La dinde.

Meleagris est un genre d’oiseaux gallinacés de la famille des Phasianidae et de la sous-famille des Meleagridinae, également connue sous le nom de guajolote. Le mâle est appelé dindon, la femelle dinde et le petit porte le nom de dindonneau. Ce sont des oiseaux de basse-cour élevés pour leur chair. La dinde est le plat préféré pour les célébrations comme Noël et Thanksgiving aux États-Unis. La dinde glougloute.


Endémique d’Amérique du Nord, le Dindon sauvage fut le seul volatile domestiqué et élevé à l’époque précolombienne, de l’Oasisamérique (au nord-ouest de l’actuel Mexique et sud-ouest des actuels États-Unis) jusqu’au centre du Mexique ; on chassait également le Dindon ocellé dans le sud de la Mésoamérique, dans les forêts tropicales de la péninsule du Yucatán.

Continuer la lecture de « La dinde. »

M’hamed Issiakhem, peintre.

M’hamed Issiakhem (en kabyle : Muḥend Isyaxem), né le 17 juin 1928 à Taboudoucht (Aghribs) alors dans le Département de Tizi Ouzou en Algérie et mort le 1er décembre 1985 à Alger, est l’un des fondateurs de la peinture moderne en Algérie.


M’hamed Issiakhem naît le 17 juin 1928 à Taboudoucht, Tizi-Ouzou (Aït Djennad, Aghribs) en Kabylie. À partir de 1931, il passe son enfance à Relizane. En 1943, il manipule une grenade, volée dans un camp militaire américain, qui explose. Deux de ses sœurs et un neveu meurent. Hospitalisé pendant deux ans, il est amputé du bras gauche. De 1947 à 1951, il est à Alger élève de la Société des beaux-arts, puis de l’École des beaux-arts d’Alger et suit les cours du miniaturiste Omar Racim et ceux de Jean-Eugène Bersier1. En 1951, il rencontre Kateb Yacine. De 1953 à 1958, il fréquente l’École des beaux-arts de Paris où il retrouve Kateb Yacine – les deux artistes demeureront inséparables. En 1958, Issiakhem quitte la France pour séjourner en RFA puis résider en RDA.

Continuer la lecture de « M’hamed Issiakhem, peintre. »

Etienne Dinet, peintre orientaliste et lithographe.

Étienne Dinet, né le 28 mars 1861 à Paris et mort 24 décembre 1929 à Paris, est un peintre orientaliste et lithographe français, qui a vécu une grande partie de sa vie en Algérie. Reconnu de son vivant, il se fait appeler Nasr ad Dine après s’être converti à l’islam. Les toiles de Dinet sont aujourd’hui recherchées sur le marché de l’art, et son travail tend à être reconsidéré.


Alphonse-Étienne Dinet est né à Paris le 28 mars 1861, fils de Louise Marie Odile Boucher et de Philippe Léon Dinet, avoué, au 16 rue d’Argenteuil. Il a une sœur, Jeanne, née en 1865, qui sera plus tard sa biographe. Il entre en 1871 comme interne au lycée Henri-IV où il a pour condisciple le futur président Alexandre Millerand. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1881, il entre à l’École des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Pierre-Victor Galland. Mais ce sont vraisemblablement William Bouguereau et Tony Robert-Fleury qui exercent sur lui une réelle influence, le jeune peintre ayant suivi leurs cours à l’Académie Julian, lieu beaucoup plus libre et moins académique. En 1882, il expose d’ailleurs pour la première fois au nouveau Salon des artistes français et l’année suivante, obtient une mention honorable, puis en 1884, une médaille.

Continuer la lecture de « Etienne Dinet, peintre orientaliste et lithographe. »