’effet Faraday, ou encore à des dispositifs expérimentaux comme la cage de Faraday et la cavité de Faraday. Le farad, unité de capacité électrique, est également nommée en son honneur.


Michael Faraday naît le 22 septembre 1791, à Newington Butts, une bourgade du Surrey (Angleterre), aujourd’hui intégrée dans le grand Londres. Sa famille, pauvre, appartient à une secte, les sandemaniens, issus de l’Église d’Écosse. Son père, James Faraday, a été le forgeron du village de Outhgill dans le Westmorland, d’où il a émigré vers 1790. Le jeune Michael, issu d’une fratrie de quatre enfants, ne reçoit qu’une éducation primaire1, principalement du fait que ses capacités n’étaient pas conformes au système scolaire, très rigide, de cette époque (il ne parvenait pas à répéter simplement des choses comme on lui demandait, il n’en comprenait pas l’intérêt).

Continuer la lecture de « Michael Faraday, physicien et chimiste. »

Louis Daguerre, peintre et photographe.

Louis Daguerre, né le 18 novembre 1787 à Cormeilles-en-Parisis, mort le 10 juillet 1851 à Bry-sur-Marne, est un peintre et photographe français. Sa commercialisation du daguerréotype inspiré des travaux de Joseph Nicéphore Niépce a fait qu’il a un temps été considéré comme l’inventeur de la photographie.

Il épouse le 10 novembre 1810 Louise Georgina Smith (ou Arrowsmith) à Paris (anc. 2e).


Louis Daguerre fut d’abord peintre avant de se convertir au métier de décorateur de théâtre pour lequel il exécuta des tableaux remarquables (notamment les décorations d’Aladin ou la Lampe merveilleuse à l’Opéra). Il fut l’élève de Pierre Prévost et contribua à réaliser des panoramas.

Continuer la lecture de « Louis Daguerre, peintre et photographe. »

John Dalton, chimiste et physicien.

John Dalton, né à Eaglesfield (Angleterre) le 6 septembre 1766 et mort à Manchester le 27 juillet 1844, est un chimiste et physicien britannique. Il est connu surtout pour sa théorie atomique, publiée en 1808, ainsi que pour ses recherches sur le daltonisme.


John Dalton est né le 6 septembre 1766, à Eaglesfield, dans le comté de Cumberland (actuelle Cumbria) en Angleterre. Il vient d’une famille humble. Sa mère, Deborah Greenup, et son père, Joseph Dalton, appartenaient à la Société Religieuse des Amis (quakers) et eurent trois enfants : Jonathan, John, Marie.

Il eut la chance de recevoir une excellente formation en mathématiques et en sciences physiques grâce à l’aide de son père et d’un ami de la famille, John Fletcher, professeur à l’école des quakers d’Eaglesfield. Dalton est une personne qui a le sens de l’enseignement dès l’enfance. À la retraite de John Fletcher en 1778, il commence lui aussi à enseigner dans cette école. Il ne reçoit que cinq shillings par semaine, ce qui l’oblige trois ans plus tard à reprendre le travail à la ferme. Toutefois, pendant ce temps, il reçoit de la part d’un de ses proches, Elihu Robinson, un enseignement en mathématiques. L’année suivante, à ses quinze ans, il redevient enseignant dans une école privée dont un de ses proches parents était directeur. Il exerça cette activité avec passion tout au long de sa vie. En 1781, il quitte son village natal pour devenir l’assistant de son cousin George Bewley, qui s’occupe d’une école à Kendal. Il y passe les douze années suivantes et, en 1785, à la retraite de ce dernier, il en devient le directeur adjoint avec son frère aîné Jonathan.

Continuer la lecture de « John Dalton, chimiste et physicien. »