Le pinson des arbres.

Le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) est une espèce de petits passereaux, partiellement migrateur, très répandu, de la famille des fringillidés. C’est la plus fréquente et la plus répandue des trois espèces de pinsons. Il est présent dans toute l’Europe à l’exception de l’Islande et de la Scandinavie la plus septentrionale, son aire de répartition s’étend vers l’est jusqu’en Sibérie centrale. C’est aussi un oiseau reproducteur en Afrique du Nord et au Proche-Orient jusqu’en Iran. En Nouvelle-Zélande et en République sud-africaine, le pinson a été introduit par l’homme.

En Europe centrale, le pinson est l’un des oiseaux reproducteurs les plus répandus. Son aire de répartition s’étend de la côte à la limite des arbres dans les montagnes. Les pinsons d’Europe du Nord et de l’Est sont des oiseaux migrateurs, alors qu’en Europe centrale, ils sont des migrateurs partiels. On distingue plusieurs sous-espèces. Trois d’entre elles se trouvent aux îles Canaries, ainsi qu’une aux Açores, à Madère, en Sardaigne et en Crète1. Comme tous les fringillidés, c’est une espèce protégée en France.

Continuer la lecture de « Le pinson des arbres. »

Le peignage de la laine et son industrie.

Le peignage est une activité consistant à débarrasser des paquets de fibres textiles parallèles de toutes sortes d’impuretés, afin d’améliorer l’opération de filatures si cela s’avère nécessaire. Ces impuretés consistent en fibres trop courtes, en déchets non fibreux tels que restes de matières végétales ayant échappé à l’opération de cardage, fibres enroulées sur elles-mêmes sous forme de « boutons » inextricables.

En filature, l’opération de peignage – à ne pas confondre avec l’opération de cardage – n’est pas obligatoire. Elle est réservée à la production de fils de qualité supérieure. De nombreux fils sont produits à partir de fibres non peignées. C’est le cas de tous les fils produits selon le processus de filature dite « cardée » ou « semi-peignée », cette dernière ne comportant en fait aucune opération de peignage, juste une meilleure parallélisation des fibres que dans le système « cardé ». Le but du peignage est d’améliorer l’opération de filature au niveau de la performance des machines et au niveau de la régularité et propreté des fils produits. L’opération de peignage permet de s’approcher de la limite de fiabilité des fibres, qui est de l’ordre de 40 fibres à la section.

Continuer la lecture de « Le peignage de la laine et son industrie. »

Moufdi Zakaria, poète.

Moufdi Zakaria, né le 12 juin 1908 à Beni Isguen, près de Ghardaïa en Algérie et mort le 17 août 1977 à Tunis, est un poète algérien. Il est l’auteur du Kassaman, l’Hymne national algérien, composé en 1955 à la demande de Abane Ramdane.


Moufdi Zakaria né le 12 juin 1908 à Beni Isguen, (près de Ghardaïa) d’origine Mozabite. Surnommé « le Poète de la Révolution algérienne », son véritable nom fut après Cheikh Zakaria Ben Slimane Ben Yahia Ben Cheikh Slimane Ben Hadj Aissa. Le surnom Moufdi, devenu son pseudonyme littéraire, lui a été décerné par Slimane Boudjenah. Il quitte très tôt son village natal pour rejoindre son père, alors commerçant à Annaba où il reçoit son enseignement, et où il s’initie à la grammaire et au fiqh.

D’Annaba il rejoint Tunis, chez son oncle. Là, il poursuit ses études, successivement à l’école Es-Salem, l’école El Khaldounia et l’université de la Zeïtouna. En fréquentant le milieu estudiantin algérien à Tunis, il se lie d’amitié avec le poète tunisien Abou el Kacem Chebbi et le poète algérien Ramadane Hammoud, avec lequel il fonde l’association littéraire El-Wifaq (l’Entente) qui publiait une revue entre 1925 et 1930.

Continuer la lecture de « Moufdi Zakaria, poète. »