Andréa Mantegna, peintre de la renaissance.

Andrea Mantegna, né à Isola di Carturo, vers 1431 et mort le 13 septembre 1506 à Mantoue, est un graveur et peintre italien de la Première Renaissance qui a rompu définitivement avec le style gothique en plein milieu du XVe siècle, sans se départir de cette attitude tout au long de sa vie.

Marqué par l’héritage gréco-romain, exploitant la perspective par ses recherches sur le raccourci, il innove en matière d’architecture feinte, avec des décors muraux, des voûtes, créant des scènes d’une grande virtuosité, grâce entre autres au trompe-l’œil et à un sens poussé du détail.

Au-delà de Mantegna peintre de cour, émerge avec lui, dans l’art occidental, la figure centrale de l’artiste, du génie, qui fait école, et dont l’impact culturel se mesure des siècles plus tard.


Andrea Mantegna est né probablement en 1431 dans un petit village, Isola di Carturo (aujourd’hui Isola Mantegna, commune de Piazzola sul Brenta), situé non loin de Padoue, sur les terres de la République de Venise. Gardant des troupeaux, il est le second fils d’un charpentier-menuisier prénommé Biagio, de condition modeste, qui meurt entre 1449 et 1451.

Continuer la lecture de « Andréa Mantegna, peintre de la renaissance. »

Gentile Da Fabriano, peintre.

Gentile di Niccolò di Giovanni Massi, dit Gentile da Fabriano (né à Fabriano, ou à proximité, dans la province d’Ancône dans les Marches, vers 1370 et mort à Rome en 1427) est un peintre italien connu pour sa contribution au style gothique international.


Il commence à peindre dans la tradition fabrianese (Allegretto Nuzi, Francescuccio Ghissi,…), et se forme après du Véronais Altichiero qui doit lui-même beaucoup aux fresques de Giotto à Padoue1. Il séjourne, dans la dernière décennie du Trecento, à Pavie, centre culturel et artistique, comme en témoigne la Madonna col Bambino tra i santi Francesco e Chiara, aujourd’hui conservée à Berlin (1395-1400).

Continuer la lecture de « Gentile Da Fabriano, peintre. »

Haïlé Sélassié Ier, Roi d’Ethiopie.

Tafari Makonnen, né le 23 juillet 1892 à Ejersa Goro, dans l’Empire d’Éthiopie, et mort le 27 août 1975 à Addis-Abeba, a été le dernier roi des rois (negusse negest) d’Éthiopie de 1930 à 1936 et de 1941 à 1974. Il règne sous le nom de Haïlé Sélassié Ier  « Puissance de la Trinité »).

Fils du ras Mekonnen Welde Mikaél, les rastas le considèrent comme le « dirigeant légitime de la Terre » (Earth’s rightful ruler) et le Messie, en raison de son ascendance selon la tradition éthiopienne de la dynastie dite « salomonique », qui remonte aux rois Salomon et David par la reine de Saba.

Régent et prince héritier d’Éthiopie durant le règne de l’impératrice Zewditou, à qui il succède en 1930, Haïlé Sélassié Ier doit faire face à l’invasion et à l’occupation italienne de son pays, entre 1935 et 1941. Il n’a jamais reconnu la légitimité de cette annexion, considérant qu’il régnait encore pendant cette période, niant l’administration coloniale italienne. Il retrouve le trône quand son pays est libéré en 1941, à la faveur de la Seconde Guerre mondiale et grâce à la résistance. Renversé et déchu en 1974 par la Révolution éthiopienne, il est tué l’année suivante dans des circonstances restées obscures.

Continuer la lecture de « Haïlé Sélassié Ier, Roi d’Ethiopie. »