Le paon.

Paon est un nom vernaculaire ambigu désignant certains oiseaux appartenant à différentes espèces et sous-espèces de la famille des Phasianidés, classés dans les genres Pavo et Afropavo. Les paons sont donc proches des faisans et des pintades. Hormis le Paon bleu (Pavo cristatus), domestiqué de longue date, les autres espèces sont menacées de disparition au XXIe siècle. Leur plumage remarquable est la raison de leur popularité dans la culture et les arts.


Son nom est associé par jeu de mots à celui de Panoptès. La femelle du paon est appelée « paonne » (prononcer « panne ») et son petit « paonneau » (prononcer « panneau »).

La succession des deux voyelles incite à rapprocher le mot “paon” de son nom طَاوُوس ṭāwūs en arabe et طاووس tâvus en persan. Taos est un prénom fréquent dans les familles kabyles, et fut donné à Taos Amrouche.

On dit que le paon « braille » ou « criaille », c’est-à-dire « paonner », quand il pousse son cri caractéristique.

Continuer la lecture de « Le paon. »

Le rat.

Le mot « rat » est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, en français, des centaines d’espèces différentes dans le monde de mammifères rongeurs omnivores, dont la queue est nue, les dents tranchantes et le museau pointu. Les rats sont le plus souvent de la famille des Muridés ou, de façon plus restrictive, du genre Rattus, lequel regroupe les espèces les plus communes : Rattus rattus, le rat noir, et Rattus norvegicus, le rat d’égout, qui a donné le rat domestique en élevage. Néanmoins, par analogie, le terme désigne aussi quelques espèces de rongeurs qui ne font pas partie de la famille des Muridés, comme le Rat palmiste, le Rat-chinchilla, etc.

L’homme étudie ces rongeurs, les utilise à son profit, les apprivoise ou bien, au contraire, les considère comme des nuisibles et cherche à les exterminer. Les rats font ainsi partie intégrante de la symbolique, de la culture et de l’histoire humaine, et de nombreuses œuvres y font référence.

Continuer la lecture de « Le rat. »

Hồ Chí Minh, homme d’état.

Hồ Chí Minh, né Nguyễn Sinh Cung le 19 mai 1890 à Hoàng Trù (province de Nghê An) et mort le 2 septembre 1969 à Hanoï, est un homme d’État vietnamien et une figure importante de l’anticolonialisme et du communisme international.

Il est connu sous les noms Nguyễn Tất Thành (« Nguyên grandes espérances ») dans les années 1900 et 1910, et Nguyễn Ái Quốc (« Nguyên le patriote ») dans les deux décennies suivantes.

La jeunesse de Hô Chi Minh est marquée par des voyages autour du monde, qui contribuent à lui faire découvrir l’idéologie communiste. Engagé pour la cause anticolonialiste en France, il séjourne en URSS, où il achève sa formation politique, avant de regagner l’Asie. Fondateur du Parti communiste vietnamien en 1930, il joue un rôle central et actif dans l’indépendance de son pays à partir de 1941, avant de devenir le premier président de la république démocratique du Viêt Nam, reconnue internationalement en 1954.

Continuer la lecture de « Hồ Chí Minh, homme d’état. »