La primevère.

Comme les pensées – on pourrait croire que ce sont des variétés soeurs – la primevère est l’une des premières fleurs à apparaitre au jardin. Elle fleurit dès le mois de février, avant l’apparition du printemps. Elle fait partie de ces « indispensables » au jardin. En réalité, la primevère a tout pour séduire, sa floraison tôt dans la saison, le nombre de variétés et de couleurs, l’entretien simple… La primevère, en plus, ne nécessite que peu d’attention… Alors, c’est sûr, l’apparition de ses fleurs sera le signe d’un hiver qui se termine et laisse place aux beaux jours du printemps.

Continuer la lecture de « La primevère. »

L’anémone.

L’anémone ou « fleur du vent » doit son nom aux graines plumeuses que la moindre brise emporte à de grandes distances. Des fleuristes, des bois, du Japon… l’anémone prend des formes très diverses mais toutes charmantes.


Le genre Anemone fait partie de la famille des Renonculacées et compte plus d’une centaine d’espèces originaires des régions tempérées de l’hémisphère Nord, majoritairement asiatiques. Les anémones se caractérisent par un feuillage basal découpé en folioles et des fleurs étoilées ou en coupe déclinant une large palette de coloris.

Les anémones cultivées au jardin ou au balcon sont généralement des vivaces à feuillage caduc. Elles se hissent de 15 à 150 cm selon l’espèce, s’étendent au fil des saisons et font preuve d’une grande rusticité.

Continuer la lecture de « L’anémone. »

Friedrich von Amerling, portraitiste.

Friedrich von Amerling (14 avril 1803 – 14 janvier 1887) était un portraitiste austro-hongrois à la cour de Franz Josef . Il est né à Vienne et a été peintre de la cour entre 1835 et 1880. Avec Ferdinand Georg Waldmüller, il est l’un des peintres autrichiens les plus remarquables du XIXe siècle.


Il était le fils des orfèvres et orfèvres Franz Amerling et Theresia Kargl. Il étudie de 1815 à 1824 à l’académie des arts de Vienne, avant de se rendre à Prague où il étudie à l’académie jusqu’en 1826. Il passe 1827 et 1828 à Londres, où il est influencé par le portraitiste Thomas Lawrence . D’autres voyages l’ont conduit à Paris, où il a étudié avec Horace Vernet, et à Rome; il retourna ensuite à Vienne, où, après 1828, il travailla pour la cour autrichienne, l’aristocratie et la classe moyenne. Il reçoit le prix Reichel de l’académie de Vienne en 1829.

Continuer la lecture de « Friedrich von Amerling, portraitiste. »